English Français
Aidez maintenant !

Temple du Ciel, autel sacrificiel impérial à Beijing

Temple of Heaven: an Imperial Sacrificial Altar in Beijing

The Temple of Heaven, founded in the first half of the 15th century, is a dignified complex of fine cult buildings set in gardens and surrounded by historic pine woods. In its overall layout and that of its individual buildings, it symbolizes the relationship between earth and heaven – the human world and God's world – which stands at the heart of Chinese cosmogony, and also the special role played by the emperors within that relationship.

Temple du Ciel, autel sacrificiel impérial à Beijing

Fondé dans la première moitié du XVe siècle, le temple du Ciel forme un ensemble majestueux de bâtiments dédiés au culte, situés dans des jardins et entourés de pinèdes historiques. Son agencement global, comme celui de chaque édifice, symbolise la relation entre le ciel et la terre – le monde humain et le monde divin – essence de la cosmogonie chinoise, ainsi que le rôle particulier des empereurs dans cette relation.

المعبد السماوي، المذبح الإمبراطوري في بيجينغ

تأسس المعبد السماوي في النصف الأوّل من القرن الخامس عشر وهو يُشكّلمجموعةً عظيمةً من المباني المكرّسة للعبادة والقائمة في حدائق تحيط بها غابات الصنوبر التاريخيّة. وفي ترتيبها الشامل كما في ترتيب كلٍّ منها ما يرمز إلى العلاقة بين السماء والأرض – عالم البشر وعالم الآلهة – وهي العلاقة القائمة في صلب علم نشأة الكون الصيني كما إلى دور الأباطرة المميز في هذه العلاقة.

source: UNESCO/ERI

北京皇家祭坛—天坛

天坛,建于15世纪上半叶,座落在皇家园林当中,四周古松环抱,是保存完好的坛庙建筑群。无论在整体布局还是单一建筑上,都反映出天地之间(即人神之间)的关系,而这一关系在中国古代宇宙观中占据着核心位置。同时,这些建筑还体现出帝王在这一关系中所起的独特作用。

source: UNESCO/ERI

Храм Неба: императорский жертвенный алтарь в Пекине

Храм Неба, основанный в первой половине XV в., - это величественный комплекс прекрасных культовых зданий, размещенный посреди садов и окруженный старинными сосновыми посадками. Своей общей планировкой и отдельными сооружениями он символизирует отношения между землей и небом – миром людей и миром Бога (эта идея находится в центре китайской космогонии), а также ту особую роль, которую в этих отношениях играют императоры.

source: UNESCO/ERI

Templo del Cielo, altar imperial de sacrificios en Beijing

Fundado en la primera mitad del siglo XV, el Templo del Cielo es un conjunto majestuoso de santuarios edificados entre jardines y rodeados de pinares centenarios. Su trazado general y el de cada uno de sus edificios simbolizan la relación entre cielo y tierra, esencia de la cosmogoní­a china, y la función especial desempeñada por los emperadores en esa relación.

source: UNESCO/ERI

天壇:北京の皇帝の廟壇
天壇は中国で冬至の日、即位の大典の直前や親征出発前などに、中国皇帝が天を祀る円形の丘壇。中国人の宇宙観にある天と地との関係や、その関係の中で皇帝の果たす特殊な役割の象徴である。古来首都の南方に設けられ、北京には1420年南方の外城に建造された。清の乾隆帝時代の1749年には拡張され、径を下壇約63m、中壇約45m、上壇約30mとした。1889年焼失したが、10年後に再興された。

source: NFUAJ

Tempel van de hemel: een keizerlijk offeraltaar in Beijing

De tempel van de hemel (tian tan), werd gebouwd in de eerste helft van de 15e eeuw. Het is een complex van cultusgebouwen dat zuidelijk van de Verboden Stad ligt. Het geheel bevindt zich in een omgeving van tuinen en wordt omringd door dubbele muren en oude naaldbomen. De keizers van de Ming en de Qing dynastieën hielden hier plechtige, rituele ceremoniën, waarbij ze door te offeren aan de goden in ruil voor een goede oogst, als bemiddelaar tussen hemel en aarde functioneerden. In het westelijke deel bevindt zich de hal van de keizerlijke onthouding, waar de keizer vastte na het offerritueel.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Temple du ciel est un alignement axial entre l’Autel du tertre circulaire à ciel ouvert au sud, et la Voûte impériale du ciel à toit conique qui le jouxte immédiatement au nord. Cet axe est relié par une voie sacrée surélevée à la Salle des prières pour l’abondance des moissons, située plus au nord, qui est de forme circulaire, haute de trois étages et pourvue d’un toit conique. C’est en ces lieux que les empereurs des dynasties Ming et Qing, en tant qu’intermédiaires entre l’humanité et le royaume céleste, offraient des sacrifices au ciel et priaient pour l’obtention de moissons exceptionnelles. À l’ouest se trouve la Salle de l’abstinence où l’empereur jeûnait avant de procéder au sacrifice. L’ensemble est entouré d’une enceinte à double muraille plantée de pins. Entre les murs intérieur et extérieur, à l’ouest, se trouvent la salle d’Administration de la divine musique et le bâtiment qui servait d’Étable des animaux sacrificiels. 92 bâtiments anciens de 600 pièces, sont regroupés au sein du complexe. C’est le bâtiment sacrificiel impérial le plus achevé existant en Chine, et du plus grand complexe existant au monde pour l’offrande de sacrifices au ciel.

Situé au sud de la Cité interdite, du côté est Yongnei Dajie, le site originel de l’Autel du ciel et de la terre a été achevé en même temps que la Cité interdite soit en 1420, à la dix-huitième année du règne Ming de l’empereur Yongle. Dans la neuvième année du règne de l’empereur Jiajing (1530), il fut décidé d’offrir des sacrifices distincts à la terre et au ciel ; pour les sacrifices dédiés spécifiquement au ciel, on construisit donc l’Autel du tertre circulaire au sud de la salle principale. Et c’est ainsi que l’Autel du ciel et de la terre fut renommé Temple du ciel lors de la treizième année du règne de l’empereur Jiajing (1534). Le Temple du ciel, qui s’étend sur 273 ha, a été aménagé sous sa forme actuelle en 1749, après avoir été reconstruit par les empereurs Qing Qianlong et Guangxu.

La situation, le plan et la conception architecturale du Temple du ciel, ainsi que les cérémonies de sacrifice et la musique que l’on y jouait, reposaient sur des dogmes très anciens dans lesquels les nombres et l’organisation de l’espace sont associés à des croyances relatives au ciel et au lien l’unissant à la population terrestre par l’intermédiaire des empereurs «Fils du ciel». D’autres dynasties ont édifié des autels de dévotion au ciel, mais le Temple du ciel de Beijing est un chef-d’œuvre de la culture de la Chine ancienne et est le plus représentatif des très nombreux bâtiments sacrificiels chinois.

 

Critère (i) : Le Temple du ciel est un chef-d’œuvre d’architecture et d’art paysager, qui reflète en motifs simples et graphiques une cosmogonie dont le rôle fut extrêmement important dans l’évolution d’une des grandes civilisations du monde.

 

Critère (ii) : Le plan et la conception chargés de symboles du Temple du ciel ont profondément influencé l’architecture et l’urbanisme d’Extrême-Orient durant de nombreux siècles.

 

Critère (iii) : Pendant plus de deux mille ans, la Chine a vécu sous le règne d’une succession de dynasties féodales dont la légitimité est symbolisée par la conception et le plan du Temple du ciel.

 

Intégrité

Le Temple du ciel s’étend sur une surface de 273 ha et ses bâtiments anciens sont bien préservés. Le paysage et les sentiers du jardin ont conservé leur plan historique. Tous les éléments nécessaires pour affirmer la valeur des biens sont regroupés dans la zone délimitant le bien. Ceci montre pleinement le caractère unique du paysage culturel traditionnel chinois.

 

Authenticité

Les éléments caractéristiques que constituent, par exemple, le plan paysager et les bâtiments historiques, ont été préservés soit tels qu’ils avaient été construits à l’origine, soit tels que reconstruits sous la dynastie Qing. La gestion et l’entretien se conforment scrupuleusement aux indications fournies par les textes historiques et les témoignages archéologiques, afin de préserver l’aspect historique du site, et les expositions et présentations muséales qui y sont réalisées sont elles aussi conçues pour refléter son authenticité. Le plan général et les caractéristiques architecturales des biens offrent un témoignage clair et vivant des conceptions philosophiques, de la cosmogonie, des rites sacrificiels et des réalisations scientifiques et artistiques de la Chine traditionnelle, tout en reflétant véritablement la mentalité politique et culturelle et l’identité historique de l’époque.

 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Au plus haut niveau, le Temple du ciel est placé sous la protection de la Loi sur la protection des vestiges culturels de la République populaire de Chine. En 1961, le Temple du ciel a été inscrit par le Conseil d’État de la République populaire de Chine dans le premier groupe des Sites sous protection prioritaire. En vertu de la mise en œuvre effective des textes de référence applicables que sont par exemple la Constitution de la République populaire de Chine, le Code pénal de la République populaire de Chine, la Loi sur la protection de l’environnement de la République populaire de Chine et la Loi sur l’aménagement urbain de la République populaire de Chine, des dispositions appropriées de conservation et de gestion ont été prises en tenant compte de la situation concrète. Toute mesure ou tout projet prévoyant d’intervenir dans et à l’extérieur de la zone des biens concernés et susceptible d’avoir un impact sur les valeurs du patrimoine est interdit, si l’accord de l’administration nationale du patrimoine culturel n’a pas été obtenu. Une zone tampon a été créée.

À l’heure actuelle, les principaux complexes de bâtiments sacrificiels que sont notamment la Salle des prières pour l’abondance des moissons, l’Autel du tertre circulaire, le Palais du jeûne et l’Administration de la musique divine sont tous préservés dans leur intégralité. Les visiteurs voient dans les arbres luxuriants du site un souvenir de son âge d’or. L’authenticité et l’intégrité des biens se maintiennent et sont préservés grâce au respect scrupuleux des principes et dispositions applicables de la Loi sur la protection des vestiges culturels de la République populaire de Chine,ainsi que grâce à la régularité et à la rigueur des travaux d’entretien et des projets de conservation. L’équipe d’encadrement du Temple du ciel a tenu compte de la large gamme de mesures prévues au titre des législations sur l’urbanisme et le patrimoine, ainsi que des directives du Gouvernement central et du Gouvernement municipal de Beijing. Le Plan directeur de protection et de gestion du Temple du ciel, qui définit le cadre des politiques de conservation et de gestion du Temple du ciel, est en cours de rédaction et sera présenté au Comité du patrimoine mondial dès son achèvement.

Description longue

Le temple du Ciel est un chef-d'œuvre d'architecture et de dessin paysager. Il matérialise, avec simplicité, une cosmogonie fondamentale dans l'évolution de l'une des plus grandes civilisations du monde. Son dessin et son plan symboliques ont exercé une profonde influence sur l'architecture et la planification en Extrême-Orient, et ce pendant plusieurs siècles. Il exprime la légitimité des dynasties féodales qui ont gouverné la Chine pendant plus de deux mille ans.

L'autel du Ciel et de la Terre, avec le mur qui entoure le jardin, a été complété en 1420, au cours de la dix-huitième année du règne de l'empereur Ming Yongle. L'édifice central était une grande salle où l'on offrait des sacrifices au Ciel et à la Terre, avec le palais du Jeûne au sud-ouest. L'enclos du temple a été planté de pins pour souligner le lien entre l'homme et la nature. La neuvième année du règne de l'empereur Jiajing (1530), comme il avait été décidé d'offrir des sacrifices séparés à la Terre et au Ciel, on construisit l'autel du Tertre Circulaire au sud de la salle principale, pour les sacrifices au Ciel. L'autel du Ciel et de la Terre fut alors renommé temple du Ciel.

En 1749, la quatorzième année du règne de l'empereur Qing Qianlong, le Tertre Circulaire fut agrandi et ses tuiles glaçurées bleues remplacées par du marbre blanc. Deux ans plus tard, une nouvelle rénovation fut entreprise dans la salle de Daxiang, qui reçut alors le nom de salle des Prières pour des Moissons Abondantes. Cette époque marque l'apogée du temple du Ciel, qui couvrait alors 273 hectares. Les cérémonies sacrificielles en l'honneur du Ciel furent interdites par le gouvernement de la République de Chine en 1911. Avant cette date, 490 ans après sa fondation, le temple du Ciel avait été le cadre de non moins de 654 cérémonies en l'honneur du Ciel de la part de 22 empereurs des dynasties Ming et Qing. Transformé en parc public en 1918, il a conservé cette fonction depuis.

Le temple du Ciel a été construit 3,5 km au sud-est de la porte de Zhengyang, à Beijing. Il occupe un site presque carré, dont les deux angles méridionaux sont orthogonaux, tandis que ceux du nord sont arrondis en raison de l'antique croyance chinoise selon laquelle le ciel était rond et la terre carrée. C'est sur cette représentation spatiale de la cosmogonie chinoise que se sont fondés le pouvoir et la légitimité des dynasties impériales pendant plus de deux millénaires.

Les trois principaux lieux de culte sont disposés sur une ligne correspondant à un axe nord/sud. Les constructions sacrificielles se trouvent pour la plupart dans l'Autel Intérieur qui est subdivisé en deux par un mur est/ouest, séparant l'autel du Tertre Circulaire au sud de l'autel du Dieu de la Semence au nord. Les deux autels sont reliés l'un à l'autre par un sentier surélevé en briques de 360 m de long, connu sous le nom de pont de l'Escalier Rouge. Le temple du Ciel principal, le Tertre Circulaire, reproduit le symbolisme du mur d'enceinte : la construction ronde, au centre (le ciel), se trouve dans un enclos carré (la terre). Il est formé de trois plates-formes circulaires de marbre blanc, de diamètre décroissant, entourées par des balustrades faites de la même matière. On entre dans cet enclos par une série de portes monumentales. Les balustrades sont formées de 360 piliers qui symbolisent les 360 jours de l'ancienne année lunaire chinoise. Le trône impérial était placé au centre de la plate-forme supérieure pour symboliser le rôle de l'empereur en tant que fils du Ciel, et par là le lien entre le ciel et la terre. Au nord du Tertre Circulaire se trouve la Voûte Impériale du Ciel. C'est là que l'empereur consacrait ses offrandes avant de se retirer dans le palais du Jeûne (ou palais de l'Abstinence).

Dans l'enclos nord, l'autel du Dieu de la Semence, la construction principale est la salle des Prières pour des Moissons Abondantes, qui est reliée au temple du Ciel par le Long Corridor, de 440 m de long pour 25 m de large. Son plan et ses matériaux reproduisent la structure à trois niveaux, en marbre blanc, du temple du Ciel. Au sommet se trouve la salle elle-même, elle aussi circulaire et surmontée par trois toits superposés aux tuiles glaçurées bleues où l'empereur priait pour que les récoltes soient bonnes. Il présente une charpente en bois massive et son intérieur est richement décoré.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La dix-huitième année du règne de l'empereur Ming Yongle (1420) marque l'achèvement de l'Autel du Ciel et de la Terre et du mur d'enceinte du jardin. L'édifice central est une vaste salle sacrificielle rectangulaire, siège des offrandes consacrées au ciel et à la terre, avec le Palais du Jeûne au sud-ouest. Les pins plantés dans l'enceinte du temple soulignent la relation entre le genre humain et la nature.

Au cours de la neuvième année du règne de l'empereur Jiajing (1530), on décide de consacrer des sacrifices séparés au ciel et à la terre. Pour cette raison, l'Autel du Tertre Circulaire est construit au sud du hall principal afin de recevoir les sacrifices au ciel. L'Autel du Ciel et de la Terre est alors rebaptisé "Temple du Ciel". Simultanément, des temples consacrés à la terre, au soleil et à la lune sont respectivement érigés au nord, à l'est et à l'ouest de la ville.

Le vaste hall sacrificiel sera détruit quinze ans plus tard, pour être remplacé par le Hall de Daxiang, de forme circulaire, d'où s'élèvent les prières pour des moissons abondantes. En 1553, une cité extérieure, qui comprend le Temple du Ciel, est bâtie autour de Beijing.

Le Tertre Circulaire est agrandi en 1749, quatorzième année du règne de l'empereur Qianlong (dynastie Qing). Les carreaux émaillés bleus d'origine sont alors remplacés par du marbre blanc. Deux années plus tard, le Hall de Daxiang fait l'objet de travaux de rénovation et est rebaptisé "Hall des Prières pour des Moissons Abondantes". Cette époque marque l'apogée du Temple du Ciel, qui couvre alors 273 hectares. En 1911, le gouvernement de la République Chinoise interdit les cérémonies sacrificielles consacrées au ciel. Jusqu'à cette date, soit 490 années après sa fondation, le Temple du Ciel avait été le témoin de 654 actes d'adoration céleste pratiqués par 22 empereurs des dynasties Ming et Qing. Depuis 1918, il est ouvert en tant que parc public.

Source : évaluation des Organisations consultatives