English Français

Monastère royal de Santa María de Guadalupe

Royal Monastery of Santa María de Guadalupe

The monastery is an outstanding repository of four centuries of Spanish religious architecture. It symbolizes two significant events in world history that occurred in 1492: the Reconquest of the Iberian peninsula by the Catholic Kings and Christopher Columbus' arrival in the Americas. Its famous statue of the Virgin became a powerful symbol of the Christianization of much of the New World.

Monastère royal de Santa María de Guadalupe

D'un intérêt exceptionnel parce qu'il illustre quatre siècles d'architecture religieuse espagnole, ce monastère rappelle deux événements historiques majeurs remontant tous deux à 1492 : l'achèvement de la reconquête de la péninsule Ibérique par les rois catholiques et l'arrivée en Amérique de Christophe Colomb. La célèbre statue de la Vierge qui s'y trouve devint un symbole puissant pour la christianisation d'une grande partie du Nouveau Monde.

دير سانتا ماريا دي غوادالوبي الملكي

يرتدي هذا الدير أهميّةً بالغةً لأنّه يلخّص أربعة قرونٍ من الهندسة الدينيّة الإسبانيّة وهو يُذكّر بحدثين تاريخيين كبيرين يرقيان إلى العام 1492 وهما انتهاء الملوك الكاثوليك من فتح شبه الجزيرة الإسبانيّة ووصول كريستوف كولومبوس إلى القارة الأميركية. وأصبح تمثال السيدة العذراء الشهير الموجود فيه رمزاً لاعتناق جزء كبير من العالم الجديد الديانة المسيحيّة.

source: UNESCO/ERI

瓜达卢佩的圣玛利皇家修道院

圣玛利皇家修道院是长达四个世纪的西班牙宗教建筑历史的重要见证,它象征着1492年发生的世界历史上的两个重大事件:信奉天主教的王国收复伊比利亚半岛和克里斯托弗·哥伦布发现美洲大陆。圣玛利皇家修道院内著名的圣母雕像成为多数新大陆地区基督教化的有力象征。

source: UNESCO/ERI

Королевский монастырь Санта-Мария-де-Гуадалупе

Монастырь наглядно иллюстрирует четыре столетия в развитии испанской религиозной архитектуры. Он является символом двух значительных событий мировой истории, которые произошли в 1492 г.: реконкисты Пиренейского полуострова католическими королями и открытия Америки Христофором Колумбом. Знаменитая статуэтка Девы Марии стала значительным символом христианизации большей части Нового Света.

source: UNESCO/ERI

Real Monasterio de Santa María de Guadalupe

Este monasterio posee un interés excepcional porque ilustra cuatro siglos de arquitectura religiosa española y recuerda los dos acontecimientos históricos trascendentales de 1492: el final de la reconquista en la Península Ibérica por los Reyes Católicos y la llegada de Cristóbal Colón a América. La célebre estatua de la Virgen de Guadalupe se convirtió en un poderoso símbolo de la cristianización de gran parte del Nuevo Mundo.

source: UNESCO/ERI

サンタ・マリア・デ・グアダルーペ王立修道院

source: NFUAJ

Koninklijk klooster van Santa María de Guadalupe

Het klooster is een uitzonderlijke verzamelplaats van vier eeuwen Spaanse religieuze architectuur. Het symboliseert twee belangrijke gebeurtenissen in de wereldgeschiedenis die plaatsvonden in 1492: de Herovering van het Iberisch schiereiland door de Katholieke koningen en de aankomst van Christoffel Columbus in Amerika. Het beroemde kloosterstandbeeld van de Maagd werd een krachtig symbool van de kerstening van een groot deel van de Nieuwe Wereld. Het klooster was, en is nog steeds een centrum van bedevaart. Het was een cultureel centrum van de hoogste orde: de ziekenhuizen en de medische school waren beroemd, net als haar scriptorium en de bibliotheek, met een zeer rijke verzameling documenten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Monastère royal de Santa María de Guadalupe © Maria Gutiérrez-Conde
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Monastère royal de Santa María de Guadalupe est situé dans la province de Cáceres (Communauté autonome d’Estrémadure, Espagne), dans un lieu d’une grande beauté, surplombant une vallée entourée de hautes montagnes. La ville de Guadalupe, construite autour du monastère dont la fondation date de 1337, possède des monuments médiévaux d’une beauté unique montrant l’architecture traditionnelle dans un cadre urbain.

C’est un exemple exceptionnel d’ensemble de styles architecturaux très différents, notamment l’église et le cloître de style mudéjar édifiés du XIVe au XVe siècle. Certains éléments architecturaux de diverses périodes méritent une mention spéciale : la basilique (église principale) aussi appelée Templo Mayor, avec sa façade remarquable par son ornementation mudéjare, ses portes décorées de plaques de bronze finement travaillées, sa nef intérieure et ses deux ailes latérales aux voûtes délicatement ornées, ses nombreuses tombes et autels richement décorés. La sacristie, construite entre 1638 et 1647, est décorée avec exubérance et célèbre pour ses peintures de Zurbarán et ses fresques qui mettent en valeur les lignes austères de son architecture. La chapelle Santa Catalina de Alejandría (Sainte Catherine d’Alexandrie) est un bâtiment carré reliant la sacristie à la chapelle des Reliquaires. Elle comporte une coupole octogonale éclairée par une lanterne, renferme plusieurs tombes remarquables du XVIIe siècle et abrite dans ses alcôves en arcades de nombreux reliquaires travaillés et autres objets d’art. Le Camarín de la Virgen est un petit bâtiment octogonal de style baroque richement décoré, situé derrière le presbytère de la basilique. À l’étage le plus élevé, se trouve la « Salle de la Vierge » proprement dite, particulièrement intéressante avec ses voûtes aux riches décorations de plâtre et de stuc, ses murs couverts de tableaux, dont neuf de Luca Giordano. C’est dans cette salle que se trouve la célèbre statue de la Vierge de Guadalupe sur un trône magnifiquement orné. Le cloître a été construit en brique dans la tradition mudéjare et peint en blanc et rouge ; la petite chapelle au centre date de 1405 et son important portail de style plateresque date d’environ 1520-1524. Le cloître gothique présente des galeries sur trois côtés avec trois étages d’arcades ; quant à la nouvelle église, elle est de style baroque modifié, avec trois nefs.

Le site a joué un rôle important dans l’histoire de l’Espagne médiévale et moderne, du fait de ses liens avec la Couronne de Castille depuis le règne d’Alphonse XI, ainsi qu’avec les autres royaumes de la péninsule – en particulier après la conquête de Grenade qui a entraîné l’unification de tous les territoires, l’émergence de l’État moderne en Europe, la fin de la période de la Reconquête et la découverte du Nouveau Monde.

Son influence sur l’évangélisation de la terre nouvellement découverte a été énorme, avec le développement de sanctuaires, d’institutions et d’offrandes en l’honneur de la Vierge de Guadalupe, qui reste encore très célébrée. Le monastère a aussi été un centre culturel majeur, avec des ateliers et une activité scientifique, véritable centre de savoir et de diffusion des connaissances en botanique et en médecine, grâce à l’École de Médecine de Guadalupe, mentionnée dès 1451, et à l’École de Chirurgie. Cela a aussi été un centre d’application et d’expérimentation de produits de luxe et de musique, comme en témoignent aujourd’hui plusieurs musées spécialisés à l’intérieur du monastère. 

Critère (iv) : Le monastère de Guadalupe est d’un intérêt exceptionnel comme exemple d’architecture religieuse évoluant sur six siècles.

Critère (vi) : Le monastère symbolise deux événements importants de l’histoire du monde survenus en 1492 : l’expulsion finale du pouvoir musulman de la péninsule Ibérique et la découverte du continent américain par Christophe Colomb. Son influence sur l’évangélisation des Amériques a été considérable ; la statue de Santa María de Guadalupe est devenue un puissant symbole de la christianisation d’une large part du Nouveau Monde. Le monastère a été et reste un centre de pèlerinage pour le monde occidental et l’Amérique latine. 

Intégrité

Le bien couvre une superficie de 1,10 ha, avec une zone tampon de 44 ha. Il renferme tous les éléments nécessaires pour exprimer sa Valeur universelle exceptionnelle. Son intégrité matérielle a été largement préservée car le monastère est utilisé en permanence depuis sa construction. Des travaux de restauration et d’entretien ont été régulièrement réalisés depuis 1908, mais aucune intervention n’a eu d’incidence négative sur le monument.

Actuellement habité et dirigé par la communauté franciscaine, le monastère conserve toute la richesse et la force de son patrimoine. Il accueille de nombreux visiteurs, touristes et pèlerins toute l’année et durant certaines vacances, en conservant par conséquent son intégrité fonctionnelle. 

Authenticité

Comme tout établissement religieux utilisé en permanence depuis sa construction, le monastère possède des bâtiments de différents styles et de diverses périodes. Habité pendant plus de quatre siècles par le même ordre, l’ordre de Saint-Jérôme, il a subi des travaux de restauration et de reconstruction. L’ensemble conserve néanmoins sa forme et son apparence d’origine. Les travaux de restauration les plus récents répondent aux normes modernes de conservation.

La communauté franciscaine, avec le soutien nécessaire d’institutions nationales, régionales et provinciales, a en outre maintenu un travail culturel intéressant : l’étude et la publication de ses archives et la création d’une grande bibliothèque bien cataloguée et utilisée par les chercheurs. 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le Monastère royal de Guadalupe appartient conjointement à l’Archevêché de Tolède, au Gouvernement espagnol et à la Province de Bétique de l’ordre franciscain, comme le précisent les Ordonnances royales du 20 mai 1908 et du 22 mai 1915, et le Décret canonique du 8 août 1908.

La loi 16 de 1985 sur le Patrimoine historique espagnol protège juridiquement le bien, ainsi que la loi 2 de 1999 sur le Patrimoine historique et culturel de l’Estrémadure. Le Décret royal classant le monastère en tant que Monument historique et artistique national en 1879 a été étendu à l’ensemble de ses bâtiments en 1929. De plus, le monastère, situé dans la ville de Guadalupe, a été déclaré Ensemble historico-artistique en 1943.

La gestion directe du bien relève de la responsabilité du Gouvernement régional d’Estrémadure, en partenariat avec la communauté franciscaine de Guadalupe. La gestion se fait selon un Plan directeur établi en 2006, qui rationalise les interventions et qui comprend une étude détaillée des besoins et de l’état des différents bâtiments. En plus de fixer des objectifs et une méthode, le plan sert utilement à optimiser les ressources et à orienter les investissements des administrations (Gouvernements régional et central), de la communauté franciscaine et des entités privées concernées.

Le Conseil municipal de Guadalupe est responsable de la préparation et de la révision du Plan municipal général d’urbanisme de la municipalité, incluant un Plan spécial de protection pour l’Ensemble historico-artistique et l’établissement de la zone tampon.

Le Monastère royal jouit de la protection subsidiaire de la Zone de réhabilitation intégrée de Guadalupe, bureau placé sous l’autorité de la Direction générale du Patrimoine culturel et du Département d’Éducation et de Culture du Gouvernement régional, chargé en priorité de la sauvegarde des biens culturels de la région, en conformité avec la législation nationale et régionale en vigueur, ainsi que du maintien de la Valeur universelle exceptionnelle du bien. Pour atteindre ces objectifs, cette instance a créé de nouveaux bureaux pour gérer les sites du patrimoine.