English Français
Aidez maintenant !

Trinidad et la vallée de Los Ingenios

Trinidad and the Valley de los Ingenios

Founded in the early 16th century in honour of the Holy Trinity, the city was a bridgehead for the conquest of the American continent. Its 18th- and 19th-century buildings, such as the Palacio Brunet and the Palacio Cantero, were built in its days of prosperity from the sugar trade.

Trinidad et la vallée de Los Ingenios

Fondée au début du XVIe siècle en l'honneur de la Sainte-Trinité, la ville était une tête de pont pour la conquête du continent américain. Ses bâtiments des XVIIIe et XIXe siècles, comme le Palacio Brunet et le Palacio Cantero, ont été construits à son époque de prospérité due à l'industrie sucrière.

ترينيداد ووادي لوس إنجينوس

تأسست المدينة مطلع القرن السادس عشر تبجيلاً للثالوث الأقدس وهي كانت رأس حربة في غزو القارة الأمريكيّة. شُيّدت مبانيها التي ترقى إلى القرنين الثامن عشر والتاسع عشر مثل بالاسيو برونيت وبالاسيو كانتيرو في خلال حقبة ازدهارها بفضل صناعة السكّر.

source: UNESCO/ERI

特立尼达和洛斯因赫尼奥斯山谷

特立尼达是16世纪初期为纪念复活主节而建立的,是征服美洲大陆的桥头堡。其18世纪和19世纪的建筑,包括帕拉西奥-伯尼特宫殿和帕拉西奥-坎特罗宫殿,都是在食糖贸易最繁荣的岁月建造的。

source: UNESCO/ERI

Город Тринидад и долина Де-лос-Инхеньос

Основанный в начале XVI в. в честь Святой Троицы, город был своеобразным плацдармом для завоевания американского континента. Его здания XVIII-XIX вв., такие как дворцы Брунет и Кантеро, были построены в дни процветания города благодаря торговле сахаром.

source: UNESCO/ERI

Trinidad y Valle de los Ingenios

Fundada a principios del siglo XVI en honor de la Santísima Trinidad, la ciudad de este mismo nombre fue cabeza de puente en la conquista del continente americano por los españoles. Sus edificios de los siglos XVIII y XIX, como el Palacio Brunet y el Palacio Cantero, fueron construidos en la época de prosperidad de la industria azucarera.

source: UNESCO/ERI

トリニダードとロス・インヘニオス渓谷

source: NFUAJ

Trinidad en de Vallei de los Ingenios

Trinidad werd in de vroege 16e eeuw gesticht ter ere van de Heilige Drie-eenheid. De koloniale stad was een bruggenhoofd voor de verovering van het Amerikaanse continent. Het heeft haar historische kern behouden, met het hoogste percentage overgebleven antieke gebouwen en openbare pleinen. In de 17e eeuw waren vee, tabak en smokkelwaar de economische pijlers van de grotendeels Spaanse bevolking. Tegen het einde van de 18de eeuw werd de suikerindustrie stevig verankerd in de Valle de Los Ingenios, wat Trinidad voorspoed bracht. Toen bouwde men onder meer het Palacio Brunet en het Palacio Cantero.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Trinidad et la vallée de Los Ingenios © Silvan Rehfeld
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Trinidad, située dans la province du centre de Cuba appelée Sancti Spiritus, a été fondée au début du 16e siècle. Son existence et sa raison d’être historique sont dues à l’industrie du sucre qui prospérait dans la ville ainsi que dans la vallée voisine « de los Ingenios » (la vallée des sucreries) entre la fin du 18e siècle et la fin du 19e. La prospérité exemplaire de la ville de Trinidad au cours de cette période s’exprime de façon très évidente par son actuel environnement bâti, avec des constructions qui vont de modestes variantes vernaculaires à de luxueux édifices très élaborés. La vallée de los Ingenios constitue un témoignage remarquable du développement de l’industrie sucrière. Musée vivant de la production sucrière à Cuba, la vallée comprend 75 anciennes sucreries exploitant la canne à sucre, des plantations et leurs maisons, des baraquements pour les ouvriers et d’autres équipements liés à cette vulnérable industrie qui a connu un lent déclin progressif.

L’ensemble urbain de bâtiments d’habitation de Trinidad a une exceptionnelle continuité typologique et une homogénéité en termes de plans et de construction, dans un style vernaculaire caractérisé par des lots de petite ou de moyenne tailles sur lesquels les bâtiments du début du 18e siècle, fortement marqués d’influences andalouses et maures, se mélangent harmonieusement avec des constructions du 19e siècle qui mêlent merveilleusement les formes néoclassiques européennes, plaquées sur des modèles spatiaux traditionnels. Le cœur du centre historique, d’une superficie de 37 hectares, est la Plaza Mayor (la Place principale) que domine le campanile du Convento (Couvent) de San Francisco et où se trouvent les édifices les plus remarquables : le Palacio Brunet qui témoigne le plus authentiquement de l’âge d’or de la ville et le Palacio Cantero de style néoclassique qui accueille désormais le musée d’histoire de la ville. Outre son architecture, la plus grande partie du tissu urbain de Trinidad, dont le système irrégulier de places rondes et carrées, les rues pavées et les autres éléments urbains et historiques, a été préservée. 

À douze kilomètres au nord-ouest de Trinidad, trois vallées rurales interconnectées – San Luis, Santa Rosa et Meyer – forment la vallée de los Ingenios d’une superficie de 225 kilomètres carrés. Plus de cinquante sucreries y étaient en activité à l’apogée de l’activité industrielle au 19e siècle. En 1827, plus de 11.000 esclaves travaillaient dans les sucreries. Le long et progressif déclin de l’industrie sucrière cubaine s’est accéléré dans les années 1890. Les anciennes plantations, les bâtiments des sucreries et les autres équipements, et, les sites archéologiques de la vallée de los Ingenios sont le témoignage le plus complet et le mieux préservé du processus agro-industriel sucrier des Caraïbes aux 18e et 19e siècles et du phénomène connexe de l’esclavage. 

Critère (iv) : Façonnée par l’industrie sucrière présente dans la région aux 18e et 19e siècles, la ville exemplaire de Trinidad doit au sucre son existence ininterrompue et sa raison d’être historique dont témoignent l’actuel environnement bâti de la ville et la vallée voisine de los Ingenios. 

Critère (v) : La vallée de los Ingenios est un remarquable témoignage du développement de l’industrie sucrière et un musée vivant qui présente 75 anciennes sucreries, des résidences de plantation, des baraquements pour les ouvriers et d’autres équipements liés à cette vulnérable industrie. 

Intégrité 

Au sein des limites de Trinidad et de la vallée de los Ingenios, tous les éléments nécessaires à l’expression de sa valeur universelle exceptionnelle sont réunis, y compris les bâtiments, les structures, les espaces publics, les composantes du paysage et les vestiges archéologiques. Les zones de croissance de population sont situées à l’extérieur des limites du bien. Le bien, d’une superficie de 225,37 kilomètres carrés, a une taille suffisante pour garantir la complète représentation des caractéristiques et des processus qui expriment la valeur du bien. En outre, le bien ne souffre pas des effets négatifs liés au développement et/ou au manque d’entretien.

Le processus historique de dégradation de la qualité des terres de la vallée, une des raisons, avec les pénuries d’eau, de son déclin dans le passé, a conduit à une baisse d’activité de la culture de la canne à sucre. Bien que la plupart des exploitations agricoles soient en ruine, elles ont, dans leur ensemble, un degré élevé d’intégrité en raison de la présence d’une grande partie des attributs qui leur ont permis de fonctionner en tant que système, tels que les routes, le chemin de fer, la rivière, etc. Il a été fortement recommandé en 1988 que l’environnement de la ville, des sucreries et de la vallée soit protégé du développement du tourisme. 

Authenticité

Trinidad et la vallée de los Ingenios est authentique en termes de lieux et de cadres, de formes et de plans, et de matériaux et de substance. Trinidad étant essentiellement composée de maisons individuelles familiales, la surpopulation, trait commun des autres centres villes, a pu être évitée contribuant ainsi grandement à la conservation de ses intérieurs d’origine. Le recours à des techniques et à des matériaux de construction séculaires s’est perpétué, y compris le mortier de chaux, le bois, les tuiles de toit en terre cuite et les rues pavées. La vallée présente des vestiges des exploitations agricoles dans différents états de conservation, beaucoup de maisons et de cabanes, les composantes de l’industrie sucrière et les vestiges de l’activité principale, la culture de la canne à sucre, ainsi que les réseaux routier et ferré. Les attributs du bien expriment donc la valeur universelle exceptionnelle de façon honnête et crédible.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Trinidad et la vallée de los Ingenios est en grande partie la propriété de l’état cubain, certains secteurs du bien appartenant à des particuliers ou à des entités légales. Le bien inscrit est protégé par des dispositions de la Constitución de la República de Cuba (Constitution de la République cubaine) du 24 février 1976 et par la Résolution N°3/1978 de la Commission nationale des monuments qui a déclaré le Centro Histórico Úrbano de Trinidad « Monument national ». La Résolution N°3A/1989 en a fait de même pour el Valle de los Ingenios. Dans les deux cas, il s’agit de l’application de la Ley de Protección del Patrimonio Cultural (Loi de protection du patrimoine culturel, N°1 du 4 août 1977) et de la Ley de Monumentos Nacionales y Locales (Loi sur les monuments nationaux et locaux, N°2 du 4 août 1977). Outre des lois et réglementations nationales, la ville est protégée par des dispositions locales telles que le Reglamento para la protección del centro histórico úrbano de Trinidad y los monumentos de su municipio (Règlement pour la protection du centre urbain historique de Trinidad et des monuments de sa municipalité) adopté en 1982 par le Comité exécutif de l’Asamblea Municipal del Poder Popular (Assemblée municipale du pouvoir populaire). Ces réglementations définissent les limites du centre urbain historique et de la zone de protection et les actions permises dans chaque cas ainsi que les actions recommandées pour les monuments de la ville.

Le bien est administré par les Asambleas del Poder Popular municipale et provinciale. En 1997, la Oficina del Conservador (Bureau du conservateur) de la Ciudad de Trinidad y el Valle de los Ingenios fut créé pour gérer le bien. En 1996, une équipe de professionnels de différentes disciplines a élaboré le Plan de Manejo de la Ciudad de Trinidad (Plan de gestion de la ville de Trinidad) et en 1999 le Esquema de Ordenamiento Territorial del valle de los Ingenios (Schéma de planification territoriale de la vallée de los Ingenios) a été rédigé. Ces deux documents sont en cours de mise à jour par l’équipe technique de la Oficina del Conservador. 

Afin de rendre durable la valeur universelle exceptionnelle du bien, il faudra qu’un plan de conservation et de gestion intégré pour tout le bien inscrit soit mis à jour, approuvé et mis en œuvre, tout en atténuant le processus historique de dégradation des terres de la vallée, en garantissant que l’environnement de la ville, des sucreries et de la vallée est protégé des impacts du développement du tourisme, en garantissant également que la valeur universelle exceptionnelle ainsi que l’authenticité et l’intégrité du bien ne sont pas compromises par des menaces identifiées ou potentielles, et, en mettant en place des indicateurs de suivi. 

Description longue

Trinidad offre un remarquable exemple de ville coloniale ; elle a conservé son centre historique qui renferme un très grand nombre de constructions anciennes et de places publiques, et rassemble des témoignages inestimables sur le plan architectural, historique et culturel. La ville est représentative de l'occupation humaine coloniale, et la vallée de Los Ingenios témoigne du développement de l'industrie sucrière.

Après que l'Espagne eut décidé de conquérir et de coloniser l'île de Cuba, don Diego Velázquez fut envoyé dans le Nouveau Monde où il fonda entre 1512 et 1519 les sept premières villes cubaines : Nuestra Señora de La Asunción de Baracoa, San Salvador de Bayamo, Santiago de Cuba, Santísima Trinidad, Sancti Spiritus, Santa María del Puerto del Principe (aujourd'hui Camagüey) et San Cristóbal de La Habana.

En 1514, Velázquez fonda une nouvelle ville consacrée à la sainte Trinité, pour laquelle il choisit un site non loin de la côte sud de Cuba, à mi-distance entre les deux promontoires de l'île. Protégée au nord par la région montagneuse d'El Escambray, et située sur la mer des Caraïbes au sud, Santísima Trinidad, ou plus simplement Trinidad, fut l'une des têtes de pont de la conquête du continent, et notamment le point de départ des expéditions menées par Francisco Hernández de Córdova en 1517 et par Cortés en 1518. Le rôle économique de Trinidad s'accrut dans le courant du XVIe siècle, relayant ainsi la fonction stratégique du site.

Au cours du XVIIe siècle, bétail, tabac et contrebande étaient à la base de l'économie de la population de la ville, pour l'essentiel d'origine espagnole. Vers la fin du XVIIIe siècle, l'industrie sucrière s'implanta de manière stable dans la vallée de Los Ingenios, entraînant une prospérité accrue pour Trinidad. En 1796, un lieutenant gouverneur fut nommé à Trinidad, qui était devenue la troisième ville de l'île.

L'urbanisme de la ville remonte, pour l'essentiel, à ses deux premiers siècles d'existence. Les constructions en pierre étaient rares avant le développement de l'industrie sucrière, et sa physionomie actuelle tire son charme de ses édifices des XVIIIe et XIXe siècles.

Toutes les rues de la ville mènent à la Plaza Mayor, dominée par le campanile du couvent San Francisco, sur laquelle deux édifices méritent une attention particulière : le Palacio Brunet, au coin entre l'église et la Calle Bolávar OK? idem anglais, remonte au XVIIIe siècle et donne une idée particulièrement fidèle de l'âge d'or de la ville ; le Palacio Cantero, en style néoclassique, abrite aujourd'hui le Musée municipal d'histoire.

Ailleurs, d'autres édifices du XIXe siècle, construits entre 1824 et 1857, forment des points de repère facilement identifiables du fait de leurs dimensions et de la qualité de leur architecture, dans une zone aux rues extrêmement régulières. L'architecture domestique de la ville se caractérise par ses maisons à un seul étage dont les vérandas, les auvents largement débordants et, parfois, les balcons de bois ressortent sur le fond polychrome des façades, avec leurs encadrements de portes et leurs fenêtres souvent soulignés d'une couleur contrastante.

Non loin de là, la vallée de Los Ingenios est un musée vivant de l'industrie sucrière, comportant 75 sucreries en ruine, des résidences d'été, des baraquements et d'autres édifices liés à l'exploitation des champs. La célèbre tour Manaca-Iznaga, construite en 1816, mesure 45 m de hauteur ; ses cloches marquaient autrefois le début et la fin des heures de travail dans les plantations sucrières.

Le parc central se compose de quatre petits jardins séparés par des maisons peintes en blanc, aux clôtures de fer forgé ; il est divisé par deux allées perpendiculaires dont l'une, décorée de fontaines au début du XIXe siècle, mène à deux statues de lévriers en bronze. Le centre du parc est occupé par la statue de Terpsichore, la muse de la danse.

Source : UNESCO/CLT/WHC