English Français
Aidez maintenant !

Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs

Nanda Devi and Valley of Flowers National Parks

Nestled high in West Himalaya, India’s Valley of Flowers National Park is renowned for its meadows of endemic alpine flowers and outstanding natural beauty. This richly diverse area is also home to rare and endangered animals, including the Asiatic black bear, snow leopard, brown bear and blue sheep. The gentle landscape of the Valley of Flowers National Park complements the rugged mountain wilderness of Nanda Devi National Park. Together they encompass a unique transition zone between the mountain ranges of the Zanskar and Great Himalaya, praised by mountaineers and botanists for over a century and in Hindu mythology for much longer.

Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs

Niché très haut dans l’Himalaya occidental, le parc national de la Vallée des fleurs, en Inde, est célèbre pour ses prairies de fleurs alpines endémiques et sa beauté naturelle exceptionnelle. Cette région extrêmement diverse abrite également des animaux rares et en danger tels que l’ours noir d’Asie, le léopard des neiges, l’ours brun et le bharal. Le paysage vallonné du parc national de la Vallée des fleurs complète les montagnes sauvages et escarpées du parc national de Nanda Devi. Ensemble, ils forment une zone de transition unique entre les chaînes de montagnes iconiques du Zanskar et du Grand Himalaya, appréciée des alpinistes et des botanistes depuis plus d’un siècle, et présente dans la mythologie hindoue depuis bien plus longtemps.

منتزهات ناندا ديوي الوطنية ووادي الزهور

يشتهر المنتزه الوطني لوادي الزهور في الهند المختبئ في مكان مرتفع للغاية في جبال الهملايا الغربية بمروج الزهور الألبية القبسية وبجمالها الطبيعي الاستثنائي. وتضمّ كذلك هذه المنطقة المتنوّعة للغاية حيوانات نادرة ومهدّدة كدبّ آسيا الأسود، والنمر الثلجي، والدبّ الأسمر، وخروف بهارال. ويُكمل المنظر الكثير الأودية لمنتزه وادي الزهور الوطني الجبالَ البرية والمنحدرة في منتزه ناندا ديفي الوطني، فيشكّلون معاً منطقةً انتقالية فريدة بين سلاسل الجبال الشبيهة بأيقونة في زانسكار وجبال الهيملايا الكبيرة التي تستقطب متسلّقي جبال الألب وعلماء النبات منذ أكثر من قرن، وهي موجودة في الميثولوجبا الهندوسية منذ زمن غابر.

source: UNESCO/ERI

楠达戴维山国家公园和花谷国家公园

楠达戴维国家公园和花谷国家公园是喜马拉雅山脉最引人入胜的荒原地区之一。公园的主体是高达7800多米楠达戴维山主峰。由于该地区人迹罕至,这或多或少使它得以保留原貌。一些濒危哺乳动物栖息在这里,其中特别珍贵的有雪豹、喜马拉雅山麝香鹿和岩羊。花谷国家公园以其地方特色的高山花卉草地和突出的自然美景而闻名,同时还是稀有濒危动物的栖息地,这些动物包括亚洲黑熊、雪豹、棕熊和岩羊。这些公园包括赞斯卡勒山地和大喜马拉雅之间独特的过渡区,在一个多世纪中它们得到了登山运动员和植物学家的赞美,并在更长时间里获得了印度神话的称颂。

source: UNESCO/ERI

Национальные парки Нанда-Деви и «Долина цветов»

Национальный парк Нанда-Деви, занесенный в Список ЮНЕСКО в 1988 г., является одним из самых живописных и диких районов на западе в Гималаях. Его наивысшая точка – пик Нанда-Деви – имеет высоту более 7800 м. В парке нет постоянного населения, и именно благодаря своей труднодоступности местность осталась в значительной мере нетронутой. Национальный парк «Долина цветов», также находящийся в западной части Гималаев (хребет Заскар), однако обладающий уже не столь сильно расчлененным и высокогорным рельефом, вошел в состав данного объекта наследия в 2005 г. Особую ценность представляют альпийские луга этого парка с их эндемической флорой, кроме того, местность выделяется исключительной живописностью. Оба парка на протяжении вот уже сотни лет пользуются большой известностью среди альпинистов и ученых-ботаников, а у индусов эти горы давно уже почитаются как священные. Здесь отмечен целый ряд редких и исчезающих видов животных, например, снежный барс, гималайская кабарга, голубой баран, азиатский черный медведь.

source: UNESCO/ERI

Parques nacionales de Nanda Devi y el Valle de las Flores

Encaramado a gran altura en la cordillera del Himalaya Occidental, el Parque Nacional del Valle de las Flores es reputado por la extraordinaria belleza de su paisaje de praderas con flora alpina endémica. Es un sitio de rica biodiversidad que alberga especies animales raras, o en peligro, como el oso negro de Asia, el leopardo de las nieves, el oso pardo y la oveja azul del Himalaya o baral. La suavidad de sus perspectivas complementa el paisaje agreste de montañas escarpadas del Parque Nacional de Nanda Devi. Ambos parques abarcan una zona de transición, única en su género, entre la cadena montañosa del Zanskar y la Cordillera del Gran Himalaya, que ha sido ensalzada por su excepcional hermosura en los relatos ancestrales de la mitología hindú y, desde hace un siglo, por botánicos y alpinistas.

source: UNESCO/ERI

ナンダ・デヴィ国立公園及び花の谷国立公園

source: NFUAJ

Nationale parken Nanda Devi en Bloemenvallei

Hoog in de westelijke Himalaya ligt Nationaal park de Bloemenvallei, bekend om haar weides van endemische alpine bloemen en haar uitzonderlijke natuurlijke schoonheid. Dit rijk gevarieerde gebied is ook de thuishaven van zeldzame en bedreigde dieren, waaronder de Aziatische zwarte beer, sneeuwluipaard, bruine beer en blauwe schapen. Het liefelijke landschap van de Bloemenvallei loopt over in de ruige bergwildernis van het nationaal park Nanda Devi. Samen vormen ze een unieke overgangszone tussen de bergketens van de Zanskar en de Grote Himalaya. De parken worden al ruim honderd jaar geprezen door bergbeklimmers en botanici en nog langer binnen de hindoe mythologie.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs, situés dans l’Himalaya occidental, sont des paysages de haute altitude d’une beauté exceptionnelle et d’une biodiversité remarquable. Le Parc national de Nanda Devi est l’un des sites naturels les plus spectaculaires de l’Himalaya. Il est dominé par le pic de Nanda Devi, deuxième sommet de l’Inde, qui culmine à 7.817 m et auquel on accède par les gorges du Rishi Ganga, comptant parmi les plus profondes du monde. Le Parc national de la Vallée des fleurs, avec son paysage plus vallonné, ses prairies de fleurs alpines d’une splendeur à couper le souffle et sa facilité d’accès, complète les reliefs escarpés des montagnes sauvages et inaccessibles de Nanda Devi. Hormis quelques activités d’écotourisme communautaire menées certaines parties de ces parcs, aucune pression anthropique n’est observée dans cette zone depuis 1983. Ce bien fait, par conséquent, office de site témoin pour la préservation des processus naturels et revêt une importance majeure pour le suivi écologique à long terme dans l’Himalaya.

Les deux parcs comprennent une grande diversité et densité de flore et de faune typiques de la zone biogéographique de l’Himalaya occidental, avec des populations importantes d’espèces menacées au plan international, comme le léopard des neiges, le chevrotin porte-musc d’Himalaya, et une multitude d’espèces végétales. Ces deux parcs, qui couvrent une superficie de 71.210 ha, sont entourés par une grande zone tampon de 514.857 ha s’étendant sur une gamme étendue d’altitudes et comportant un large éventail d’habitats. L’ensemble de cette zone, située dans la Zone des oiseaux endémiques de l’Himalaya occidental, abrite d’importantes populations d’ongulés et de galliformes de montagne qui sont la proie des carnivores, comme le léopard des neiges.

 

Critère (vii) : Le Parc national de Nanda Devi est renommé pour ses régions montagneuses, sauvages et reculées, où culmine le deuxième sommet de l’Inde à 7.817 m d’altitude. Il est protégé de tous côtés par des caractéristiques topographiques spectaculaires, notamment des glaciers, des moraines, et des prairies alpines. Ce paysage spectaculaire est complété par la Vallée des fleurs, vallée himalayenne de haute altitude d’une beauté exceptionnelle. La douceur de son paysage, ses prairies de fleurs alpines d’une splendeur à couper le souffle et sa facilité d’accès ont été célébrées depuis plus d’un siècle dans la littérature, par des explorateurs, des alpinistes et des botanistes renommés, ainsi que dans la mythologie hindoue depuis bien plus longtemps.

 

Critère (x) : Le Parc national de Nanda Devi, doté d’un large éventail d’habitats de haute altitude, abrite d’importantes populations de flore et de faune, parmi lesquelles plusieurs espèces de mammifères menacés, comme le léopard des neiges, le chevrotin porte-musc d’Himalaya, ainsi  qu’une population nombreuse de bharals, appelés également moutons bleus. Les estimations qui ont été faites de l’abondance d’ongulés, de galliformes et de carnivores sauvages sont plus élevées dans le Parc national de Nanda Devi que dans d’autres zones protégées similaires de l’Himalaya occidental. La Vallée des fleurs est importante au plan international en raison de la diversité de sa flore alpine, représentative de la zone biogéographique de l’Himalaya occidental. Sa grande richesse en espèces reflète la situation de la vallée, dans une zone de transition entre les chaînes du Zaskar et du Grand Himalaya au nord et au sud, respectivement, et entre la flore de l’Himalaya oriental et de l’Himalaya occidental. Un certain nombre d’espèces végétales sont menacées au plan international, et plusieurs n’ont pas été recensées ailleurs dans l’Uttaranchal et deux n’ont pas été recensées dans le Parc national de Nanda Devi. La diversité des espèces de plantes médicinales menacées est plus élevée que celle de toute autre aire protégée de l’Himalaya indien. L’ensemble de la Réserve de biosphère de Nanda Devi se trouve dans la Zone des oiseaux endémiques (EBA) de l’Himalaya occidental. Sept espèces d’oiseaux à l’aire de répartition limitée sont endémiques de ce secteur de la Zone des oiseaux endémiques.

 

Intégrité

Leur isolement et leur difficulté d’accès confèrent aux Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs un degré élevé de protection naturelle. Les deux parcs sont restés inexplorés jusqu’aux années 1930 et n’ont pas subi de pressions anthropiques depuis 1983, hormis quelques activités d’écotourisme communautaire bien réglementées menées dans certaines parties des parcs. Ces deux parcs contiennent, par conséquent, des habitats naturels relativement intacts qui font aujourd’hui office de sites témoin pour la préservation des processus naturels. L’intégrité de ce bien est, en outre, renforcée par le fait que les deux parcs constituent les zones centrales de la Réserve de biosphère de Nanda Devi et sont entourés d’une grande zone tampon de 514.857 ha. Le Sanctuaire de faune sauvage de Kedarnath et les Services de réserves forestières situées à l’ouest, au sud et à l’est de la Réserve de biosphère forment une zone tampon supplémentaire autour de cette Réserve de biosphère.  Les communautés locales qui résident dans les zones tampons de la Réserve de biosphère de Nanda Devi participent activement aux programmes de conservation du Département des forêts.

 

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Leur inaccessibilité confère aux Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs un degré élevé de protection naturelle. Le Département des forêts du gouvernement de l’État assure un suivi régulier des quelques routes d’accès menant à ces parcs. Les niveaux d’activités humaines dans les deux parcs sont très faibles et se limitent à quelques projets d’écotourisme communautaire qui sont réglementés et coordonnés par l’autorité de gestion du parc.  Le pâturage du bétail dans ces parcs a cessé en 1983. L’alpinisme et les activités d’aventure sont interdits à l’intérieur du Parc national de Nanda Devi depuis 1983 à cause de l’accumulation des déchets et de la dégradation de l’environnement qu’ils ont occasionnées dans le passé.  Des expéditions scientifiques sont organisées tous les dix ans depuis 1993 pour effectuer un suivi précis de la situation de la flore, de la faune et de leurs habitats à l’intérieur du Parc national de Nanda Devi. Les résultats des recensements et des analyses de séries chronologiques indiquent que la situation de la flore, de la faune et de leurs habitats à l’intérieur du Parc national de Nanda Devi s’est considérablement améliorée. De même, des études et des recensements annuels effectués dans le Parc national de la Vallée des fleurs montrent que la situation de la flore, de la faune et des habitats se maintient. Tant les Parcs nationaux que les Réserves forestières de la zone tampon de la Réserve de biosphère de Nanda Devi sont correctement protégés et gérés, selon les plans de gestion de la faune et les plans de travail respectivement mis en place.

La protection à long terme des Parcs nationaux de Nanda Devi et de la Vallée des fleurs dépend du maintien des niveaux élevés de protection et des faibles niveaux actuels de pressions anthropiques dans les parcs. Un suivi régulier de la situation de la faune et des habitats dans ces parcs est essentiel et doit être poursuivi. La gestion du tourisme ou des pèlerins, et les activités de développement, tels que projets d’infrastructures et d’hydroélectriques à l’intérieur de la zone tampon de la Réserve de biosphère de Nanda Devi, représentent des menaces actuelles et potentielles contre lesquelles il est nécessaire de lutter.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The Nanda Devi National Park is one of the most spectacular wilderness areas in the Himalayas. It is dominated by the peak of Nanda Devi, which rises to over 7,800 m. No people live in the park, which has remained more or less intact because of its inaccessibility. It is the habitat of several endangered mammals, especially the snow leopard, Himalayan musk deer and bharal.

The park lies in Chamoli district, within the Garhwal Himalaya. It comprises the catchment area of the Rishi Ganga, an eastern tributary of Dhauli Ganga which flows into the Alaknanda River at Joshimath. The area is a vast glacial basin, divided by a series of parallel, north-south oriented ridges. These rise up to the encircling mountain rim along which are about a dozen peaks, the better known including Dunagiri, Changbang and Nanda Devi East.

Nanda Devi West, India's second-highest mountain, lies on a short ridge projecting into the basin and rises up from Nanda Devi East on the eastern rim. Trisul, in the south-west, also lies inside the basin. The upper Rishi Valley, often referred to as the 'Inner Sanctuary', is fed by Changbang, North Rishi and North Nanda Devi glaciers to the north and by South Nanda Devi and South Rishi glaciers to the south of the Nanda Devi massif. There is an impressive gorge cutting through the Devistan-Rishikot ridge below the confluence of the North and South Rishi rivers. The Trisuli and Ramani glaciers are features of the lower Rishi Valley or 'Outer Sanctuary', below which the Rishi Ganga enters the narrow, steep-sided lower gorge.

Forests are restricted largely to the Rishi Gorge and are dominated by fir, rhododendron and birch up to about 3,350 m. Forming a broad belt between these and the alpine meadows is birch forest, with an understorey of rhododendron. Conditions are drier within the 'Inner Sanctuary', becoming almost xeric up the main Nanda Devi glaciers. Beyond Ramani, the vegetation switches from forest to dry alpine communities, with scrub juniper becoming the dominant cover within the 'Inner Sanctuary'. Juniper gives way altitudinally to grasses, prone mosses and lichens, and on riverine soils to annual herbs and dwarf willow.

Woody vegetation extends along the sides of the main glaciers before changing gradually to squat alpines and lichens. Local populations use a total of 97 species, for medicine, as food plants, fodder, fuel, tools, house building and fibres, as well as for religious purposes.

The basin is renowned for the abundance of its ungulate populations, notably Himalayan musk deer (listed as 'lower risk' threatened species). Mainland serow and Himalayan tahr are also common. The distribution of goral does not appear to extend to within the basin, although the species does occur in the vicinity of the national park. Large carnivores are common leopard, Himalayan black bear and brown bear, the existence of which has yet to be confirmed. The only primate present is common langur, although rhesus macaque has been sighted outside the park boundaries. Some 83 species are reported from the biosphere reserve.

A total of 114 bird species belonging to 30 families was recorded during the 1993 Nanda Devi Scientific and Ecological Expedition, some 67 for the first time. Species abundant during May and June include crested black tit, yellow-bellied fantail flycatcher, orange-flanked bush robin, blue-fronted redstart, Indian tree pipit, vinaceous-breasted pipit, common rosefinch and nutcracker. Species richness was found to be highest in temperate forests, with a significant decline in richness as elevation increased.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique
[Uniquement en anglais]

Established as a national park with effect from 6 November 1982 as per Notification No. 3912/14-3-35-80 of 6 September 1982, the intention having been declared under Notification No. 2130/14-3-35-80 of 18 August 1980. Dang (1961) provides an historical account of the exploration of the Handa Devi Basin. The first recorded attempt to enter the sacred basin was by W. W. Graham in 1883, but he was unable to proceed beyond the gorge of the lower Rishi Ganga. Subsequent attempts by Dr T. G. Longstaff in 1870 and Hugh Ruttledge in 1926, 1927 and 1932 also met with failure. Finally, in 1934, Eric shipton and H. W. Tilman pioneered a route to the 'Inner Sanctuary' by forcing a passage up the gorge of the upper Rishi Ganga. Later, in 1936, Tilman and N. E. Odell made the first ascent of Handa Devi, reputedly the most outstanding mountaineering success of the pre-Second World War era. It was their accounts of this natural sanctuary that first drew attention to the spectacular mountain wilderness (Tilman, 1935; Shipton, 1936), following which the area was established as a game sanctuary on 7 January 1939 (Government Order No. 1493/XIV-28). Commonly referred to as 'Handa Devi Sanctuary', the name was changed to sanjay Gandhi National Park at the time of notification. This met with local opposition and the site was gazetted as Handa Devi National Park. The park was inscribed on the World Heritage List in December 1988. The park constitutes the core zone of a much larger area (200,000ha), extending as far north as the Dhauli Ganga, that has been proposed as a biosphere reserve (Indian National MAB Committee, n.d.).

Source : évaluation des Organisations consultatives