jump to the content

Îles Lord Howe

Lord Howe Island Group

A remarkable example of isolated oceanic islands, born of volcanic activity more than 2,000 m under the sea, these islands boast a spectacular topography and are home to numerous endemic species, especially birds.

Îles Lord Howe

Remarquable exemple d’îles océaniques isolées, nées d’une activité volcanique sous-marine à plus de 2 000 m de profondeur, ces îles présentent une topographie spectaculaire et abritent de nombreuses espèces endémiques, en particulier d’oiseaux.

جزر اللورد هوي

إنها مثال ملفت للجزر المحيطية المنعزلة التي نشأت من نشاط بركاني تحت البحر على عمق أكثر من 2000 متر. ولهذه الجزر طوبوغرافيا مذهلة وهي مسكن لعدد كبير من الأجناس المستوطنة وبشكل خاص العصافير.

source: UNESCO/ERI

豪勋爵群岛

这是典型的孤立海洋群岛,由海底两千多米深处的火山喷发而形成。群岛地形独特,岛上有大量当地的特有物种,特别是鸟类。

source: UNESCO/ERI

Район острова Лорд-Хау

Удаленные острова, возникшие в результате подводных вулканических извержений, произошедших на глубине более 2 тыс. м, отличаются живописным скалистым рельефом и служат убежищем для многочисленных эндемических живых организмов, особенно птиц.

source: UNESCO/ERI

Islas de Lord Howe

Este archipiélago es un ejemplo notable de la generación de un conjunto de islas oceánicas aisladas por el desencadenamiento de una actividad volcánica submarina a más de 2.000 metros de profundidad. Las islas albergan numerosas especies endémicas –sobre todo de pájaros– y su topografía es espectacular.

source: UNESCO/ERI

ロード・ハウ諸島

source: NFUAJ

Lord Howe eilandengroep

De eilandengroep bestaat uit de omhooggekomen toppen van grote vulkanische onderzeese bergen. Zo'n 6,5 tot 7 miljoen jaar geleden barstte een grote schildvulkaan uit en duwde gedurende 500.000 jaar de bergen omhoog. De toppen rijzen op vanuit een diepte van meer dan 1.800 meter in de zuidelijke Stille Oceaan, 700 km ten noordoosten van Sydney. De eilandengroep is ongeveer 65 km lang en 24 km breed. De vulkanische eilanden hebben een spectaculaire topografie en zijn de thuisbasis van een groot aantal inheemse diersoorten, met name vogels.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Iles Lord Howe © Tourism Australia
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les îles Lord Howe sont un exemple remarquable d’îles océaniques d’origine volcanique abritant un biotope végétal et animal unique, ainsi que d’authentiques récifs coralliens les plus méridionaux de la planète. Elles forment une région de paysages impressionnants et pittoresques enserrés à l’intérieur d’une petite zone terrestre et constituent une aire de reproduction importante pour plusieurs populations d’oiseaux marins, ainsi qu’un habitat naturel précieux pour la conservation d’espèces menacées. Les espèces emblématiques comprennent des espèces endémiques comme le râle sylvestre (Gallirallis sylvestris), qui fut un temps considéré comme l’un des oiseaux les plus rares du monde, et le phasme de Lord Howe (Dryococelus australis), le plus grand phasme du monde que l’on croyait disparu avant sa redécouverte sur la pyramide de Ball.

Environ 75% de la partie terrestre du bien est gérée comme une réserve naturelle permanente comprenant les montagnes du nord et du sud de l’île Lord Howe proprement dite, les îles de l’Amirauté, l’île de Muttonbird, la pyramide de Ball et les îlots environnants. Le site se trouve dans la mer de Tasmanie, à environ 570 kilomètres à l’est de Port Macquarie. Sa superficie totale, y compris l’aire marine et les récifs coralliens associés, est de 146 300 hectares, l’aire terrestre représentant environ 1 540 hectares.

Critère (vii) : Les îles Lord Howe présentent un relief topographique incomparable et une diversité exceptionnelle de paysages impressionnants et pittoresques à l’intérieur d’une aire réduite, notamment des pentes montagneuses très escarpées, un arc étendu de collines entourant la lagune et la pyramide de Ball s’élevant de façon abrupte au-dessus de l’océan. Elles sont considérées comme un modèle remarquable de système insulaire résultant de l’activité volcanique sous-marine et montrant le stade de destruction presque achevée d’un grand volcan‑bouclier. Entourées de récifs coralliens les plus méridionaux de la planète, ces îles sont un exemple rare de zone de transition entre récifs algaires et récifs coralliens. De nombreuses espèces s’y trouvent à la limite de leur aire écologique, le taux d’endémisme y est élevé et des assemblages uniques de formes tempérées et tropicales y cohabitent.

Les îles abritent d’importantes colonies d’oiseaux marins nicheurs, ce qui contribue à leur importance pour une vaste région océanique. Elles sont le seul lieu de reproduction important du pétrel de Solander (Pterodroma solandri) et contiennent l’une des plus grandes aires de reproduction du phaéton à brins rouges (Phaethon rubricauda).

Critère (x) : Les îles Lord Howe offrent un exemple remarquable de développement d’un biotope insulaire caractéristique qui s’est adapté à l’environnement insulaire grâce à la spéciation. Un nombre important d’espèces ou de sous-espèces endémiques végétales et animales ont évolué à l’intérieur d’une aire très réduite. La diversité des paysages et des biotopes et le nombre élevé d’espèces menacées et endémiques font de ces îles un modèle exceptionnel de processus évolutifs indépendants.

Les îles Lord Howe abritent un grand nombre d’espèces ou de sous-espèces endémiques menacées de plantes et d’animaux, par exemple le râle sylvestre qui, au moment de l’inscription, était considéré comme l’un des oiseaux les plus rares du monde. Bien qu’un certain nombre d’espèces endémiques aient malheureusement disparu depuis l’arrivée de l’homme et des espèces qui l’ont accompagné, le phasme de Lord Howe, le plus grand phasme du monde, existe toujours sur la pyramide de Ball. Les îles sont un exemple remarquable de groupe d’îles océaniques abritant une gamme diverse d’écosystèmes et d’espèces qui n’ont été au contact de l’homme que pendant un temps assez restreint. 

Intégrité

Les limites du bien englobent l’ensemble des aires essentielles pour le maintien des écosystèmes et de la beauté du bien. Elles comprennent l’ensemble des vestiges émergés de l’ancien volcan-bouclier et les récifs environnants, ainsi qu’une partie importante des monts sous‑marins de l’île Lord Howe et de la pyramide de Ball. La composante insulaire du bien bénéficie du statut de réserve naturelle permanente et les eaux environnantes sont des parcs marins. Les terres non incluses dans la réserve naturelle permanente sont gérées de façon à assurer la pérennité des valeurs du site. La préservation du site inscrit aurait tout à gagner de l’inclusion de l’ensemble du parc marin fédéral. 

Au moment de l’inscription, des inquiétudes se sont exprimées au sujet d’une proposition de construction de quatre pylônes de télécommunication, en l’absence d’une évaluation approfondie sur la base d’une étude d’impact environnemental. Ces pylônes, qui ont effectivement été construits par la suite, n’existent plus aujourd’hui. Les empiètements liés au développement, les plantes et animaux introduits et les pressions qu’exercent les visiteurs/le tourisme sont d’autres facteurs susceptibles de mettre en danger l’intégrité du site. Depuis l’inscription, la mise en œuvre d’un programme visant à améliorer l’état de conservation du râle sylvestre, ainsi que l’éradication réussie des porcs sauvages et des chats et l’éradication presque complète des chèvres, ont contribué à une amélioration significative des valeurs du patrimoine mondial par rapport à la situation observée au moment de l’inscription.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est soumis à un ensemble détaillé de mesures de protection, de gestion et de surveillance, qui sont soutenues par des ressources humaines et financières adéquates.

Tous les sites du patrimoine mondial en Australie sont considérés comme des « éléments de valeur environnementale nationale » protégés et gérés conformément à la législation nationale, notamment la loi de 1999 sur la protection de l’environnement et la conservation de la biodiversité. Cette loi est l’instrument légal de mise en œuvre des obligations de l’Australie découlant de plusieurs accords multilatéraux sur l’environnement, dont la Convention du patrimoine mondial. Aux termes de cette loi, toute mesure qui a, aura ou est susceptible d’avoir un impact significatif sur les valeurs du patrimoine d’un site du patrimoine mondial doit être référée au ministre responsable pour examen. Des sanctions sévères sont prévues au cas où une mesure serait prise sans approbation préalable. Une fois qu’un site du patrimoine est classé, la loi prévoit l’établissement de plans de gestion définissant les aspects importants de ce site du point de vue du patrimoine et les modalités de préservation des valeurs propres à ce site.

Cette loi, et cela est important, vise aussi à protéger les éléments de valeur environnementale nationale tels que les biens du patrimoine mondial contre les impacts, même si l’origine de ces impacts se trouve à l’extérieur du site ou si les valeurs du bien sont mobiles (comme dans le cas de la faune). Elle offre ainsi un niveau supplémentaire de protection des valeurs des biens du patrimoine mondial contre les impacts extérieurs.

En 2007, les îles Lord Howe ont été inscrites sur la liste du patrimoine national en reconnaissance de leur importance comme élément du patrimoine national.

La gestion sur place de la composante terrestre du site est assurée par le Conseil de l’île Lord Howe, dans le cadre statutaire du plan d’environnement local de l’île Lord Howe (2010) qui met l’accent sur les valeurs du patrimoine mondial. Le Département de l’environnement, du changement climatique et de l’eau de Nouvelle-Galles du Sud est chargé de la planification de la réserve naturelle permanente. La Direction des parcs marins de Nouvelle-Galles du Sud est responsable de la gestion des zones marines (à la fois les eaux dépendant de l’état de Nouvelle-Galles du Sud et celles qui sont placées sous la responsabilité de l’Etat fédéral). 

Les menaces principales qui pèsent sur le site et requièrent une attention constante comprennent : la pêche, le tourisme, les animaux envahissants, les plantes et les pathogènes, ainsi que le changement climatique anthropique. Le nombre des visiteurs est limité afin de contrôler les impacts et de nouveaux plans de gestion et de zonage du parc marin sont en cours d’établissement à la fois pour les eaux dépendant de l’état de Nouvelle-Galles du Sud et celles qui sont placées sous la responsabilité de l’Etat fédéral. Des mesures sont prises pour empêcher l’introduction de nouvelles espèces végétales envahissantes et des ressources importantes sont consacrées au contrôle et à l’éradication des plantes adventices. Une proposition en vue de l’éradication des rongeurs d’origine extérieure est en cours d’élaboration.

Description longue
[Uniquement en anglais]

Located in the South Pacific, 700 km north-east of Sydney, the property is included administratively in New South Wales. The preserve includes some 75% of the land area of Lord Howe Island and all of the offshore islands and rocks of significant size in the region. These are the Admiralty Group; Mutton Bird and Sail Rock; Blackburn (Rabbit) Island; Gower Island; and Ball's Pyramid, together with a number of small islands and rocks. The seaward boundary follows the mean high water mark and consequently excludes all littoral and marine areas. The entire island group has remarkable volcanic exposures not known elsewhere.

The main island of Lord Howe measures 10 km from north and south and is little more than 2 km in width. It roughly describes a crescent, enclosing a coral reef lagoon on its south-western side. The island's topography is dominated by the southerly Mount Gower and Mount Lidgbird. Only a narrow isthmus of lowland country in the north-central part of the island is habitable. The northern tip consists of steep hillsides culminating in extensive sea cliffs against the northern coastline.

Lord Howe Island is the eroded remnant of a large shield volcano which erupted from the sea floor intermittently for about 500,000 years in the late Miocene (6.5-7 million years ago). The island group represents the exposed peaks of a large volcanic seamount which is about 65 km long and 24 km wide and which rises from ocean depths of over 1,800 m. Four separate series of volcanic rocks are recognized on the main island group: tuffs, breccia and basalts, with widespread intrusion of basaltic dykes. The dominant landforming process on Lord Howe since the last of the volcanic eruptions has been marine erosion, which has cut and maintained major cliffs. Slope failure and accumulation of talus at the foot of some cliffs, especially in the south, have modified their original shape.

The island supports the southern truest coral reef in the world, which is of Pleistocene to Recent Age and differs considerably from more northerly warm water reefs. It is unique in being a transition between the algal and coral reef, due to fluctuations of hot and cold water around the island. A wide variety of vegetation types has been described for the islands, with the diversity corresponding with the range of habitats. Variable exposure to wind and penetration of salt spray appear to be the main determinants of vegetation occurrence, structure and floristic.

 A population of the large forest bat occurs on the Island. No other indigenous native mammals are known. Introduced species, however, include mice, rats and goats.

There are at least 129 native and introduced bird species. Lord Howe is now the only known breeding ground for providence petrel. Fleshy-footed shearwater breeds in large numbers, with possibly half the world's population present seasonally. Other important species breeding within the preserve include kermadec petrel, black-winged petrel, wedge-tailed shearwater, little shearwater, white-bellied storm petrel, masked booby, and red-tailed tropic bird in greater concentrations than probably anywhere else in the world.

The earliest European discovery of Lord Howe appears to have been in 1788 by the British. A small permanent settlement was established in the 19th century, subsisting on trade with passing ships. There is no recognized evidence of prior Polynesian or Melanesian discovery or settlement.

Source : UNESCO/CLT/WHC