English Français
Aidez maintenant !

Tassili n'Ajjer

Tassili n'Ajjer

Located in a strange lunar landscape of great geological interest, this site has one of the most important groupings of prehistoric cave art in the world. More than 15,000 drawings and engravings record the climatic changes, the animal migrations and the evolution of human life on the edge of the Sahara from 6000 BC to the first centuries of the present era. The geological formations are of outstanding scenic interest, with eroded sandstones forming ‘forests of rock’.

Tassili n'Ajjer

Cet étrange paysage lunaire de grand intérêt géologique abrite l’un des plus importants ensembles d’art rupestre préhistorique du monde. Plus de 15 000 dessins et gravures permettent d’y suivre, depuis 6000 av. J.-C. jusqu’aux premiers siècles de notre ère, les changements du climat, les migrations de la faune et l’évolution de la vie humaine aux confins du Sahara. Le panorama de formations géologiques présente un intérêt exceptionnel avec ses « forêts de rochers » de grès érodé.

طاسيلي ناجّر

يأوي هذا المنظر القمري الغريب الذي يتمتّع بأهمية جيولوجية كبيرة إحدى أكبر المجّمعات الفنية الصخرية التي تعود إلى فترة ما قبل التاريخ في العالم. ويمكن المرء، عبر 15000 رسم  ومنحوتة تعود إلى عام 6000 قبل الميلاد وتستمرّ حتى القرون الأولى من عصرنا، متابعة التغييرات في الطقس وهجرة الثروة الحيوانية وتطوّر الحياة البشرية في غياهب الصحارى. وتشكّل بانوراما التكوينات الجيولوجية مصدر اهتمام استثنائي بفضل "الغابات الصخرية " التي تتشكّل من الصلصال الرملي المتآكل.

source: UNESCO/ERI

阿杰尔的塔西利

该遗址所在地环境独特,如同月球表面,极具地质学研究意义,是世界上最重要的史前岩洞艺术群之一。15,000多幅绘画和雕刻作品记录了公元前6000年至公元初几个世纪撒哈拉沙漠边缘地区的气候变化、动物迁徙和人类生活进化。当地的地质构成形态有着极高的观赏价值,被侵蚀的砂岩形成了“石林”。  

source: UNESCO/ERI

Плато Тассилин-Аджер

Здесь, среди необычного «лунного» ландшафта, представляющего огромный геологический интерес, располагается одна из крупнейших в мире коллекций доисторического наскального искусства. Более 15 тыс. рисунков и гравюр отражают климатические изменения, а также эволюцию животного мира и человека, происходившие в Сахаре в период с 6-го тысячелетия до н.э. вплоть до первых веков нашей эры. Здешний рельеф, образованный эродированным песчаником (так называемый «каменный лес»), очень живописен.

source: UNESCO/ERI

Tasili n’Ajer

Ubicado en un extraño paisaje lunar de gran interés geológico, el sitio de Tasili n’Ajer alberga uno de los conjuntos más importantes del mundo de arte rupestre prehistórico. Unos 15.000 dibujos y grabados permiten seguir las huellas de los cambios climáticos, las migraciones de la fauna y la evolución de la vida humana en los confines del Sahara, desde el año 6000 a.C. hasta los primeros siglos nuestra era. Las formaciones geológicas en forma de “bosques rocosos” de arenisca erosionada revisten un interés excepcional.

source: UNESCO/ERI

タッシリ・ナジェール

source: NFUAJ

Tassili n’Ajjer

Tassili n’Ajjer herbergt een van de belangrijkste groepen prehistorische grotschilderingen ter wereld. In 1933 werden de schilderingen ontdekt en tot op heden zijn er 15.000 tekeningen en gravures gevonden. Ze geven een beeld van klimaatveranderingen, diermigraties en de evolutie van het menselijk leven aan de rand van de Sahara. De grotkunst beslaat de periode van 6000 voor Christus tot de eerste eeuwen van ons huidige tijdperk. Tassili n’Ajjer is ook geologisch van belang. Het vreemde maanlandschap van uitstekende rotsformaties afgewisseld met uitgesleten zandsteen vormt een prachtig panorama. Het indrukwekkende landschap wordt om die reden ook wel 'rotsbos' genoemd.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Tassili n'Ajjer est un immense plateau situé au Sud-est de l'Algérie aux confins de la Libye, du Niger et du Mali, couvrant  une superficie de 72 000 km². La densité exceptionnelle des peintures et des gravures, et l'existence de nombreux vestiges préhistoriques sont des témoignages exceptionnels de la Préhistoire. Depuis 10 000 ans avant notre ère jusqu'aux premiers siècles, les populations qui se sont succédées ont laissé de nombreuses traces archéologiques, habitats, tumuli et enclos, qui ont livré un abondant matériel lithique et céramique. Toutefois c'est l'art rupestre (gravures et peintures) qui a fait la renommée mondiale du Tassili à partir de 1933, date de sa découverte. 15 000 gravures ont été répertoriées jusqu'à nos jours. 

Le bien est également d'un grand intérêt géologique et esthétique : le panorama des formations géologiques avec ses « forêts de rochers » de grès érodé offre l'image d'un étrange paysage lunaire.

Critère (i) : L'ensemble remarquable de peintures et de gravures rupestres de diverses périodes confère une renommée mondiale au bien. Les représentations  de la période des têtes rondes renvoient à d'éventuelles pratiques magico-religieuse vieilles de quelques 10 000 ans, alors que  les représentations de la période des bovidés, marquant la vie quotidienne et sociale, présentent un  réalisme esthétique naturaliste comptant parmi les plus célèbres de l'art pariétal préhistorique. Les dernières images montrent des représentations de la domestication des chevaux et des chameaux.

Critère (iii) : Les images de l'art rupestre couvrent une période d'environ 10 000 ans et le patrimoine culturel du Tassili témoigne de traditions culturelles vivantes et disparues qui informent sur la succession et l'évolution des civilisations et des cultures préhistoriques très anciennes. Avec les restes archéologiques, ils témoignent de manière particulièrement vivante des changements climatiques, des changements de la faune et de la flore  et plus particulièrement des possibilités offertes à l'élevage et à la vie pastorale liés à des sites défensifs inexpugnables à certaines périodes de la préhistoire.

Critère (vii) : Avec des grés érodés qui constituent des « forêts de rochers », le bien est d'un intérêt esthétique remarquable. Les grès ont gardé intactes les traces et les empreintes des grands évènements géologiques et climatiques. L'eau d'abord et le vent ensuite, par les effets de la corrosion, ont contribué à la mise en place d'une morphologie particulière, celle d'un plateau découpé par les eaux et adouci par le vent.

Critère (viii) : La conformation géologique du Tassili n'Ajjer présente des unités cristallines précambriennes et des successions sédimentaires gréseuses de grand intérêt paléogéographique et paléo écologique.

Les hommes ont  vécu dans cet espace en développant des comportements physiologiques et culturels adaptés à la rigueur du climat ; leurs témoignages remontent à plusieurs centaines de milliers d'années. L'art rupestre, justement tassilien, est l'expression la plus éloquente de relations entre l'homme et son environnement, où plus de 15 000 dessins et gravures témoignant des changements du climat, des migrations de la faune et de l'évolution de la vie humaine aux confins du Sahara. Cet art montre des espèces dépendantes de l'eau, telles l'hippopotame et des espèces éteintes dans la région depuis plusieurs milliers d'années. Cette combinaison d'éléments géologiques, écologiques et culturels constitue un exemple éminemment représentatif du témoignage de la vie.

Intégrité

Le bien contient l'ensemble des sites d'art rupestre et des paysages clés représentant sa beauté naturelle et tous les sites de la diversité biologique et écologique qui constituent les attributs de la valeur universelle exceptionnelle. Les limites et la taille (72 000 km²) du bien sont suffisantes pour maintenir le processus géologique et garantir l'intégrité de l'héritage culturel du site.

Authenticité

La richesse du patrimoine culturel - art rupestre et vestiges archéologiques - et la diversité naturelle - écosystème, faune, flore et zones humides - reflètent pleinement la valeur universelle exceptionnelle. Ils sont vulnérables aux détériorations causées par les phénomènes climatiques et aux dommages occasionnés par les visiteurs.

Besoins en matière de protection et de gestion

Face aux enjeux géostratégiques contemporains, et devant les nouveaux schémas de développement et d'aménagement du territoire des régions sahariennes limitrophes, le ministère de la culture a introduit, dans le cadre de la loi sur le patrimoine culturel (loi 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel), une nouvelle catégorie de protection des valeurs culturelles et naturelles : le parc culturel- Une notion de protection des espaces géographiques où s'imbriquent et se juxtaposent, dans une configuration intelligible, les différentes valeurs culturelles et naturelles. 

C'est partant de cette identification qu'ont été déterminées les règles d'organisation et de gestion et précisés les structures et mécanismes qui gouvernent ces espaces, depuis la grotte préhistorique jusqu'aux actuels tissus urbains, à travers un plan général d'aménagement du territoire, instrument juridique et technique de planification et d'orientation qui associe les secteurs de la culture, de l'intérieur et des collectivités locales, de l'environnement, des forêts.

Aussi, la gestion durable de l'héritage du Tassili est inscrite dans le cadre de la mise en œuvre de la loi sur le patrimoine culturel et de ses textes d'application  portant création et organisation de l'Office du parc du Tassili, un établissement public à caractère administratif (EPA), dont les missions sont la protection, la conservation et la mise en valeur des patrimoines culturel et naturel. Cet établissement est dirigé par un directeur nommé par décret et administré par un Conseil d'orientation qui regroupe les représentants des différents départements ministériels et les élus locaux. Il est doté d'un budget annuel de fonctionnement, pour la mise en œuvre du plan d'action établi, dans le cadre d'une politique de gestion participative,  intégrant les différents partenaires,  et un budget d'équipement pour la réalisation de grands projets d'aménagements et d'infrastructures. 

Les programmes de recherche en cours dans le parc répondent, d'abord, aux grands défis de la  conservation d'un patrimoine culturel et naturel fragile et vulnérable, soumis à des conditions climatiques extrêmes, ensuite à des impératifs de  socialisation, d'éducation, et de promotion des bonnes pratiques en matière d'utilisation durable de la diversité culturelle et naturelle auprès des  habitants du parc. La gestion du bien tient compte également de la forte valeur régionale du Tassili n'Ajjer comme l'un des éléments essentiels d'une ceinture écologique, qui réunit des espèces animales et végétales de type saharien, tropical et méditerranéen, adaptés aux rigueurs du climat. L'activité touristique génératrice de revenus et d'emplois au profit des populations locales est soumise à des conditions qui garantissent une meilleure exploitation des ressources naturelles et des biens culturels. Le tourisme est strictement contrôlé, les groupes de visiteurs sont toujours accompagnés par un guide officiel. Un des impératifs à long terme restera la gestion du tourisme dans ce bien immense.

Description longue

Le Tassili, région montagneuse située au centre du Sahara, occupe la partie sud-est du Sahara algérien, aux frontières de la Libye, du Niger et du Mali. Cet étrange paysage lunaire se caractérise par de profondes gorges, par des lits de rivière asséchés et par des « forêts de rochers ». Au cours de l'époque préhistorique, le Tassili a bénéficié de conditions climatiques beaucoup plus favorables à l'occupation humaine qu'elles ne le sont aujourd'hui : l'abondance de gibier, les possibilités de pratiquer l'élevage et la vie pastorale à proximité immédiate de sites inexpugnables, naturellement défendus, ont été les moteurs essentiels du développement de sa population.

Les formations rocheuses tout à fait uniques et le réseau de vallées encaissées du plateau sont le produit d'une alternance de périodes sèches et humides. À la fin du pléistocène supérieur, par exemple, la région comportait d'immenses lacs, dans la zone aujourd'hui occupée par les Grands Ergs. Ces lacs étaient alimentés par des cours d'eau qui descendaient du Tassili, dont les lits asséchés sont encore visibles aujourd'hui. À la surface du plateau, les rivières ont creusé de profondes gorges, et formé ainsi des plateaux séparés. Depuis 10 000 ans, la région s'est asséchée progressivement, même si ce processus s'est inversé entre 4000 et 2000 av. J.-C., au cours d'une période plus humide. Durant les périodes sèches, l'érosion éolienne a créé des formations rocheuses qui ressemblent à des ruines, connues sous le nom de « forêts de rochers ».

Les plantes et les animaux encore présents sur le plateau témoignent de périodes antérieures plus humides. Parmi les espèces résiduelles qui ont réussi à survivre au sein de microclimats humides, outre le poisson et la crevette, il existait, jusqu'en 1940, un crocodile nain du Sahara qui vivait à des milliers de kilomètres de ses congénères les plus proches, en Égypte.

Depuis 6000 av. J.-C. environ, jusqu'aux premiers siècles de l'ère chrétienne, les différents peuples qui habitaient le plateau ont laissé de nombreuses traces archéologiques de leur présence : habitats, tumulus et enclos qui ont livré un grand nombre d'objets en terre cuite. Toutefois, le Tassili est célèbre dans le monde entier pour les peintures et les gravures rupestres qui y ont été découvertes depuis 1933. Son art se partage entre différentes périodes dont chacune correspond à une faune bien spécifique, mais peut également être distinguée à partir de caractéristiques stylistiques, indépendamment de toute référence à l'écosystème.

On peut en identifier cinq : la période naturaliste, qui peint la faune de la savane ; la période archaïque, au cours de laquelle les représentations, qu'elles soient petites ou colossales, prennent la forme de pictogrammes évidemment chargés d'une signification magique ; la période bovidienne (4000-1500 av. J.-C.), la plus importante sur le plan quantitatif, au cours de laquelle les représentations de troupeaux de bovidés et de scènes de la vie quotidienne, figurées en fonction d'une nouvelle esthétique naturaliste, comptent parmi les meilleurs exemples de l'art pariétal préhistorique ; la période du cheval, couvrant la fin du néolithique et la protohistoire, marquée par la disparition de nombreuses espèces en raison de la désertification progressive de la région, et par l'apparition du cheval ; la période du chameau, au cours des premiers siècles de l'ère chrétienne, qui coïncide avec l'installation d'un climat désertique extrêmement aride, et avec l'apparition du dromadaire. Le groupe de peintures le plus important se trouve à l'est de Djanet, à l'intérieur du parc national, mais d'autres œuvres d'art rupestre remarquables sont conservées plus au nord, dans la région du wadi Djerat, près d'Illizi.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Notes
  • Modification dans la numérotation des critères pour les biens inscrits pour leur valeur géologique et biologique sous le critère naturel N (ii). Le critère naturel N (i) a été ajouté. Voir Décision 30.COM 8D.1