English Français

Cité ancienne de Qalhât

Ancient City of Qalhat

The property, which is located on the east coast of the Sultanate of Oman, includes the ancient city of Qalhat, surrounded by inner and outer walls, as well as areas beyond the ramparts where necropolises are located. The city developed as a major port on the east coast of Arabia between the 11th and 15th centuries CE, during the reign of the Hormuz princes. The Ancient City bears unique archaeological testimony to the trade links between the east coast of Arabia, East Africa, India, China and South-East Asia.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Cité ancienne de Qalhât

Le bien, qui se trouve sur la côte est du sultanat d’Oman, comprend la cité ancienne de Qalhât, délimitée par des remparts intérieurs et extérieurs, ainsi que des zones en dehors des remparts où se situent des nécropoles. La cité était un port important de la côte orientale de l’Arabie, qui s’est développé du XIe au XVe siècle de notre ère, sous le règne des princes d’Ormuz. Elle fournit des témoignages archéologiques uniques sur les échanges commerciaux entre la côte orientale de l’Arabie, l’Afrique de l’Est, l’Inde et jusqu’à la Chine et l’Asie du Sud-Est.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

مدينة قلهات التاريخية
يضم الموقع، الموجود على الساحل الشرقي لسلطنة عُمان، مدينة قلهات التاريخية التي تحدّها أسوار داخلية وخارجية، بالإضافة إلى مناطق تحتوي على قبور ضخمة أثرية خارج هذه الأسوار. وكانت المدينة ميناءً هاماً على الساحل الشرقي لشبه الجزيرة العربية، إذ تطور بين القرنين الحادي عشر والخامس عشر الميلادي، وذلك في فترة حكم أمراء هرمز. وتقدم المدينة اليوم شهادات أثرية فريدة على التبادلات التجارية بين الساحل الشرقي لشبه الجزيرة العربية وأفريقيا الشرقية والهند حتى الصين وجنوب شرق آسيا.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

卡尔哈特古城

该遗产地位于阿曼苏丹国东海岸的卡尔哈特,遗址包括拥有内外城墙的卡尔哈特古城,以及城墙外的墓地。在11-15世纪的霍尔木兹王朝统治期间,卡尔哈特发展成为阿拉伯东海岸的主要港口。如今它已成为阿拉伯东海岸与东非、印度、中国和东南亚之间的贸易联系的独特见证。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Древний город Калхат

Этот объект находится на восточном побережье Султаната Омана. Он включает древний город Калхат, окруженный внутренними и внешними стенами, а также районы за пределами городских стен, в которых расположены некрополи. Город был важным портом на восточном побережье Аравийского полуострова, активно развивавшимся с XI по XV век нашей эры во времена правителей Ормуза. Древний город Калхат служит уникальным археологическим свидетельством торговли между жителями восточного побережья Аравийского полуострова, Восточной Африки, Индии, Китая и Юго-Восточной Азии.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Ciudadela antigua de Qalhât

Ubicado en el litoral oriental del sultanato de Omán, este sitio engloba los vestigios de la antigua ciudad de Qalhât, circunscrita por murallas interiores y exteriores, así como los restos de algunas necrópolis situadas fuera de las fortificaciones. Entre los siglos XI y XV, bajo el dominio de los príncipes de Ormuz, Qalhât llegó a ser una importante ciudad portuaria de la costa oriental de la Península Arábiga. Sus vestigios arqueológicos constituyen hoy en día un testimonio único en su género de los intercambios comerciales marítimos de la Arabia Oriental con el África del Este y la India, e incluso con el Asia Sudoriental y China.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
Mausolée de Bibi Maryam © MHC
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La cité ancienne de Qalhât est située sur la côte orientale du sultanat d’Oman, à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Sour. Le bien englobe l’ensemble de la cité ancienne de Qalhât, délimitée par ses remparts intérieurs et extérieurs, sur une étendue de 35 hectares, ainsi que les zones situées hors les murs où sont les nécropoles.

C’était une importante ville portuaire ouverte sur la mer d’Oman, le long de la côte orientale de l’Arabie, qui favorisa le commerce avec le golfe Persique et l’océan Indien, se posant ainsi comme un centre du commerce entre l’Inde et, à travers elle, l’Asie de l’Est et du Sud-Est, et la péninsule d’Arabie. Qalhât prospéra du XIe au XVIe siècle de notre ère, sous le règne des princes d’Ormuz qui coordonnèrent les exportations vitales de chevaux, de dattes, d’encens et de perles. Suite aux assauts portugais, la cité ancienne de Qalhât fut abandonnée au XVIe siècle et préservée depuis lors comme site archéologique. Les vestiges et monuments qu’elle contient sont la parfaite illustration d’une ville portuaire du royaume d’Ormuz dont ils reflètent l’héritage, l’architecture et l’aménagement.

Critère (ii) : Qalhât témoigne de l’échange d’influences culturelles et commerciales dont la sphère va s’étendre du royaume d’Ormuz jusqu’à l’Inde, la Chine et l’Asie du Sud-Est. Le site archéologique de Qalhât apporte la preuve matérielle de ces échanges, non seulement en documentant les caractéristiques architecturales qui renvoient à son produit intrinsèque, les dattes, les chevaux arabes, ainsi que les épices et les perles, mais aussi en intégrant les aspects multiculturels d’une cité médiévale cosmopolite, aux maisons influencées par les besoins de leurs divers propriétaires et habitants d’origine culturelle étrangère. La cité ancienne compte également un nombre d’édifices hautement représentatifs mentionnés dans les récits d’anciens voyageurs.

Critère (iii) : La cité ancienne de Qalhât apporte un témoignage unique sur le royaume d’Ormuz qui prospéra du XIe au XVIe siècle de notre ère. Elle offre l’image exceptionnelle d’un de ces grands nœuds d’échanges qui s’imposa sous le règne des princes d’Ormuz en tirant avantage de sa position géopolitique dans la région. Ce fut la résidence saisonnière et le lieu de refuge des princes d’Ormuz, ce qui lui valut le titre de seconde capitale du royaume. Le plan urbain et les bâtiments de Qalhât mis au jour révèlent des aspects et des caractéristiques propres au royaume d’Ormuz dont les vestiges archéologiques sont la représentation la plus complète, et ils constituent un atout supplémentaire permettant de se faire une idée plus précise de son mode de vie et d’échange commercial.

Intégrité

Tous les éléments clés de la cité ancienne de Qalhât se trouvent à l’intérieur des limites du bien qui regroupent l’intégralité de la cité intramuros et les structures situées immédiatement à l’extérieur des remparts. Les vestiges des murs d’enceinte et le tissu de rues procurent un témoignage représentatif pour le royaume d’Ormuz, avec les découvertes archéologiques qui s’ajoutent à notre compréhension de son mode de fonctionnement.

La cité ancienne de Qalhât n’est exposée à aucun risque majeur, sachant que l’autoroute qui passe à l’ouest du bien résulte d’une malheureuse intervention du passé. Il est important que les futures infrastructures et autres aménagements proches du bien n’exercent aucun impact négatif sur l’ensemble des qualités paysagères du site. En cas de future augmentation du nombre de visiteurs du fait de nouveaux concepts de visite, il convient d’établir à Qalhât un contrôle et une gestion de la fréquentation touristique afin d’éviter toute pression et comportement répréhensible.

Authenticité

Depuis son abandon au XVIe siècle, la cité ancienne de Qalhât est un site archéologique. Son tissu et sa forme du point de vue architectural et urbain restent authentiques, quasiment intacts, tout comme son cadre. L’abandon de la cité ancienne de Qalhât joue un rôle positif dans la conservation de son authenticité. N’étant plus occupé depuis le XVIe siècle, le site garde toutes les caractéristiques d’organisation, la fonction et les techniques architecturales correspondant à la période islamique, en général, et à celle du royaume d’Ormuz en particulier. Les plans de conservation, de gestion des visiteurs et de présentation du site visent autant que faire se peut à préserver cet état.

De même, les fouilles archéologiques ont été bien planifiées, approfondies et minimales, une approche dont il faut se féliciter et qu’il convient de poursuivre. Les travaux de conservation entrepris après les fouilles se conformeront pareillement aux méthodes d’intervention minimale. L’emplacement de la cité ancienne de Qalhât entre les montagnes, les vallées encaissées et la mer, est essentiel pour permettre de garder le caractère largement authentique du lieu. L’authenticité du point de vue de la signification relève autant de l’histoire authentifiée du site que des contes et mythes auxquels il est associé, qui seront respectés dans l’approche de gestion globale.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Désignée comme site du patrimoine culturel national d’Oman, la cité ancienne de Qalhât s’est donc vu accorder le plus haut degré de protection du patrimoine national en vertu du décret royal n° 6/80. Ce même décret royal garantit également la protection d’une zone tampon autour des sites patrimoniaux concernés. La protection juridique est mise en œuvre de manière effective au moyen de clôtures et de gardes qui patrouillent le site archéologique. Avant que le bien soit fermé au public au motif de sa conservation, la partie du site autour de Bibi Maryam était protégée par les habitants du village voisin, ce qui a été interrompu lors de la fermeture du site et de l’interruption des visites. Cette tradition de gardiennage sera réactivée dans le cadre du futur concept de visite.

L’instance administrative chargée de la protection et de la gestion est le Ministère du Patrimoine et de la Culture. La Direction générale de l’Archéologie qui relève de la structure administrative du ministère s’occupe de la gestion journalière du site. Un plan de gestion qui a été finalisé et officiellement adopté en juin 2018, guidera la mise en place d’un système et d’une unité de gestion renforcée sur le terrain. Compte tenu d’éventuels risques sismiques ou autres catastrophes naturelles, ce système de gestion devrait intégrer des stratégies de préparation aux risques et de gestion des catastrophes.

Le bien est actuellement fermé au public en raison des fouilles permanentes et des mesures de conservation en cours, et il n’existe aucune infrastructure d’accueil des visiteurs. Même si la réouverture du site est envisagée de pair avec la nécessité d’une infrastructure de ce type, des plans concrets d’infrastructure et de services aux visiteurs restent encore à définir. Ceci étant, il convient d’entreprendre des évaluations d’impact sur le patrimoine avant d’approuver toute infrastructure d’accueil des visiteurs à l’intérieur ou autour du bien afin de prévenir les effets potentiels néfastes sur la valeur universelle exceptionnelle.