English Français
Aidez maintenant !

Ensembles de pétroglyphes de l'Altaï mongol

Petroglyphic Complexes of the Mongolian Altai

The numerous rock carvings and funerary monuments found in these three sites illustrate the development of culture in Mongolia over a period of 12,000 years. The earliest images reflect a time (11,000 - 6,000 BC) when the area was partly forested and the valley provided a habitat for hunters of large game. Later images show the transition to herding as the dominant way of life. The most recent images show the transition to a horse-dependent nomadic lifestyle during the early 1st millennium BC, the Scythian period and the later Turkic period (7th and 8th centuries AD). The carvings contribute valuably to our understanding of pre-historic communities in northern Asia.

Ensembles de pétroglyphes de l'Altaï mongol

De nombreux pétroglyphes et des monuments funéraires découverts sur ces trois sites illustrent le développement de la culture en Mongolie sur une période de quelque 12 000 ans. Les images les plus anciennes reflètent une époque (11 000 - 6 000 av. J.-C.) où la zone était en partie boisée et où la vallée offrait un habitat aux chasseurs de gros gibier. Les représentations postérieures correspondent à la transition vers le pastoralisme comme mode de vie dominant. Les représentations les plus récentes montrent la transition vers un nomadisme équestre durant le 1er millénaire av. J.C., la période scythe et la période turcique ultérieure (VII-VIIIe siècles après J.-C.). Ces pétroglyphes apportent une précieuse contribution à notre compréhension de la vie des communautés préhistoriques en Asie du nord.

مجمعات النقش على الصخور لشعب آلتاي في منغوليا

تشهد المنحوتات الصخرية والآثار الجنائزية الكثيرة التي وُجدت في هذه المواقع الثلاثة على تطوُّر الثقافة البشرية في منغوليا على مدى 000 12 سنة. وتشير أقدم الصور المكتشفة (000 11 - 000 6 قبل الميلاد) إلى أن المنطقة كانت مغطاة جزئياً بالغابات في تلك الفترة وأن الوادي كان يوفر ملاذاً لصيادي الطرائد الكبيرة. ويتبين من الصور العائدة إلى الفترة التي برزت فيها السهوب الحالية لمنطقة آلتاي أن معظم السكان كانوا يعيشون حياة رعوية. أما أحدث الصور المكتشفة في المنطقة، فتدل على تحوّل السكان إلى نمط حياة البدو الرحل واعتمادهم على الخيل في أوائل القرن الأول قبل الميلاد وخلال عصر السيثيانيين وحقبة الأتراك الرحل (القرنان السابع والثامن بعد الميلاد). وتسهم المنحوتات إسهاماً قيماً في فهمنا للمجتمعات التي عاشت في شمال آسيا في مرحلة ما قبل التاريخ.

source: UNESCO/ERI

阿尔泰山脉岩画群

在三处遗址发现的大量石刻遗迹与随葬的纪念碑展现了12000多年来人类文化在蒙古国的发展。最早的岩画表明有一时期(11,000 - 6000年),该地区还部分覆盖着森林,此处的山谷为猎人提供了大型狩猎的场所。其后,阿尔泰山地景观据推断已经变为今天的山地草原,这一时期的岩画表明放牧逐渐成为主导的生活方式。最晚期的岩画作于公元前1000年早期及斯基泰时期与后突厥汗国时期(公元7-8世纪),展示了此处的生活方式向马上游牧生活的过渡。这些岩刻为我们了解北亚地区的史前社会提供了富有价值的史料。

source: UNESCO/ERI

Петроглифы монгольского Алтая

Многочисленные наскальные рисунки и погребальные памятники, найденные на территории трех объектов, свидетельствуют о развитии культуры в Монголии на протяжении 12000 лет. Самые ранние из них относятся к периоду 11000-6000 годов до н.э., когда эта территория была частично покрыта лесом, что давало возможность охотиться на крупную дичь. Более поздние изображения относятся к временам, когда алтайский пейзаж приобрел свой нынешний характер гористой степи, и отражают переход к пастушеству, ставшему основным занятием людей. Наконец, самые поздние изображения, относящиеся к периоду с начала 1-го тысячелетия до н.э., затем - скифского периода, вплоть до позднего тюркского периода 7-8 веков н. э., свидетельствуют о формировании кочевого образа жизни. В эту эпоху важное место в наскальных изображениях заняла лошадь. Наскальные изображения Алтая являются ценным источником сведений, необходимых для нашего понимания жизни доисторических общин в северной части Азии.

source: UNESCO/ERI

Conjuntos de petroglifos del Altái mongol

Este sitio comprende tres zonas donde se han hallado numerosos petroglifos y monumentos funerarios, que son un exponente de la evolución de la cultura mongola a lo largo de doce milenios. Las representaciones más antiguas (11.000-6.000 a.C.) reflejan la época en que el sitio estaba en parte cubierto por bosques y en que los valles ofrecían un hábitat propicio a los cazadores de grandes presas. Las representaciones posteriores datan de la época en que el paisaje del Altái había cobrado su forma actual de estepa montañosa y en que el pastoreo se había convertido en el modo de vida predominante. Las representaciones más recientes muestran la transición al nomadismo ecuestre que se produjo a principios del primer milenio antes de nuestra era, así como el periodo escita y el periodo túrquico ulterior (siglos VII y VIII). Estos petroglifos constituyen una aportación valiosa al conocimiento de las comunidades prehistóricas del Asia Septentrional.

source: UNESCO/ERI

モンゴル・アルタイ山系の岩絵群
3つの遺跡に見られる夥しい数の岩絵群と埋葬遺跡は、1万2000年以上にわたるモンゴル地域における文化の展開を物語っている。最古の図像は、紀元前1万1000年から同6000年当時、渓谷が大型動物を狩猟する人びとの居住の場であった様子を示し、後の時代の図像からは、牧畜生活への移行がわかる。最晩期の図像は、紀元前1千年紀前半からスキタイ時代、そして7世紀から8世紀の匈奴時代の間に描かれ、馬に頼る遊牧生活への移行を示している。これらは、北アジアにおける先史時代の共同体を表す貴重な遺産である。

source: NFUAJ

Rotstekeningcomplexen van de Mongoolse Altai

De talrijke rotsgraveringen en grafmonumenten die op deze drie locaties gevonden zijn, illustreren de culturele ontwikkeling in Mongolië gedurende een periode van 12.000 jaar. De vroegste afbeeldingen weerspiegelen een periode (11.000 - 6.000 voor Christus) waarin het gebied deels bebost was en de vallei een leefgebied was voor jagers van groot wild. Latere afbeeldingen tonen de overgang naar het hoeden van dieren als primaire manier van leven. De meest recente afbeeldingen laten de overgang zien naar een paardafhankelijke nomadische levensstijl tijdens het begin van het 1e millennium voor Christus, de Scythische periode en de latere Turkse periode (7e en 8e eeuw na Christus).

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Hunting scene. Turkic period © Institute of Archaeology, Mongolian Academy of Science
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les ensembles pétroglyphiques de l’Altaï mongol comprennent trois sites d’art rupestre concentrés dans la province de Bayan-Ulgii aimag: les vallées de Tsagaan Salaa-Baga Oigor, dans le soum d’Ulaankhus, et le haut Tsagaan Gol (Shiviit Khairkhan) et Aral Tolgoi, dans le soum de Tsengel. Tous sont situés dans de hautes vallées montagneuses creusées par les glaciers au Pléistocène. Ils abritent d’importances concentrations de pétroglyphes et de monuments funéraires et rituels reflétant le développement de la culture humaine sur une période de 12 000 ans. Les relations pérennes entre l’art rupestre, les monuments de surface et le contexte physique général – fleuves, crêtes, orientation – font percevoir très nettement l’intégration des communautés humaines dans leur environnement.

Les images les plus anciennes témoignent d’une période allant du Pléistocène tardif à l’Holocène ancien (environ 11 000-6 000 BP), moment où le paléoenvironnement évolua, passant d’une steppe sèche à une steppe forestière, et où les vallées fournirent un habitat idéal aux chasseurs de gros gibier sauvage. Des images plus tardives datant du moyen Holocène (environ 6 000-4 000 BP) reflètent le rétablissement progressif de la végétation des steppes dans cette partie de l’Altaï et l’émergence précoce du pastoralisme comme socle économique pour les communautés humaines. Les images de la période suivante, l’Holocène tardif, illustrent la transition vers un nomadisme équestre durant la période nomadique ancienne et la période scythe (premier millénaire avant notre ère) et l’expansion consécutive des empires des steppes durant la période turcique ultérieure (environ VIIe-IXe siècle après J.-C.).

Les ensembles pétroglyphiques de l’Altaï mongol représentent le témoignage visuel le plus complet et le mieux préservé de la préhistoire et du début de l’histoire de l’humanité dans une région située à l’intersection de l’Asie centrale et de l’Asie septentrionale.

Critère (iii) : Les ensembles pétroglyphiques des montagnes de l’Altaï mongol fournissent une documentation exceptionnelle sur la préhistoire et les débuts de l’histoire des communautés du nord-ouest des montagnes de l’Altaï, à l’intersection de l’Asie centrale et de l’Asie septentrionale. Les pétroglyphes comprennent des animaux tels que des mammouths, des rhinocéros et des autruches représentés de profil, dans des poses statiques. Ces animaux peuplaient l’Asie septentrionale à l’époque où la région était bien plus froide et plus sèche, et recouverte d’herbes folles et d’herbacées plutôt que par des forêts. Lorsqu’arriva la fin du Pléistocène tardif (environ 11 000 BP), les steppes sèches commençaient à être peu à peu remplacées par un environnement forestier propre à l’Holocène ancien (environ 11 000-6 000 BP). Cette période transparaît dans des images majestueuses d’élans, d’aurochs et de bouquetins réalisés de profil. Il existe très peu de sites en Asie septentrionale qui possèdent des pétroglyphes antérieurs à l’âge du bronze aussi remarquables par leur quantité, leur variété et leur qualité.

Intégrité

Les deux plus grands sites, les vallées de Tsagaan Salaa-Baga Oigor et le haut Tsagaan Gol, possèdent un ensemble unique d’images associées à l’âge du bronze et à l’âge du fer. Ajoutés à Aral Tolgoi, ils offrent un témoignage intact sur la culture humaine de cette région durant une période de plus de 12 000 ans. Afin de préserver l’intégrité du bien, l’impact potentiel sur les pétroglyphes des humains et des animaux de pâturage doit être strictement contrôlé.

Authenticité

L’authenticité du bien est attestée par son état physique, essentiellement intact en dehors de l’usure due au temps et aux éléments. Quelques dégâts modernes (écrits, graffitis) sont à signaler sur les roches de surface situées près des route mais, d’une manière générale, l’art rupestre et les monuments sont relativement épargnés par l’activité des hommes et des animaux. L’authenticité des sites est préservée par leur relative inaccessibilité, laquelle s’explique à la fois par le terrain et le climat.

Mesures de protection et de gestion

Les trois sites que sont les vallées de Tsagaan Salaa-Baga Oigor, le haut Tsagaan Gol et Aral Tolgoi figurent depuis 2008 sur la liste des biens historiques et culturels placés sous protection de l’État, conformément aux dispositions de la Loi de 2001 sur la protection du patrimoine culturel de Mongolie. Tout le site d’Aral Tolgoi et une partie de l’ensemble du haut Tsagaan Gol sont inclus dans le parc national d’Altaï Tavan Bogd, qui obéit depuis 1994 à la Loi mongole relative aux zones spéciales protégées. Cette loi offre une protection supplémentaire à l’environnement naturel, dont les sources d’eau, et restreint le développement des villes et des villages. Dans l’idéal, cette protection environnementale devrait être accordée à l’ensemble des trois biens. Le parlement mongol envisage en 2012 d’amender la Loi sur la protection du patrimoine culturel de Mongolie afin d’inclure des articles spécifiques concernant la gestion du patrimoine culturel et naturel inscrit sur la Liste du patrimoine mondial et la Liste indicative nationale. L’adoption de ces articles additionnels renforcera la protection du bien.

La protection traditionnelle par les habitants de la région est une composante fondamentale de la gestion des ensembles pétroglyphiques de l’Altaï mongol. Déjà impliqués dans la protection du patrimoine dans certains soum (départements), les bergers doivent être considérés comme des partenaires indispensables à une gestion durable. Dans ce contexte, les autorités nationales jouent un rôle important en encourageant une gestion communautaire traditionnelle et un contrôle strict des propositions de développement telles que les projets d’exploitation minière, de construction de routes ou d’infrastructures touristiques. Ce contrôle doit s’appliquer non seulement aux zones proposées pour inscription, mais aussi en amont, dans l’arrière-pays, là où le développement pourrait avoir des effets dommageables sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. Des méthodes de gestion à l’échelle locale et nationale pourraient être intégrées plus efficacement grâce à un gestionnaire de site local qui assurerait une communication régulière et des échanges entre les deux niveaux. De même, la gestion pourrait être mieux ciblée si elle s’appuyait sur les résultats d’une étude exhaustive et d’un inventaire des pétroglyphes dans les trois sites composant le bien afin d’assurer leur protection continue.