jump to the content

Région viticole du Haut-Douro

Alto Douro Wine Region

Wine has been produced by traditional landholders in the Alto Douro region for some 2,000 years. Since the 18th century, its main product, port wine, has been world famous for its quality. This long tradition of viticulture has produced a cultural landscape of outstanding beauty that reflects its technological, social and economic evolution.

Région viticole du Haut-Douro

Le Haut-Douro produit du vin depuis quelque deux mille ans et sa principale production, le vin de Porto, est célèbre dans le monde entier depuis le XVIIIe siècle. Cette longue tradition a façonné un paysage culturel d'une beauté exceptionnelle qui reflète en même temps son évolution technique, sociale et économique. Ce paysage culturel impressionnant est toujours exploité avec profit par des propriétaires respectueux des traditions.

منطقة الكروم في دورو العليا

تنتج منطقة دورو العليا النبيذ منذ ألفي سنة، ويشتهر نبيذ بورتو الذي يشكل منتوجها الرئيس في العالم بأسره منذ القرن الثامن عشر. وقد أدى هذا التقليد الطويل الأمد الى صياغة منظر ثقافي مدهش يتسم بجمال فريد ويعكس في الوقت نفسه تطوره التقني والاجتماعي والاقتصادي، كما انه لا يزال موضوع استغلال مربح لدى مالكين حريصين على التقاليد.

source: UNESCO/ERI

葡萄酒产区上杜罗

在葡萄酒的产区上杜罗,当地人酿酒的历史可以追溯到大约2000多年前。从公元18世纪开始,当地生产的葡萄酒就以质量好而世界闻名。长期的葡萄种植传统使得当地具有了独特的文化景致,展示着上杜罗的技术、社会及经济进步和发展。

source: UNESCO/ERI

Винодельческий район Алту-Дору

В районе Алту-Дору вино производилось традиционными методами на протяжении 2 тыс. лет. Начиная с XVIII в. его главный продукт – портвейн – приобретает, благодаря своему качеству, всемирную известность. Такие давние традиции виноделия сформировали культурный ландшафт выдающейся красоты, который отражает технологическую, социальную и экономическую эволюцию.

source: UNESCO/ERI

Región vitícola del Alto Duero

La vitivinicultura es una actividad tradicional de los agricultores del Alto Duero desde hace dos mil años y, entre los vinos de la región, destaca el oporto, célebre en el mundo entero desde el siglo XVIII. La larga tradición vitivinícola ha configurado un paisaje cultural de extraordinaria belleza, fiel reflejo de la evolución técnica, social y económica de la región. Los viñedos siguen siendo explotados por agricultores que respetan las técnicas de cultivo tradicionales.

source: UNESCO/ERI

アルト・ドウロ・ワイン生産地域

source: NFUAJ

Wijngebied Alto Douro

De traditionele grondbezitters in de Alto Douro regio produceren al ongeveer 2.000 jaar wijn. Sinds de 18e eeuw is port(wijn) – het hoofdproduct van de regio – wereldberoemd vanwege zijn kwaliteit. De lange traditie van wijnbouw heeft een cultuurlandschap voortgebracht van buitengewone schoonheid, dat zijn technologische, sociale en economische ontwikkeling weerspiegelt. De teelaarde moet door dammen op zijn plaats gehouden worden op de steile hellingen. Het meest kenmerkend voor het landschap van Alto Douro zijn de wijngaardterrassen. Ze zijn door de eeuwen heen met verschillende technieken aangelegd, rij op rij. De huidige terrassen dateren uit de 19e eeuw.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© Fiona Starr
Justification d'inscription

Critère (iii) : La région du Haut-Douro produit du vin depuis bientôt 2000 ans et son paysage a été façonné par les activités humaines.

Critère (iv) : Les composants du paysage du Haut-Douro illustrent toute la palette des activités associées à la viticulture – terrasses, quintas (complexes agricoles d’élevage viticole), villages, chapelles et routes.

Critère (v) : Le paysage culturel du Haut-Douro est un exemple exceptionnel de région viticole européenne traditionnelle, reflet de l’évolution de cette activité humaine au fil du temps.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The Alto Douro Region has been producing wine for some 2,000 years and its landscape has been moulded by human activities. The components of the landscape are representative of the full range of activities association with winemaking - terraces, quintas (wine-producing farm complexes), villages, chapels and roads.

Protected from the harsh Atlantic winds by the Marão and Montemuro mountains, the property is located in the north-east of Portugal, between Barqueiros and Mazouco, on the Spanish border. The terraces, by blending into infinity with the curves of the countryside, endow this property with its unique character. The Douro and its principal tributaries, the Varosa, Corgo, Távora, Torto and Pinhão, form the backbone of the nominated property, itself defined by a succession of watersheds. The boundaries correspond to identifiable natural features of the landscape - watercourses, mountain ridges, roads and paths. The landscape in the Demarcated Region of the Douro is formed by steep hills and boxed-in valleys that flatten out into plateaux above 400 m.

The Douro valley is now water-filled behind dams. Soil is almost non-existent, which is why walls were built to retain the manufactured soil on the steep hillsides. It has been created literally by breaking up rocks and is known as 'anthroposoil'. The most dominant feature of the landscape is the terraced vineyards that blanket the countryside. Throughout the centuries, row upon row of terraces have been built according to different techniques. The earliest, employed pre-Phylloxera (pre-1860), was that of the socalcos , narrow and irregular terraces buttressed by walls of schistous stone that were regularly taken down and rebuilt, on which only one or two rows of vines could be planted. The long lines of continuous, regularly shaped terraces date mainly from the end of the 19th century when the Douro vineyards were rebuilt, following the Phylloxera attack. The new terraces altered the landscape, not only because of the monumental walls that were built but also owing to the fact that they were wider and slightly sloping to ensure that the vines would be better exposed to the sun. Furthermore, these terraces were planted with a greater number of rows of vines, set more widely apart, in order to favour the use of more technical equipment such as mule-drawn ploughs.

Transforming the natural environment, clearing the land, and restructuring the hillsides required a great of labour that was brought in from outside. The more recent terracing techniques, the patamares , and the vertical planting that began in the 1970s, have greatly altered the appearance of this built landscape. Large plots of slightly sloping earth-banked land, usually planted with two rows of vines, were laid out to facilitate mechanization of the vineyard. Trials of other systems are continuing with a view to finding alternatives to the patamares and to minimize the impact of the new methods on the landscape. Among the expanse of vineyards remain areas, nevertheless, which have survived untouched since the days of Phylloxera, abandoned socalcos known as mortórios . These have become overrun with native scrub or olive trees. More continuous, regular olive groves have been planted on either side of the land under vine. In the Upper Douro, olive and almond trees represent the dominant crops, although these are slowly being replaced by vines. Along the lower banks of the Douro or on the edges of watercourses on the hillsides are groves of orange trees, sometimes walled. On the heights, above the altitude at which vines can grow, the land is covered with brushwood and scrub and rare coppices. During the long, hot, dry summers of the region, water used to be collected in underground catchments located on the hills or even within a vineyard.

Above, characteristically white-walled villages, medieval in origin, and casais are usually located midway up the valley sides. Around an 18th-century parish church, rows of houses open directly on to the street to form a web of narrow winding roads with notable examples of vernacular architecture. The Douro quintas are major landmarks, easily identified by the groups of farm buildings around the main house. No churches or shrines of any significant value lie in the World Heritage site, although the landscape is dotted with small chapels located high on the hills or next to manor houses.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Des découvertes archéologiques récentes ont révélé la présence de très anciens établissements humains dans les vallées plus abritées du Douro et ses affluents et dans les montagnes avoisinantes. Les nombreuses gravures rupestres paléolithiques découvertes dans l'extrême est de la région du Douro, entre les vallées des rivières Côa, Águeda et Douro représentent un ensemble culturel qui possède une valeur universelle exceptionnelle.

Près de Mirandela, des graines de Vitis vinifera ont été récemment découvertes sur le site archéologique datant du chalcolithique de Buraco da Pala, vieux de 3000 à 4000 ans. Toutefois, les traces les plus importantes de viticulture et de fabrication du vin datent de l'occupation romaine et en particulier de la fin de l'Empire d'Occident (IIIe et IVe siècles de notre ère). Au début de l'époque chrétienne, les Romains redéfinirent l'utilisation des sols et restructurèrent les activités économiques dans toute la vallée du Douro. À partir du Ier siècle, ils introduisirent ou encouragèrent la viticulture, la culture des oliviers et des céréales (la « trilogie culturelle de l'agriculture méditerranéenne »), exploitèrent les nombreuses sources et les minerais et construisirent des ponts et des routes. Un des plus importants sanctuaires ruraux en Europe (Panóias, près de Vila Real) montre des traces de cultes religieux locaux, romains et orientaux.

Du début du Moyen Âge jusqu'à la période précédant la naissance du Portugal en tant que nation au XIIe siècle, la vallée du Douro fut dominée successivement par les Suèves (Ve siècle), les Wisigoths (VIe siècle) et les Maures (VIIIe - XIe siècles). L'ouverture de la région à une succession de cultures se chevauchant continuellement se reflète dans l'imaginaire collectif traditionnel. La victoire des Chrétiens sur les Maures dans la péninsule ibérique ne semble pas avoir interrompu l'ancienne tradition d'interpénétration des peuples et des cultures dans la vallée du Douro.

L'occupation de la vallée se poursuivit. La viticulture gagna du terrain pendant la période de l'installation et de l'expansion de plusieurs communautés religieuses dont l'importance pour l'économie fut spécialement remarquable à partir du milieu du XIIe siècle, à savoir les monastères cisterciens de Salzedas, São João de Tarouca et São Pedro das Águias. Ils investirent dans de grandes vignes plantées dans les meilleurs sites et créèrent de nombreuses et remarquables quintas. La fin du Moyen Âge connut une augmentation de la population, une expansion des activités agricoles et des échanges commerciaux, le développement des villes et des cités, en particulier les cités fortifiées comme Miranda et Porto. Les échanges commerciaux lointains fleurirent avec le transport fluvial des produits de la région vers la ville de Porto et les liaisons avec les grandes voies commerciales européennes. La demande croissante de vins forts pour alimenter la flotte entraîna une nouvelle extension des vignes de la région, en particulier dans les terroirs dont la renommée grandit rapidement pour la qualité de leurs vins.

À partir du XVIe siècle, la fabrication de vins de qualité à des fins commerciales prit de plus en plus d'importance. La viticulture poursuivit son expansion tout au long du XVIIe siècle, accompagnée de progrès techniques pour la production de vins et une participation accrue sur les marchés européens pour le vin. La première référence au « vin de Porto » dans un document d'expédition pour la Hollande date de 1675. Cette période marque le début d'un commerce florissant à destination de l'Angleterre qui bénéficia largement des guerres entre la France et la Grande-Bretagne. Le Porto devint rapidement le premier vin sur le marché britannique, dépassant le vin de France, d'Espagne et d'Italie. Le Traité de Methuen signé en 1703 entre le Portugal et l'Angleterre consacrait le commerce du Porto en accordant des droits préférentiels aux vins portugais. Durant le XVIIIe siècle, la dépendance de la vente de vins alcoolisés du Douro à l'égard du marché britannique se traduisit par l'adaptation du produit au goût de ce marché et en même temps par un accroissement rapide du nombre de négociants en vins britanniques. La British Factory House fut fondée à Porto en 1727.

Des conflits naquirent entre ces intérêts commerciaux et les viticulteurs du Douro. Ces derniers furent contraints d'accepter des prix toujours plus bas en même temps qu'une demande pour des vins toujours plus sucrés, plus forts et plus sombres avec un degré d'alcool toujours plus élevé. L'État entreprit donc de réglementer la production et le commerce de ce produit économique vital, initialement avec la création, par Charte royale, le 10 septembre 1756, de la Companhia Geral da Agricultura das Vinhas do Haut-Douro. La région de production fut officiellement délimitée. Le périmètre englobant les vignes fut précisément délimité par 335 grandes bornes de granite, rectangulaires, plates ou semi-circulaires. L'inscription FEITORIA et la date de la mise en place (habituellement 1758, parfois 1761), furent gravés sur le côté orienté vers la route.

Ce premier bornage traduit les premières manifestations de pratiques indéniablement modernes. Il implique l'établissement d'un inventaire et la classification des vignes et de leurs vins selon la complexité de la région. Ce fut le début d'une institutionnalisation destinée à contrôler et certifier le produit, et l'élaboration d'un vaste cadre juridique.

Le premier bornage engloba la zone traditionnelle de production viticole, essentiellement le cours inférieur du Corgo. Ce n'est qu'entre 1788 et 1792 que les vignobles s'étendirent au Haut-Douro. La poussée des vignobles commerciaux à l'est des gorges ne se produisit toutefois qu'après les vagues d'épidémies qui attaquèrent les vignobles (en particulier les attaques de l'oïdium en 1852 et du phylloxéra en 1863) qui dévastèrent les vignes des régions viticoles traditionnelles. Le relâchement du contrôle sur la production et le commerce (1865-1907) et la construction de la ligne de chemin de fer du Douro (1873-1887) encouragèrent cette expansion. Lorsque, en 1907, l'État entreprit une profonde révision de la législation qui réglementait le secteur viticole, la nouvelle délimitation couvrit la totalité de la zone occupée par les vignes, y compris le Haut-Douro, jusqu'à la frontière espagnole.

En 1876, les fermiers du Douro commencèrent à récupérer les vignobles qui avaient été atteints par le phylloxéra. Comme partout en Europe, la solution ne fut trouvée qu'avec l'introduction de ceps américains sur lesquels furent greffés des variétés locales. Le retour à la production du vignoble du Douro et l'introduction de nouvelles techniques de plantation et de soins de la vigne eurent des conséquences importantes sur le paysage, avec la construction de plus grands socalcos, de murs plus hauts et plus géométriques, très différents des anciennes terrasses aux murs plus bas et plus tortueux d'avant le phylloxéra.

Tout au long du XXe siècle, la région délimitée du Douro avait connu plusieurs modèles de réglementation. Le comité interprofessionnel de la région délimitée du Douro (CIRDD) a été institué en 1995. Le mécanisme principal de réglementation de la production repose toujours sur le système de distribution du benefício, selon lequel la quantité de moût autorisée pour fabriquer le vin de Porto est attribuée en fonction des caractéristiques et de la qualité des différents vins. La mécanisation a été introduite de manière quelque peu hésitante dans les années 1970 pour aider quelques-unes des tâches les plus dures telles que la scarification de la terre, ce qui permis aussi de mettre en culture de nouvelles zones sur des terrains en forte pente selon des techniques nouvelles de « plantation verticale » qui n'exigent plus la construction de murs pour soutenir les terrasses. L'impact esthétique de ces nouveaux vignobles sur le paysage est variable, mais la viticulture de montagne du Douro continue de se faire presque exclusivement manuellement. La nature rocheuse du terrain, les versants abrupts et les terrasses existantes sont extrêmement difficiles à adapter à l'utilisation des machines, ce qui n'empêche pas le produit, le vin de Porto, d'être élaboré dans des établissements viticoles modernes totalement mécanisés.

Source : évaluation des Organisations consultatives