jump to the content

Comité de pilotage final pour la préservation du Monastère de Ajina Tepa et l’inscription en série au patrimoine mondial des Routes de la Soie

Dernier Comité de pilotage international du Fonds en dépôt japonais pour l'UNESCO pour la préservation de Ajina Tepa, Monastère bouddhiste sur la Route de la Soie et présentation au corps diplomatique au Tadjikistan du processus d'inscription en série des Routes de la Soie pour l'Asie centrale au patrimoine mondial.

Ce dernier Comité a été organisé par le Bureau de l'UNESCO à Almaty en collaboration avec la commission nationale tadjike et le Centre du patrimoine mondial. Afin de résumer les activités de ce projet qui arrive à son terme et afin de rassembler les recommandations en vue de futurs travaux scientifiques, le Comité de pilotage a convier les experts tant nationaux qu'internationaux, ainsi que les représentants de l'Ambassade du Japon au Tadjikistan, les autorités tadjikes et le Bureau du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Douchanbe.

Le Monastère de Ajina Tepa (« montagne du diable ») a joué un rôle majeur dans la dissémination du Bouddhisme en Asie centrale entre le VIIe et le VIIIe siècle. Un Bouddha couché de 12 mètres de long découvert à Ajina Tepa est la plus grande statue encore intacte en Asie centrale  depuis la destruction des Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan.

Le projet qui aura duré de 2005 à 2008 était financé par le Japon. L'équipe d'experts, comprenant notamment des étudiants de l'Université technique tadjike, a atteint différents objectifs du projet, tels que:

  • Un centre de documentation scientifique a été créé à l'Institut d'Histoire er d'Ethnographie de la République du Tadjikistan, où tous les documents, dessins et matériels scientifiques sont stockés ;
  • Cartographie : la documentation complète en 3-D du site de Ajina Tepa a été menée, un plan topographique ainsi que des photographies 3-D ont été effectués sur l'ensemble du site ;
  • Un nettoyage archéologique a été entrepris, permettant de mener quelques recherches ;
  • Les efforts en matière de conservation ont été axés sur les murs endommagés, exposés à l'érosion, au sel du sol et à l'eau souterraine ;
  • Une cartographie du paysage a été présentée par un expert japonais et sera soumise par les autorités tadjikes.

Ce site, un des ensembles bouddhistes les plus représentatifs d'Asie centrale, figure sur la liste prioritaire des sites à inscrire sur la Liste du patrimoine mondiale pour la République du Tadjikistan.

Quand
vendredi 12 décembre 2008
00:00

Douchanbe, Tadjikistan