Un atelier de formation intensive sur le patrimoine mondial, destiné aux journalistes francophones, sera organisé par l'Université Laval (Québec) du 23 au 31 mai 2005. Cet atelier leur permettra de mieux maîtriser les concepts et la terminologie de la conservation du patrimoine mondial dont la valeur universelle exceptionnelle doit être mieux connue et partagée. Il fournira aux journalistes participants l’occasion d’une spécialisation ou d’un perfectionnement dans les domaines du patrimoine, enrichira leurs connaissances et constituera un atout supplémentaire pour les rédactions et les maisons de production.

L’idée de cet atelier remonte au colloque international « Médias et patrimoine », tenu à l'Université Laval, du 9 au 11 octobre 2002. À cette occasion, les participants se sont interrogés sur le rôle et l’influence des médias d’information dans la construction et la représentation du patrimoine. Ce colloque a démontré que les défenseurs du patrimoine autant que les médias se nourrissent de la même perspective, celle d’intéresser le public, voire de le fidéliser et de le responsabiliser face à la protection du patrimoine.

Il faut rappeler que les instruments normatifs dans le domaine du patrimoine culturel (cinq Conventions internationales à ce jour) et naturel placés sous la responsabilité de l’UNESCO en plus d’un demi siècle, sont ratifiés par les États membres de cette Organisation qui en deviennent les États Parties. La Convention du patrimoine mondial réunit 180 États Parties sur les 191 États membres de cette Organisation. Toutefois, en cas de catastrophe, voulue ou subie, ce ne sont pas seulement les États qui s’érigent en défenseurs de leur patrimoine : c’est bien la société civile de ces pays et toute la communauté internationale qui se mobilisent en faveur de la protection des sites, des biens et des traditions. Un des acteurs-clés de la société civile dans cette mobilisation est indéniablement les médias. Mais encore faut-il que ces derniers soient dûment formés et sensibilisés pour acquérir la conscience de la fragilité extrême du patrimoine et de la nécessité de le préserver pour les générations futures avant que l’irréversible ne soit atteint.

Pour ce faire, le séminaire intensif abordera les concepts de patrimoine en général, aussi bien culturel que naturel, matériel qu’immatériel, et de patrimoine mondial. Il retracera notamment le cheminement des idées ayant conduit à l’élaboration de la Convention du patrimoine mondial. Ce programme visera à enrichir les connaissances des journalistes et leur production dans les domaines reliés au patrimoine mondial. Il aura également pour objectif de faire comprendre aux médias la complexité des enjeux liés au patrimoine mondial.

Les cours magistraux, qui seront animés par des spécialistes et experts du patrimoine, seront complétés par des visites de travail sur des sites au Québec, ville du patrimoine mondiale. L’Université Laval envisage de délivrer trois crédits de cours de deuxième cycle ou des unités d’éducation continue (UEC), selon que les participants se soumettent ou non à une évaluation au terme de la formation.

Pour obtenir le programme détaillé de ce séminaire et/ou soumettre votre candidature avant le 25 avril 2005, merci de contacter

:

Pr. Charles Moumouni, Département d'information et de communication, Faculté des lettres, Université Laval à l'adresse suivante

: Charles.Moumouni@com.ulaval.ca