English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

28 COM 14B.14

Propositions d'inscription de biens naturels sur la Liste du patrimoine mondial (Système naturel de la Réserve de l’Ile Wrangel)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Inscrit le Système naturel de la Réserve de l’Ile Wrangel, Fédération de Russie, sur la Liste du patrimoine mondial sur la base des critères naturels (ii) et (iv) :

Critère (ii) : La Réserve de l’Ile Wrangel est un écosystème insulaire autonome et il est clair qu’il a subi un long processus d’évolution ininterrompu par la glaciation qui a recouvert la majeure partie de l’Arctique durant le Quaternaire. Le nombre et le type d’espèces de plantes endémiques, la diversité des communautés de plantes, la succession rapide et les mosaïques de types de la toundra, la présence de défenses et de crânes relativement récents de mammouths, la gamme des types de terrains et des formations géologiques sur un petit espace géographique sont autant de témoins de l’histoire naturelle riche de Wrangel et de sa place unique dans l’évolution de l’Arctique. En outre, le processus se poursuit comme on peut l’observer, par exemple, avec les densités exceptionnellement élevées et les comportements particuliers des populations de lemmings de Wrangel par rapport aux autres populations arctiques ou dans les adaptations physiques des rennes de Wrangel qui pourraient désormais faire partie d’une population distincte de celles du continent. Les stratégies d’interaction entre les espèces sont extrêmement au point et visibles dans toute l’île, en particulier près des nids des harfangs des neiges qui font office de protectorat pour d’autres espèces et de balises pour les espèces migratrices et, autour des tanières des renards.

Critère (iv) : La Réserve de l’Ile Wrangel jouit du plus haut niveau de biodiversité dans le haut Arctique. L’île est l’habitat de nidification de la seule population asiatique de l’oie des neiges qui est en train de lentement se reconstituer à partir de niveaux catastrophiquement bas. Le milieu marin est un site de nourrissage de plus en plus important pour la baleine grise qui migre depuis le Mexique (certaines depuis un autre bien du patrimoine mondial, le Sanctuaire de baleines d’El Vizcaino). Les îles abritent les plus grandes colonies d’oiseaux marins de la mer des Tchoukches et constituent les sites de nidification les plus septentrionaux pour plus de 100 espèces d’oiseaux migrateurs, dont plusieurs en danger comme le faucon pèlerin. Elles possèdent d’importantes populations d’espèces d’oiseaux résidents de la toundra, mêlées à des espèces migratrices de l’Arctique et d’ailleurs et présentent la plus haute densité de tanières ancestrales de l’ours blanc. L’Ile Wrangel s’enorgueillit de posséder la plus grande population de morses du Pacifique avec quelque 100 000 animaux qui se rassemblent en tout temps, dans l’une des importantes colonies côtières de l’île. Etant donné que l’Ile Wrangel contient une haute diversité d’habitats et de climats et que les conditions varient considérablement d’un endroit à l’autre, il n’y a pratiquement jamais eu d’échec total de la reproduction d’une espèce. Ceci est très inhabituel dans le haut Arctique compte tenu de la taille relativement petite de la région.

2. Demande à l’Etat partie de préparer de toute urgence un plan de gestion et une stratégie de mise en oeuvre avec des ressources financières suffisantes pour intégrer entre autres : les communications techniques et de gestion ; une stratégie pour le tourisme et les visiteurs ; d’autres solutions pour l’énergie utilisée et les transports ; un programme de suivi et de recherche ; des possibilités de préserver les caractéristiques culturelles et paléontologiques du site ; une politique pour les ressources humaines concernant le personnel travaillant sur le site ; et un plan d’élimination des déchets pour le village de Doubtful ;

3. Encourage l’Etat partie à soumettre une demande d’assistance technique internationale pour entreprendre les mesures proposées ci-dessus ;

4. Demande en outre au Centre du patrimoine mondial et aux organisations consultatives d’entreprendre, en coopération avec l’Etat partie, une mission en 2006/2007 pour faire rapport sur l’état du plan de gestion et examiner sa mise en oeuvre ;

5. Encourage en outre l’Etat partie à considérer l’extension de l’élément marin du site de 12 milles nautiques supplémentaires, comme proposé en 1999 par le gouvernement de la République autonome des Tchoukches. Cette extension renforcerait considérablement la protection de la diversité biologique marine de la Réserve de l’Ile Wrangel.