jump to the content

Décisions du Comité

34 COM 8B.9

Bien Naturels-Hauts plateaux du centre de Sri Lanka - (Sri Lanka)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-10/34.COM/8B, WHC-10/34.COM/INF.8B1 et WHC-10/34.COM/INF.8B2,

2. Décide de ne pas inscrire les Hauts plateaux du centre de Sri Lanka: patrimoine naturel et culturel, Sri Lanka, sur la Liste du patrimoine mondial au titre des critères naturels (vii) et (viii) ;

3. Inscrit les Hauts plateaux du centre de Sri Lanka, Sri Lanka, sur la Liste du patrimoine mondial au titre des critères naturels (ix) et (x);

4. Prend note de la Déclaration provisoire de valeur universelle exceptionnelle suivante:

Brève synthèse

Les Hauts plateaux du centre de Sri Lanka constituent un bien en série composé de trois éléments : l'Aire protégée de Peak Wilderness, le Parc national de Horton Plains et la Forêt de conservation des Knuckles. Ses forêts sont importantes au plan mondial et offrent un habitat à un nombre exceptionnel d'espèces endémiques de la flore et de la faune. Le bien comprend les dernières régions, les plus vastes et les moins perturbées, de forêts ombrophiles submontagnardes et montagnardes de Sri Lanka, qui sont une priorité pour la conservation mondiale à plus d'un titre. Elles représentent les forêts ombrophiles de montagne de Sri Lanka considérées comme un super point chaud des Ghats occidentaux et un point chaud de la biodiversité de Sri Lanka. Plus de la moitié des vertébrés endémiques de Sri Lanka, la moitié des plantes à fleurs endémiques du pays et plus de 34% de ses arbres, arbustes et herbes endémiques sont limités à ces forêts ombrophiles de montagne diverses et aux zones de pâturage adjacentes.

Critère (ix) : Le bien comprend les régions les plus vastes et les moins perturbées de forêts ombrophiles montagnardes et submontagnardes de Sri Lanka, qui sont une priorité mondiale pour la conservation à de nombreux égards. Les éléments s'étendent à travers la forêt tropicale ceylanaise et la forêt de mousson ceylanaise. Dans les forêts de montagne représentées dans les trois éléments du bien en série, la faune témoigne clairement des processus géologiques et biologiques dans l'évolution et le développement des taxons. Le semnopithèque à face pourpre endémique de Sri Lanka (Semnopithecus vetulus) a évolué en plusieurs formes morphologiquement différentes reconnaissables aujourd'hui. Le léopard de Sri Lanka, seul représentant sur l'île du genre Panthera, qui a divergé des autres félidés il y a environ 1,8 million d'années, est une sous-espèce unique (Panthera pardus kotiya). Les trois éléments du bien proposé offrent un habitat à cette sous-espèce de léopard endémique de Sri Lanka. Un long isolement et les processus évolutionnaires concomitants ont aussi donné une faune de mollusques de Sri Lanka qui est la plus distinctive de toute la région d'Asie du Sud.

Critère (x) : Les forêts montagnardes des trois éléments du bien en série contiennent les seuls habitas de nombreuses espèces de plantes et d'animaux menacées, et sont donc d'importance primordiale pour la conservation in situ. Le bien présente un nombre exceptionnel d'espèces menacées, des taux d'endémisme extraordinaires et des niveaux élevés de richesse du nombre de groupes taxonomiques. Sur les 408 espèces de vertébrés, 83% de poissons d'eau douce indigènes et 81% des amphibiens de l'Aire protégée de la Peak Wilderness sont endémiques, 91% des amphibiens et 89% des reptiles des Horton Plains sont endémiques, et 64% des amphibiens et 51% des reptiles de la Forêt de conservation des Knuckles sont endémiques.

Intégrité

Les petites dimensions des éléments du bien proposé s'expliquent par l'étendue limitée des dernières zones de forêts ombrophiles les plus remarquables de Sri Lanka. Toutefois, à condition que le bien soit protégé et géré efficacement, ces zones sont suffisantes, d'autant plus que de nombreuses espèces végétales et animales ont répartition une extrêmement localisée. Les limites de l'Aire protégée de Peak Wilderness englobent une gamme d'aires protégées et cet élément est limitrophe du Parc national des Horton Plains. Des dispositions effectives visant à protéger les biens face aux impacts de l'utilisation des terres environnantes et à atténuer une série de menaces sont requises, y compris au moyen de zones tampons effectives.

Mesures de protection et de gestion requises

Le bien a une législation de protection solide et efficace qui combine le statut de propriété de l'Etat avec tout un ensemble de lois de protection. La gestion des trois éléments du bien proposé est présentée par un certain nombre de plans de gestion de site spécifiques qui nécessitent d'être revues et mis à jour en permanence, et de se concilier. Un système de gestion globale s'impose pour l'ensemble du bien, afin d'assurer la cohérence de la gestion, du suivi et de la mise en valeur du bien, ajouté à ce qu'apportent les plans de gestion individuels. Des budgets adéquats et suffisants sont nécessaires pour la gestion du bien dans son ensemble, comme au sein de chaque unité.

La nature et l'ampleur des menaces actuelles potentielles pour les trois éléments du bien proposé varient et posent un certain nombre de problèmes. Dans le cas de l'Aire protégée de Peak Wilderness, la principale utilisation anthropique est celle de deux millions de pèlerins qui se rendent chaque année sur le Adam's Peak et qui contribuent à la dégradation non seulement de la forêt, mais aussi de l'environnement le long des sentiers de pèlerinage qui mènent au sommet. L'exploitation illicite de gemmes constitue aussi une menace. D'autres menaces proviennent de la propagation de l'espèce envahissante de genêt épineux, d'incendies occasionnels et de vandalisme, et de la pression de la culture de la cardamome. Des mesures efficaces s'imposent pour veiller à ce que ces menaces ne portent pas préjudice à la valeur universelle exceptionnelle du bien. Un solide programme d'engagement des communautés qui vivent aux alentours du bien est une condition requise essentielle de son approche de la gestion. Outre la complémentarité entre ses différentes unités, le bien a des liens forts avec la Réserve forestière de Sinharaja, site du patrimoine mondial au sud de Sri Lanka. Les liens entre ces deux biens du patrimoine mondial devraient être encouragés dans le cadre des systèmes de gestion des deux biens.

5. Demande à l'Etat partie d'établir dans un délai de 12 mois:

a) Un cadre de gestion global pour ce bien en série comme demandé dans les Orientations et d'établir également des plans de gestion complets et efficaces pour chacun des éléments constituant le bien ;

b) Des zones tampons fonctionnelles pour le bien qui garantiront sa protection contre les menaces se posant en dehors de ses limites, en consultation avec les parties prenantes locales ;

c) Un cadre de suivi et de gestion efficace pour le tourisme ;

6. Recommande à l'Etat partie d'évaluer la possibilité d'extension en série du Bien du patrimoine mondial existant de Sinharaja, sachant que le bien proposé présente des valeurs complémentaires au bien existant et remplit les conditions nécessaires pour devenir un bien en série du patrimoine mondial, comme précisé dans les Orientations. Le Comité considère qu'un seul bien en série offrirait des moyens plus appropriés de reconnaissance de la valeur universelle exceptionnelle des dernières forêts importantes pour la conservation à SriLanka que deux inscriptions séparées du bien proposé et de Sinharaja;

7. Félicite l'Etat partie pour ses efforts de gestion et de conservation significatifs, déployés dans l'Aire protégée Peak Wilderness, le Parc national Horton Plains et la Forêt de conservation Knuckles;

8. Diffère l'examen de la proposition d'inscription des Hauts plateaux du centre de Sri Lanka: patrimoine naturel et culturel, Sri Lanka, sur la Liste du patrimoine mondial, au titre des critères culturels afin de permettre à l'Etat partie de reconsidérer le champ de la proposition d'inscription;

9. Considère que toute proposition d'inscription révisée avec des délimitations révisées nécessitera une mission d'experts qui se rendra sur le site;

10. Recommande également que l'Etat partie prenne en considération les points suivants:

a) La protection des éléments culturels du bien proposé pour inscription devrait être renforcée par l'application de la Loi sur les antiquités et les instruments légaux concernés;

b) Les mesures et dispositions prises pour combler les lacunes dans la protection et la gestion du patrimoine culturel du bien proposé pour inscription devraient être mises en œuvre sans délai;

c) Les ressources culturelles, y compris les zones d'intérêt archéologique potentiel, devraient être correctement cartographiées et inventoriées;

d) Des mesures globales visant à préserver les valeurs culturelles du bien proposé pour inscription devraient être développées sans délai;

e) Une évaluation de la capacité d'accueil des zones les plus visitées devrait être effectuée de manière à constituer une base pour des initiatives concernant les problèmes liés aux visiteurs;

f) Le système de suivi et d'indicateurs devrait être développé en direction des attributs qui soutiennent la valeur du bien afin d'assurer une observation et un suivi efficaces d'éventuelles modifications de ces attributs.

11. Demande également à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport sur les recommandations susmentionnées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

Thèmes : Inscriptions sur la Liste du patrimoine mondial
Etats Parties : Sri Lanka
Session : 34COM