jump to the content

Décisions du Comité

CONF 201 VII.D.31

SOC : Parc national des Galapagos (Equateur)

VII.31 Parc national des Galapagos (Equateur)

Le Comité a rappelé qu'il avait longuement débattu à ses dix-huitième et dix-neuvième sessions des questions et menaces concernant le site et que le Bureau, à sa vingtième session avait étudié le rapport de la mission dirigée par le Président du Comité du patrimoine mondial (du 1er au 11 juin 1996), afin d'examiner la situation des Iles Galapagos. Le Bureau, tout en reconnaissant les considérables efforts accomplis, a conclu que de sérieux problèmes existaient, de telle sorte qu'il était essentiel de prendre des mesures palliatives immédiates pour sauvegarder les valeurs du site du patrimoine mondial et des zones marines avoisinantes.

A la suite des recommandations du Bureau, le Directeur général de l'UNESCO et le Président du Comité ont écrit au Président de l'Equateur au sujet de la protection des Galapagos et plus particulièrement du proj et de "législation spéciale" pour les Galapagos. Cette législation n'a pas été adoptée et il faudrait prendre de nouvelles mesures.

A sa vingtième session extraordinaire, le Bureau avait pris note du rapport soumis par les autorités de l'Equateur le 22 novembre 1996 (présenté dans le document d'information WHC-96/CONF.203/INF.2 et WHC-96/CONF.201/INF.23). Le rapport fournit une mise à jour de la situation dans les Galapagos et des mesures à entreprendre par le Gouvernement de l'Equateur. Il traite également de questions telles que la restriction de l'immigration, le renforcement des institutions, les questions concernant la réserve marine, la préparation d'un plan de gestion de la biodiversité, ainsi que de l'assistance fournie par la Banque interaméricaine de développement.

Le Bureau, à sa vingtième session extraordinaire, avait également pris en considération les commentaires de l'UICN concernant les sérieuses menaces qui pèsent sur le 'site, et qui exigent une action à long terme, et l'éventuelle inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril qui épaulerait les efforts accomplis par l'Equateur et mobiliserait une nouvelle coopération internationale.

Plusieurs membres du Bureau avaient déclaré que les conditions nécessaires à l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril stipulées au paragraphe 79 des Orientations étaient remplies et ils avaient conclu que le Bureau devrait recommander au Comité d'inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Il avait également été dit que cette Liste ne devrait pas être considérée comme une "liste noire" mais comme un signal pour prendre des mesures d'urgence de sauvegarde et de protection.

L'Observateur de l'Equateur avait réaffirmé l'engagement de son Gouvernement dans la préservation des Iles Galapagos et avait rappelé le grand nombre de mesures qu'il avait déjà pris. Il avait informé le Bureau que le Délégué de l'Equateur au Comité fournirait des informations complémentaires à la vingtième session du Comité. Elle avait indiqué que Gouvernement ne souhaitait pas voir le site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Bureau avait décidé de transmettre les informations susmentionnées au Comité pour action et de recommander au Comité d'inscrire le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Comité, à sa vingtième session, à longuement débattu de la question. Le Délégué de l'Allemagne a rappelé les précédentes discussions et le nombre de menaces qui pèsent sur le site, comme l'indique le rapport de mission figurant dans le document de travail WHC-CONF.201/INF .13. Plusieurs Délégués ont rappelé les paragraphes 77 à 81 des Orientations et l'Article 11 de la Convention et ont insisté sur le fait que le Comité avait déjà attendu un an pour que des mesures soient prises.

Le Délégué de l'Equateur a remercié les membres du Comité de leur intérêt et soutien pour la préservation des Iles Galapagos et a fait état des actions entreprises par le nouveau gouvernement afin de mettre en œuvre les recommandations du Comité. Il a insisté sur le fait que le Président avait créé un groupe de travail pour préparer une « Législation spéciale pour les Galapagos » et que son Gouvernement avait crée un ministère de l'Environnement pour coordonner et établir une politique concernant la protection des îles. Il a demandé au Comité de ne pas inscrire le Parc national des Iles Galapagos sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

A l'issue d'une longue discussion sur l'examen des différentes options possibles, y compris l'inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril ou l'éventuelle possibilité d'accorder davantage de temps au Gouvernement pour appliquer les mesures, le Délégué de l'Allemagne a proposé le texte suivant, qui a été adopté par consensus:

"Le Comité a décidé d'inclure effectivement le Parc national des Galapagos sur la Liste du patrimoine mondial en péril à la date du 15 novembre 1997, à moins qu'une réponse écrite sur les points fondamentaux ne soit reçue d'ici le 1er mai 1997, et que le Bureau, à sa vingt-et-unième session, ne s'accorde sur l'efficacité des mesures efficaces qui ont été prises".

La Déléguée de la France a demandé au Comité de consigner le fait que cette décision était prise de façon exceptionnelle, car une telle décision outrepassait les prérogatives du Bureau.

 

Thèmes : Conservation, Liste du patrimoine mondial en péril
Etats Parties : Équateur
Session : 20COM