jump to the content

Décisions du Comité

CONF 208 VII.B.21/23

SOC : Parc national de l'Ichkeul (Tunisie)

VII.23 Parc national de l'Ichkeul (Tunisie)

Le Comité a rappelé qu'à sa dernière session (Mérida, 1996), il avait constaté que la construction de deux barrages avait diminué l'écoulement de l'eau douce, provoquant une augmentation considérable de la salinité des eaux du lac et des marécages et une forte diminution des populations d'oiseaux migrateurs. Le Comité a décidé, en 1996, de déclarer l'Ichkeul site du patrimoine mondial en péril; il a demandé aux autorités tunisiennes de présenter un programme de mesures correctives pour inverser le processus de dégradation du site et les a prévenues de la possibilité du retrait de l'Ichkeul de la Liste du patrimoine mondial si la réhabilitation du site n'était pas possible. L'UICN a informé le Bureau à sa vingt et unième session de juin 1997 des recommandations suivantes d'une mission Ramsar dans le site en janvier 1997 : indication claire par les autorités tunisiennes des mesures qu'elles avaient l'intention de prendre en se fondant sur un certain nombre d'études scientifiques déjà réalisées ; réalisation d'un accord portant sur le déversement des eaux des barrages ; création d'un service central qui traiterait toutes les questions de gestion du site, y compris la gestion à long terme des écluses 19 du canal de Tindja ; réparation des écluses ; comblement du canal de Joumine pour restaurer le marécage de Joumine ; contrôle scientifique permanent de l'écologie du Parc. Le Bureau a recommandé à sa vingt et unième session que le Comité établisse un calendrier sur trois ans pour étudier les efforts de restauration de l'Ichkeul et qu'il maintienne, en attendant, le site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Centre a informé le Comité que le 14 octobre 1997, un "Rapport sur le programme d'action pour la sauvegarde du Parc national de l'Ichkeul" avait été présenté par le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire et qu'il avait été soumis à l'examen de l'UICN et du Secrétariat de la Convention de Ramsar. L'UICN a informé le Comité que ce rapport n'apporte pas une réponse suffisante aux recommandations de la mission Ramsar mentionnée précédemment et que les menaces sérieuses qui pèsent sur l'intégrité du site ne sont pas prises en compte de manière appropriée.

Le Comité a décidé de maintenir l'Ichkeul sur la Liste du patrimoine mondial en péril et a demandé au Centre d'écrire une lettre en priant l'Etat partie de mettre en oeuvre les recommandations de la mission Ramsar et de présenter un rapport de situation sur les mesures prises pour limiter les menaces dans le site, à la vingt-troisième session du Comité, en 1999.

 

Thèmes : Conservation, Liste du patrimoine mondial en péril
Etats Parties : Tunisie
Session : 21COM