English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

CONF 204 VIII.30

Le Fort et les jardins de Shalimar à Lahore (Pakistan)

VIII.30 Le Fort et les jardins de Shalimar à Lahore (Pakistan)

Le Centre du patrimoine mondial a informé le Comité que le Directeur général de l'UNESCO avait reçu une lettre des autorités pakistanaises en date du 27 novembre 2000, demandant au Comité du patrimoine mondial d'inscrire les Jardins de Shalimar sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Dans cette lettre, les autorités pakistanaises informent le Directeur général que l'Etat partie a reconnu l'urgente nécessité de restaurer la partie endommagée des murs d'enceinte extérieurs et des installations hydrauliques des Jardins de Shalimar. Rappelant l'importance notoire accordée aux activités de protection des biens du patrimoine mondial situées au Pakistan, le Directeur général a reçu l'assurance que toutes les mesures nécessaires seraient prises pour mener à bien les travaux de rénovation et de restauration de ces jardins extraordinaires qui représentent non seulement un haut lieu du patrimoine culturel de la ville historique de Lahore, mais reçoivent aussi des milliers de visiteurs. Les autorités ont informé le Secrétariat que le Département de l'archéologie et des musées du Ministère de la culture travaille en étroite collaboration avec les autorités locales compétentes pour que les jardins restent intacts et ne subissent aucune nouvelle dégradation.

Dans sa lettre, le Gouvernement pakistanais a remercié le Comité du patrimoine mondial et le Centre du patrimoine mondial de l'assistance continue octroyée pour la conservation et l'aménagement des Jardins de Shalimar. En proposant l'inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril, l'Etat partie a exprimé l'espoir de sensibiliser davantage l'opinion publique nationale et internationale à l'importance de préserver ce site moghol dont la valeur de patrimoine mondial est exemplaire et qui demeure un site vivant du patrimoine culturel.

Le Comité a examiné l'état de conservation des Jardins de Shalimar et les délibérations du Bureau au cours de la vingt-quatrième session extraordinaire et a pris note de la proposition d'inscription du site sur la Liste du patrimoine mondial en péril demandée par l'Etat partie. Le Comité a exprimé sa vive inquiétude devant la perte intégrale de deux installations hydrauliques sur trois et la destruction partielle de la troisième installation. Reconnaissant que le bien est menacé par un danger grave et spécifique nécessitant des opérations d'envergure pour assurer la protection des éléments essentiels de cet ensemble monumental historique avec ses jardins, le Comité a décidé d'inscrire le Fort et les jardins de Shalimar sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Tout en se félicitant de la coopération entre les autorités centrales et locales compétentes pour mieux préserver les Jardins de Shalimar, le Comité a demandé à l'Etat partie de prendre les mesures suivantes :

  • interdire au plus vite le stationnement à proximité des deux premiers réservoirs pour éviter d'endommager davantage les vestiges archéologiques ;
  • installer une clôture pour séparer le site sur lequel se trouvent ces vestiges des abords immédiats, de manière à en interdire l'accès direct ;
  • consolider les fondations des deux réservoirs en tant que vestiges archéologiques et prendre des mesures pour empêcher la détérioration progressive de ce qui subsiste du troisième réservoir avec ses arches en brique, afin de sauvegarder ce qui reste des anciennes installations hydrauliques ;
  • définir et appliquer dès que possible un « programme de sauvetage », comme l'a recommandé la mission de suivi réactif commune ICOMOS-UNESCO (octobre 2000) en étroite concertation avec le Centre du patrimoine mondial.

Le Comité a demandé à l'Etat partie de donner des éclaircissements sur la propriété, l'utilisation du sol et le statut juridique du terrain dans un rayon de 60 mètres autour des installations hydrauliques, notamment en vertu de la « Punjab Special Premises (Preservation) Ordinance » applicable à ce site.

Enfin, le Comité a souligné que la détérioration de ce site illustre un cas où les valeurs de patrimoine mondial d'un bien ont été sérieusement altérées du fait de l'attention insuffisante accordée aux besoins de conservation dans la planification et l'exécution des travaux publics.

 

Thèmes : Conservation, Liste du patrimoine mondial en péril
Etats Parties : Pakistan
Session : 24COM