« Pourquoi y a-t-il des mangues en juillet ? » était le titre d'une des présentations du troisième jour du séminaire d'experts sur l'éducation au changement climatique qui s'est déroulé au Siège de l'UNESCO, à Paris, et qui a rassemblé 60 spécialistes du changement climatique, de l'éducation au développement durable et de l'élaboration des programmes, venant en particulier des petits États insulaires en développement.

 « Le réchauffement de notre planète est assurément le problème de notre époque. Le développement durable ne peut être assuré sans un climat stable », a déclaré le Directeur général de l'UNESCO, lors de son discours inaugural en présence de l'Ambassadeur du Danemark auprès de l'UNESCO.

 Mark Richmond, Directeur de la Division de coordination des priorités des Nations Unies pour l'éducation, a énoncé cinq bases de travail pour l'engagement sur les questions du changement climatique :

● La plus évidente : comment la science du changement climatique peut apporter une contribution primordiale aux programmes de formation, d'enseignement/apprentissage et de soutien pour l'éducation au développement durable.

● La dimension éthique : le changement climatique est un défi à la durabilité mais également aux valeurs.

● La dimension émotionnelle et comportementale: les questions du changement climatique peuvent apporter un moyen efficace d'explorer les sentiments face aux bouleversements tels que le réchauffement climatique.

● La base pédagogique : les questions du changement climatique ont une urgence, une acuité et une immédiateté qui peuvent être un stimulus pour un enseignement et un apprentissage efficaces et pour la conception et le renouvellement des programmes.

● La localisation: le changement climatique est sans aucun doute un phénomène global mais son impact et ses effets sont très spécifiques en terme de localisation, par exemple particulièrement sensible dans les Petits Etats insulaires en développement.

Organisé par l'Unesco avec le soutien financier du Danemark, le séminaire abordait des thèmes tels que l'éthique climatique, la justice et les défis de l'éducation pour la compréhension du changement climatique dans une perspective des genres. Les participants ont examiné comment les questions du changement climatique pouvaient être intégrées aux programmes scolaires, abordé les questions d'orientations, des matériels d'apprentissage et exploré des moyens de mieux utiliser les réseaux tels que des Ecoles Associées de l'UNESCO et les sites du patrimoine mondial pour promouvoir la formation sur le terrain.

Les résultats du séminaire contribueront à la préparation de la Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique à  Copenhague du 7 au 18 décembre.

 

1) Discours de M. Koïchiro Matsuura, Directeur général de l'UNESCO

2) Programme de l'UNESCO: Education au service du développement durable

3) La brochure du séminaire