Le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO a signé un accord de partenariat avec l'association Loi de 1901 « Vocations Patrimoine, l'Héritage du futur », ayant pour but le renforcement des capacités de gestion de professionnels en activité ou souhaitant travailler dans le futur, sur un site du patrimoine mondial. Cette association, dont le Président est le célèbre paléo-anthropologiste Professeur Yves Coppens, a financé ce programme grâce aux multinationales AXA et MAZARS.

L'acquisition de compétences, à un niveau national et régional, est une composante essentielle de la mise en œuvre de la stratégie globale pour une liste équilibrée et représentative adoptée par le Comité du patrimoine mondial en 1994. Son importance a encore été soulignée à travers la Déclaration de Budapest sur le patrimoine mondial du Comité en 2002, Déclaration par laquelle le Comité du patrimoine mondial reconnaissait l'acquisition de compétences comme l'un des quatre objectifs qui guiderait ses actions, et appelait les pays et autres partenaires à travers le monde à se réunir et coopérer pour la protection du patrimoine. Malgré un grand nombre de demandes de bourses, il n'existe actuellement pas de programme boursier global dédié à la conservation et à la gestion du patrimoine mondial.

Le propos de ce partenariat est donc de développer plus avant les compétences des professionnels concernés, actuellement en activité ou souhaitant travailler à terme dans la gestion, la conservation et le développement des sites du patrimoine mondial. Le but est de fournir aux personnes en début ou milieu de carrière les connaissances nécessaires, les compétences et l'engagement dans un programme interdisciplinaire afin de devenir de meilleurs gestionnaires de patrimoine culturel et naturel.

Un minimum de 5 bourses, pour des études menant à un diplôme de Maîtrise en Arts ou Sciences ou une équivalence, seront attribuées à chaque exercice dans les domaines relatifs à la gestion des sites du patrimoine culturel ou naturel.

Les bénéficiaires seront encouragés à développer des concepts et des stratégies pour des programmes qui pourront être initiés, gérés et mis en œuvre par des organisations internationales, des centres nationaux, des organes non-gouvernementaux ou des institutions privées responsables de la protection, préservation et réhabilitation des sites du patrimoine culturel ou naturel.

Les études seront par nature interdisciplinaires, offrant à la fois un transfert de connaissances théoriques et l'acquisition de compétences pratiques, afin de développer les ressources humaines et les capacités des futurs gestionnaires de sites du patrimoine mondial.

Ce programme sera officiellement lancé et les premières bourses attribuées lors d'une cérémonie qui aura lieu à l'UNESCO le 16 mars 2006. A cette fin, le Centre du patrimoine mondial a travaillé en étroite collaboration avec deux universités, University College Dublin en Irlande et le Brandenburg Technical University Cottbus en Allemagne, qui offrent déjà des programmes interdisciplinaires de niveau avancé dans le domaine de la gestion du patrimoine mondial. Ensemble, ils ont identifié un certain nombre d'étudiants particulièrement méritant, actuellement inscrits en Maîtrise, sur la base de leurs notes et du développement de leur proposition de projet.

A l'avenir le nombre d'institutions d'accueil devrait s'élargir afin d'inclure d'autres régions du monde et d'assurer ainsi un meilleur équilibre géographique et linguistique.

Un deuxième exercice ouvert, via leurs Commissions nationales, à tous les citoyens des Etats parties à la Convention du patrimoine mondial devrait être lancé plus tard dans l'année.