Le tourisme est une source majeure de croissance, d’emploi et de revenus de plus en plus développée pour de nombreux pays du monde, en particulier dans les économies émergentes. Cependant, en cas de mauvaise gestion, un nombre écrasant de visiteurs peut endommager des monuments anciens et mettre en péril le patrimoine immatériel.

La Journée mondiale du tourisme est l'occasion de réfléchir à l'importance de protéger le patrimoine mondial et de faire en sorte que le tourisme apporte une contribution positive au développement durable des destinations et de leurs communautés locales. Ceci est particulièrement pertinent pour cette année, qui est à la fois l'Année européenne du patrimoine culturel et l'Année du tourisme UE-Chine.

Le thème de la Journée mondiale du tourisme de cette année est « Le tourisme et la transformation numérique ». L’UNESCO collabore avec l’Union européenne pour lutter contre le surtourisme en développant des « Routes du patrimoine mondial de l’Union européenne », une plate-forme de voyage en ligne qui encourage les gens à voyager de manière plus durable, en séjournant dans des destinations plus éloignées des principaux centres touristiques. La plate-forme, qui a été lancée plus tôt ce mois-ci et a été conçue par le National Geographic, fournit des informations complètes sur 34 sites du patrimoine mondial et leurs attractions, expériences et histoires culturelles. Grâce à cette approche, nous souhaitons inviter les gens à visiter ces sites du patrimoine mondial en y étant encouragés par la population et sur la recommandation d’experts locaux.

Le Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO, par le biais de son Programme de tourisme durable, développe en permanence des outils en ligne permettant aux sites du patrimoine mondial de mieux gérer et surveiller le tourisme. Cette démarche inclut notamment la trousse à outils du tourisme durable du patrimoine mondial de l'UNESCO (lancée en 2016) et l'outil d'évaluation du tourisme durable et de la gestion des visiteurs (qui sera testé à partir d'octobre 2018).

Le programme renforce les liens entre les acteurs clés du secteur du tourisme durable et de la conservation, et développe des outils et des méthodes pour des applications pratiques. Le programme encourage également le développement de méthodes de planification, de sorte que le développement du tourisme reste dans les limites des changements acceptables apportés à la valeur universelle exceptionnelle pour laquelle les sites ont été classés.

L'UNESCO s'est engagée à collaborer avec ses États parties pour soutenir le dialogue et les actions positives visant à lutter contre le surtourisme et les défis qu'il présente. Avec plus de 1,2 milliard de personnes voyageant chaque année à l’étranger, un nombre qui devrait par ailleurs atteindre 2 milliards d’ici à 2030, il est devenu plus important que jamais de travailler ensemble pour sauvegarder le patrimoine mondial de l’humanité.

  

Mechtild Rössler
Directrice
Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO