English Français

Stratégie globale : atelier sur l’identification de l’archéologie dans les Caraïbes, et sur la gestion des risques majeurs

Le patrimoine archéologique dans les Caraïbes a fait l’objet d’initiatives de valorisation au début des années 2000, afin de mettre en valeur un patrimoine peu représenté sur la Liste du patrimoine mondial dans la région.

Un séminaire international sur les sites archéologiques dans les Caraïbes s’est tenu au Museo del Hombre à Saint-Domingue, République dominicaine, les 7 et 8 juillet 2003. Il a principalement permis de proposer une liste de sites archéologiques susceptibles d’être inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, et d’identifier les responsables et experts pour la région.

Le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO a organisé du 20 au 23 septembre 2004 à Fort-de-France, Martinique, France, une réunion internationale sur le thème « Identification des sites archéologiques des Caraïbes, pour proposition d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial ». Ce séminaire international et intergouvernemental avait pour objectif d’engager un processus de réflexion approfondi sur le patrimoine culturel archéologique des Caraïbes et sur la manière de mieux représenter celui-ci dans toute sa diversité sur la Liste du patrimoine mondial. Il visait également à améliorer l’identification, la cartographie, la protection, la conservation et encourager l’élaboration de la proposition d’inscription de ce type de patrimoine culturel si vulnérable.

Les représentants officiels de 20 pays des Caraïbes, soit 42 experts de l’archéologie caribéenne, étaient présents. Ce séminaire a permis de formaliser certains projets de propositions d’inscription transnationales sur la Liste du patrimoine mondial et de signaler l’urgence de protéger et de conserver le patrimoine archéologique des pays des Caraïbes. Enfin, il a permis d’aborder les différents aspects de la mise en valeur des zones archéologiques, dans le respect d’un renforcement de l’identité culturelle caribéenne. La « Déclaration de la Martinique » rédigée collectivement au cours du séminaire, a permis d’établir les priorités suivantes :

  • encourager la protection du patrimoine dans la région en prenant toutes les mesures nécessaires pour la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial ;
  • veiller au renforcement et au développement des politiques de prévention des risques, et de gestion de l’intervention aux niveaux régional, national et international ;
  • prendre des mesures significatives pour préserver le patrimoine archéologique subaquatique ;
  • adopter une législation efficace ;
  • renforcer et appliquer des politiques de formation et de sensibilisation du public ;
  • promouvoir et soutenir financièrement la formation professionnelle aux techniques archéologiques ;
  • renforcer les institutions nationales chargées de la protection du patrimoine archéologique et effectuer des inventaires des ressources archéologiques locales et nationales.

Un plan d’action à court et moyen terme y a été élaboré. La Convention France-UNESCO a apporté un soutien à ce projet en termes d’expertise et de moyens financiers et elle a participé à la publication des actes du colloque, parus en octobre 2005, dans le Cahier du Patrimoine mondial n°14 intitulé « Archéologie de la Caraïbe et Convention du patrimoine mondial ».

En 2008, dans la lignée des activités développées par le Centre du patrimoine mondial dans les Caraïbes, les réflexions entamées sur la valorisation du patrimoine archéologique ont été poursuivi en développant la problématique de la gestion des risques et du patrimoine. Ce qui a conduit le Centre du patrimoine mondial et le Conseil Régional de la Martinique a organiser un séminaire sur « Risques majeurs et patrimoine archéologique dans les Caraïbes ».

Le séminaire avait pour objectif de vérifier la pertinence des études concernant la préparation à la gestion des risques, développés par l’ICCROM et le Centre du patrimoine mondial dans la région Caraïbes et d'inviter les gestionnaires des sites du patrimoine mondial à développer une étude de cas. Une réunion préparatoire a été co-organisée du 24 au 25 Novembre 2008, par le Conseil Régional de Martinique et le Centre du patrimoine mondial, associés au Centre régional de conservation-restauration des biens culturels de Basse-Normandie (France).

En complément (1)
Objectifs stratégiques
  • Communication