jump to the content

Promouvoir le Patrimoine Mondial à Madagascar

« Promouvoir le Patrimoine Mondial à Madagascar » est un programme du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO qui a pour finalité la mise en œuvre de la Convention du patrimoine mondial comme outil de conservation de la biodiversité et de développement intégré des communautés riveraines aux aires protégées.

Ce programme a débuté à Madagascar en 2000 avec la Coopération Technique du Centre du Patrimoine Mondial de l'UNESCO et travaille principalement autour des aires protégées du réseau national actuel des parcs et réserves nationaux. Il est sous la tutelle du Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts et du Tourisme et travaille en étroite collaboration avec les organismes travaillant dans le domaine de la conservation et de développement à Madagascar. L'objectif principal du programme est la conservation de la biodiversité dans ces aires protégées tout en promouvant des activités de développement alternatives aux pressions exercées sur cette biodiversité.

En tant que Programme de l’UNESCO, il contribue activement à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et travaille étroitement avec les agences des Nations Unies à Madagascar dans le cadre de l’UNDAF (Plan cadre des Nations Unies pour l’Assistance au développement).

Historique et réalisations

1998 : une Conférence internationale qui s’est tenue à Berastagi sur le thème : « Les Forêts du Patrimoine Mondial : la Convention du patrimoine mondial comme mécanisme de conservation de la biodiversité de la forêt tropicale » a fait part des lacunes sur la représentation des Forêts tropicales humides sur la Liste du patrimoine mondial, et en particulier celles de Madagascar qui font partie des plus importantes forêts humides mondiales.

2000 : des études préliminaires menées dans les parcs nationaux de Ranomafana et de Midongy ont permis l'élaboration d'un document cadre pour le lancement des activités du Programme du Centre du Patrimoine Mondial à Madagascar

2003 : le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO lance à Madagascar le programme « Promouvoir le patrimoine mondial à Madagascar » avec un financement de la Fondation des Nations Unies (UNF). Le programme a commencé dans 5 aires protégées de la partie Sud-est de Madagascar pour les préparer à une éventuelle proposition d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial. Il s’agit du parc national de Ranomafana, du parc national d’Andringitra, du parc national de Befotaka-Midongy, de la réserve spéciale de Manombo et de la réserve spéciale de Kalambatritra

2003 : dans le cadre de la mise en œuvre de la Convention du Patrimoine Mondial à Madagascar, le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO organise un atelier national pour l’identification d’ensembles de sites naturels potentiels pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial. 4 ensembles ont été identifiés :

  • L’ensemble des Forêts Humides de l’est avec 8 parcs nationaux : Marojejy, Masoala, Zahamena, Mantadia, Ranomafana, Andringitra, Befotaka Midongy, et Andohahela
  • L’ensemble des Forêts sèches de l’ouest en extension au Tsingy de Bemaraha avec 5 sites : Ankarafantsika, Ankarana, Kirindy Mitea, Daraina, et Menabe.
  • L’ensemble des Forêts sèches du sud-ouest avec 2 sites : Tsimanampetsotse, Mikea
  • L’ensembles des aires protégées marines et côtières : grand récif de Tuléar, lagons de Mikea-Sahamalaza, Nosy Hara, et les récifs de la pointe de Diégo


Janvier 2005 : le programme du Patrimoine Mondial à Madagascar et le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts inaugurent le bureau de l’unité de gestion du parc national de Befotaka Midongy (ANGAP Midongy). La construction du bureau du parc a été financée par le programme du patrimoine mondial pour soutenir l’ANGAP dans la conservation du parc national de Befotaka Midongy.


Février 2005 : avec l'appui du Programme du Patrimoine Mondial à Madagascar, le Gouvernement malgache soumet au Centre du patrimoine mondial de l'UNESCO une liste indicative des Forêts Humides de l’Atsinanana pour proposition d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial. La liste compte un ensemble de 8 parcs nationaux des forêts humides malgaches : Marojejy, Masoala, Zahamena, Mantadia, Ranomafana, Andringitra, Befotaka Midongy, Andohahela.

Février 2005 : lancement des activités de conservation et de développement dans et autour du parc national de Befotaka Midongy avec le PNM-ANGAP, le Programme Conjoint Éducation Pour Tous (PC/EPT), le MGHC de JSI (Madagascar Green Health Communities de John Snow Institute) par le biais de la Fondation Tany Meva pour une durée de 1 an et demi.

Afin d'éviter le saupoudrage d'activités dans les différents sites et avec plusieurs partenaires de mise en place, ces activités sont menées avec une approche « package ». L'objectif ultime de ces activités est de promouvoir un mode collaboratif de la gestion des ressources naturelles du parc national en intégrant les populations locales dans des activités de développement socio-économique et de conservation.

Février 2006 : le Gouvernement malgache soumet le dossier de nomination des Forêts Humides de l’Atsinanana au Centre du patrimoine mondial.

Août - Septembre 2006 : une mission de l’UICN (Union Mondiale pour la Nature) arrive à Madagascar pour évaluer la proposition de nomination des Forêts Humides de l’Atsinanana. A l’issue de la mission, l’UICN émet des recommandations au Gouvernement malgache pour faciliter l’inscription du site, notamment le retrait temporaire du parc national de Mantadia et de Befotaka Midongy de la proposition de nomination à cause de problèmes d’intégrité rencontrés au sein de ces deux parcs.

27 Juin 2007 : les « Forêts Humides de l’Atsinanana » sont inscrites sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO lors de la réunion de la 31ème session du Comité du Patrimoine Mondial à Christchurch, Nouvelle Zélande. Cet ensemble des forêts humides compte 6 parcs nationaux : Marojejy, Masoala, Zahamena, Ranomafana, Andringitra et Andohahela. Il est à noter que c'est rare dans le monde qu'un État Partie de la Convention propose un ensemble de sites au lieu d'un seul site naturel.

Juillet 2007 : le Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO, avec un système de "matching fund" entre l’UNF (Fondation des Nations Unies) et le "Conservation International Madagascar" et avec des co-financements de la Fondation Norvégienne pour le Patrimoine Mondial (NWHF), la Fondation Tany Meva et le Programme Conjoint de l'Éducation Pour Tous (PC/EPT), lance le début de la deuxième phase du Programme du patrimoine mondial à Madagascar pour une durée de 18 mois.
Les activités du programme sont axées sur la préparation de l’extension des Forêts Humides de l’Atsinanana, notamment par l’intégration des corridors forestiers entre les 6 parcs nationaux inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial, et sur la préparation du dossier de nomination des forêts sèches pour inscription sur la liste du patrimoine mondial.

Site internet
Etats parties (1)
Objectifs stratégiques
  • Credibilité
  • Conservation