jump to the content

Les chutes de la Lobé, Cameroun

La République du Cameroun a ratifié la Convention du Patrimoine mondial en 1982. Depuis lors, seule la réserve de faunedu Dja a été inscrite au patrimoine mondial, en 1987. En avril 2006, les autorités camerounaises ont envoyé une nouvelle liste indicative comprenant les chutes de la Lobé, site qui représente une valeur à la fois culturelle et naturelle, dans le but de proposer son inscription au patrimoine mondial en 2007.

Les chutes de la Lobé se situent à 300 kilomètres au sud-ouest de Yaoundé, capitale du Cameroun. Leur particularité réside dans ce vaste ensemble de ruisseaux s’écoulant en une série de cascades sur une distance de 1 kilomètre, pour former un nuage majestueux de chutes, dont la plus haute mesure un peu plus de 20 mètres. La Lobé, au terme de sa course, se jette directement dans l’Océan Atlantique en formant de somptueuses cataractes. Pour les peuples Batanga, Maabi et Pygmée qui vivent à leurs abords, les chutes de la Lobé représentent un haut lieu de croyance et sont généralement associées aux divers rites cultuels et culturels liés à l’eau du fleuve et à la mer. L’étendue du site et l’importance que joue ce paysage culturel dans la vie de ces peuples soulignent la nécessité d’associer ces derniers au processus de gestion et de préparation de la proposition d’inscription des chutes de la Lobé au patrimoine mondial.

Les fonds en dépôt espagnols ont principalement apporté leur soutien sous forme d’assistance financière en vue de la réalisation du plan de gestion et du dossier de proposition d’inscription de ce site. Le plan de gestion, placé actuellement sous l’égide des autorités camerounaises de la Direction du patrimoine culturel, bénéficie aussi de la collaboration du Bureau de l’UNESCO à Yaoundé et de l’expertise technique du Centre du Patrimoine mondial.