English Français

Tr’ondek-Klondike

Date de soumission : 01/10/2004
Critères: (iv)(vi)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Parks Canada Agency
État, province ou région :
Territoire du Yukon
Coordonnées N64 W139
Ref.: 6255
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les États Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

Centré sur les rivières Yukon et Klondike dans la partie nord-ouest du Canada, Tr’ondëk–Klondike est un paysage culturel vivant qui témoigne de la coexistence de longue date des Tr’ondëk Hwëch’in et des nouveaux venus qui se sont retrouvés liés les uns aux autres par la fameuse ruée vers l’or du XIXe siècle. La ruée vers l’or du Klondike a eu lieu entre 1896 et 1898 et elle a poussé environ 30 000 personnes de partout dans le monde à se diriger vers le Klondike dans l’espoir d’y trouver de l’or. Située dans un environnement subarctique rigoureux, la région faisant l’objet de la candidature comprend un large éventail d’attributs patrimoniaux tout au long d’un tronçon de 85 km de la rivière Yukon, dans la ville de la ruée vers l’or qu’est Dawson City et dans les champs aurifères du Klondike. On y trouve des sites, des camps et des établissements autochtones comme le camp de pêche Tr’ochëk et le village de Moosehide; les plans, les paysages de rue et les bâtiments de construction vernaculaire de Dawson City; ainsi que la topographie, l’infrastructure, la machinerie et les enceintes caractéristiques de plus d’un siècle d’exploitation continue de placers dans les champs aurifères. 

Les relations fondamentalement différentes qu’entretiennent avec la terre les Tr’ondëk Hwëch’in et les nouveaux venus façonnent toujours le paysage culturel. La culture et les valeurs traditionnelles des Autochtones coexistent avec l’exploitation active des placers dans une région depuis longtemps associée avec un lieu de rencontre frontalier entre les Autochtones et les nouveaux venus en quête de terres et de ressources. Ce contexte et les impacts immenses de la ruée vers l’or et de ses suites sont visibles dans le patrimoine physique du paysage. Ils sont aussi très bien dépeints dans un riche corpus documentaire et  photographique, ainsi que dans les récits narratifs des Tr’ondëk Hwëch’in. Au final, l’endroit est un exemple exceptionnel, intact et complet de la ruée vers l’or du XIXe siècle, dont le legs façonne depuis 120 ans les paysages de la région et les peuples qui y vivent.