jump to the content

Gasumo, la source la plus méridionale du Nil

Date de soumission : 09/05/2007
Critères: (vii)
Catégorie : Naturel
Soumis par :
Ministère de l’Education Nationale et de la Culture
Etat, province ou région :
Province : Bururi
Coordonnées S3 54 47 E29 50 22
Ref.: 5144
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Long de 6 671 km, le fleuve Nil traverse 6 pays africains: le Burundi, le Rwanda, l'Ouganda, la Tanzanie, le Soudan et l'Egypte. C'est le plus long fleuve d'Afrique.  Sa source est restée longtemps inconnue. Du point de vue de l'histoire, Ptolémée, géographe grec du 2ème siècle, pensait que cette source se trouvait dans de grandes montagnes neigeuses voisines de l'équateur et que les neiges en fondant alimentaient les lacs situés plus au nord, d'où sortaient deux cours d'eau dont la réunion formait le Nil. Jusqu'au 15ème siècle, les connaissances ne progressaient pas et l'hypothèse de Ptolémée était maintenue.

Il faudra attendre le 19ème siècle pour que les Anglais se lancent dans des expéditions difficiles afin d'éclaircir le mystère des sources du Nil. La Royal Geographical Society avait financé plusieurs expéditions à partir de Zanzibar. En 1858, après 6 mois d'exploration, Richard Burton et John Speke découvrirent le lac Tanganyika. Speke découvrit par la suite un autre lac encore plus grand qu'il nomma lac Victoria en l'honneur de la reine d'Angleterre et pensait ainsi avoir trouvé la source du Nil.

En 1860, partis pour rechercher Speke, Samuel Baker et sa femme Florence découvrirent une rivière reliant le lac Victoria au lac Albert et la considérèrent comme étant la source du Nil. Pendant ce temps, le missionnaire et explorateur David Livingstone prétendait que  le lac Tanganyika était une des sources du Nil.  Un peu moins d'un siècle plus tard, en 1934, l'explorateur Burckhart Waldecker découvrit, au Burundi, à Gasumo, la  source la plus  méridionale  dans la commune Rutovu, en province Bururi.

C'est un filet d'eau  qui sort du flanc nord du mont Gikizi à 3°54'47'' de latitude sud, dans la commune de Rutovu au Burundi. Il poursuit son parcours par les  rivières Gasenyi, Kigira, affluents de la Ruvyironza.   Cette dernière se jette à son tour  dans la Ruvubu dont les eaux rejoignent la Nyabarongo pour former la Kagera, principale tributaire du lac Victoria. Les eaux du lac Victoria sortent par Jinja et constituent le Nil blanc. Les eaux provenant de l'Ethiopie arrivent à Karthoum par le Nil bleu. De cette ville, le Nil est constitué par un seul cours d'eau et traverse le Soudan et l'Egypte avant de se jeter dans la mer Méditerranée. Ce fleuve jouit de l'attention de la communauté internationale à travers les projets de l'Initiative du Bassin du Nil (IBN).

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

La source du fleuve Nil n'a fait objet d'aucun aménagement particulier. Son état n'est donc pas menacé.

A côté de cette source, des initiatives de promotion touristique ont été menées, notamment la construction d'abris pour les touristes. L'accès au site est facilité par une voie de très bonne viabilité qui part de Bujumbura jusqu'à la source de ce  fleuve Nil sur une distance de 132 km.

Comparaison avec d’autres biens similaires

Le fleuve Nil peut être comparé au fleuve Niger. Celui-ci est le grand fleuve d'Afrique occidentale  (4200 km). Tout comme le Nil, il sert pour l'irrigation.