English Français
Aidez maintenant !

Parc national des Monts Birougou

Date de soumission : 20/10/2005
Critères: (vi)(ix)(x)
Catégorie : Mixte
Soumis par :
Ministère de la Culture, des Arts, Chargé de l’Education Populaire, Libreville
Etat, province ou région :
Gabon, Province de la Ngounié / Province de l’Ogooué-Lolo
Ref.: 2062
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Le 30 août 2002, l'ex-Site de Soungou-Milondo a fait l'objet du Décret N° 610/PR/MEFEPEPN, l'érigeant en « Parc National des Monts Birougou », pour une superficie 690,21 km2. Situé dans le sud du Gabon, dans le Massif du Chaillu, région la plus accidenté de ce  pays avec des sommets pouvant atteindre 900m , le Parc National de Birougou est à cheval entre les provinces de la Ngounié et de l'Ogooué-Lolo et au sud, frontalier à la République du Congo. C'est une région forestière peu connue sur le plan botanique.

Le Parc se caractérise par de fortes collines au sommet arrondi ou plat, qui s'étagent entre 800 et 900 m, dans le parc, et 1022 mètres à la périphérie. C'est la région la plus accidentée du Gabon. C'est le « château d'eau» du Gabon et du bassin du Niari, drainé par de nombreux cours d'eau dont, la Bouenguidi à l'est, la Sibi au Nord Est, la Lolo, le Yangala, l'Onoy, au Nord. Ce réseau hydrographique comporte des rapides, des chutes et des cascades. Le site est reconnu pour sa grande richesse floristique et faunistique.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Critère (vi):

La présence de forêts sacrées et de sanctuaires attestent que des manifestations rituelles s'attachent à certaines composantes du site. La culture traditionnelle fait de certains espacs des lieux de mystère, tels les sites de Mambourou Mboulou et le Mont Guènguè

Critère (ix):

Les forêts de collines et de montagnes primaires du Parc National des Monts Birougou sont un refuge du pléistocène gabonais, caractérisé par une forte biodiversité. La probabilité avérée de trouvailles herpétologiques dans les eaux douces du site, susceptibles d'abriter plusieurs espèces nouvelles de batraciens., la confirmation de l'existence du Singe à « queue de soleil » (Cercopithecus solatus), l'existence d'une faune de la canopée et d'invertébrés inexplorée attestent de processus biologiques en cours d'évolution et du développement de communautés de plantes et d'animaux.

Critère (x) :

Le Parc National des Monts Birougou recèle une extraordinaire diversité d'écosystèmes, allant des forêts marécageuses aux forêts primaires montagnardes. Les cascades et les rapides qui jalonnent le lit de ses cours d'eau sont constitués d'une faune ichthyologique caractéristique de ces milieux particuliers. Il faut noter la richesse remarquable de l'avifaune et la préservation dans ce site, reconnu comme un habitat très important pour les gorilles (Gorilla gorila), les chimpanzés (Pan troglodytes),  les buffles (Syncerus caffer ), les éléphants (Loxodonta africana), le céphalophe à pattes blanches (Cephalophus ogilbi crysalbum). Ce site est tout aussi un habitat de référence pour la petite biodiversité composée d'oiseaux, de petits mammifères, d'insectes, de reptiles et d'amphibiens.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le Parc National des Monts Birougou et sa zone périphérique n'ont pas connu un développement économique basé sur l'extraction des ressources naturelles. Son environnement est resté intact, avec d'immenses forêts cathédrales constituées d'énormes populations végétales très anciennes.

Au coeur d'un réseau hydrographique rayonnant le Parc National des Monts Birougou comporte de nombreux cours d'eau dont la permanence atteste de la fonction capitale de « Château d'eau » que continue de jouer la région.

Des fonctions adéquates à la préservation de son intégrité son assignées au site, à savoir :

- maintenir les processus écologiques essentiels et les systèmes vitaux dont dépendent la survie et le développement humain,

- préserver la diversité biologique dont dépendent la variété et le fonctionnement de ces processus,

- respecter la capacité de régénération des ressources naturelles pour assurer une utilisation durable des espèces et des écosystèmes qui sont à la base de nombreuses activités tant traditionnelles qu'industrielles,

- prendre soin de développer un écotourisme de randonnée, un écotourisme de grottes, un écotourisme communautaire.

Comparaison avec d’autres biens similaires

De par sa nature et les valeurs qu'il recèle, le Parc National des Monts Birougou est comparable aux parcs des Zones humides de sainte Lucie (Afrique du Sud), Viunga, Garamba, Gawozi et Bienga Salonga (RDC), Taï  (Côte d'Ivoire) ainsi que au Complexe de Conservation de Amazonie centrale) et à l'Aire de conservation de Pantanel au Brésil.