jump to the content

Ville de Sao Filipe

Date de soumission : 07/05/2004
Critères: (i)(iii)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Ministerio da Cultura e Desportos Instituto da Investigaçao e do patrimonio cultural
Coordonnées 14°52' N / 24°29' W Côte occidentale de l'île de Fogo
Ref.: 1906
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

Fogo est la seconde île à être peuplée après Santiago. En effet dans le dernier quart du XVe s. de riches propriétaires de Ribeira Grande (Cidade Velha) s'installent a Sao Filippe avec leurs esclaves pour y exploiter au départ le coton, Tune des principales monnaie d'échange utilisée par les armateurs de Santiago dans le commerce des esclaves avec la cotes ouest africaine. La production cotonnière s'accompagnera de la confection d'un pagne local très appréciée sur le continent. De fait, avec l'intensification de la traite négrière on assiste à une évolution urbaine très rapide de la ville de Sao Filipe. L'enrichissement des propriétaires d'esclaves se traduisait sur le paysage urbain par des maisons ostentatoires des maîtres, à un ou deux niveaux, appelées « Sobrados ». Au rez-de-chaussée, il y avait un entrepôt commercial et une arrière-cour ou étaient loges et travaillaient les esclaves domestiques qui confectionnaient les pagnes. Au premier y habitait généralement le maître et il y avait surtout un balcon qui donnait sur la rue ou une place principale. L'importance du commerce de ces pagnes dans 1'acquisition des esclaves est telle que, pour continuer a assurer son hégémonie désormais contest6e par la France, l'Angleterre et les Pays-Bas des le début du XVII' siècle, le Portugal **page missing (16)**