jump to the content

Ancienne chocolaterie Menier à Noisiel

Date de soumission : 01/02/2002
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Min.de l'Amenagement du Territoire et de l'Environnement. Min. de la Culture et de la Communication
Coordonnées Seine-et-Marne / Noisiel
Ref.: 1664
Avertissement

Le Secrétariat de l’UNESCO et le Centre du patrimoine mondial ne garantissent pas l’exactitude et la fiabilité des avis, opinions, déclarations et autres informations ou documentations fournis au Secrétariat de l’UNESCO et au Centre du patrimoine mondial par les Etats Parties à la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel.

La publication de tels avis, opinions, déclarations, informations ou documentations sur le site internet et/ou dans les documents de travail du Centre du patrimoine mondial n’implique nullement l’expression d’une quelconque opinion de la part du Secrétariat de l’UNESCO ou du Centre du patrimoine mondial concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou région, ou de leurs autorités, ou le tracé de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les Etats parties les ont soumis.

Description

L'origine de l'usine Menier remonte au début du XIXe siècle, avec Jean Antoine Brutus Menier, de souche angevine. Puis sous l'impulsion de quatre générations successives va se développer à Noisiel, en liaison avec les plantations de cacaoyers que possédait au Nicaragua cette dynastie un ensemble industriel de première importance tant dans sa conception que dans sa réalisation technique. C'est entre 1869 et 1872 qu'Emile Menier, fils de Jean Menier, fit édifier par Jules Saulnier au bord de la Marne un grand bâtiment dont la construction révèle une grande audace dans sa conception et le choix des matériaux utilisés. Reposant sur quatre piles de pierre fondées dons le lit du fleuve, l'usine bâtie sur des piliers métalliques creux de section carrée présente toute une ossature métallique apparente où se dessinent en façade des renforts diagonaux. Le remplissage fut réalisé par des briques creuses, certaines vernissées formant des éléments décoratifs multicolores disposés en treillis et ornés de fleurs de cacaoyer. Ce parti d'une grande innovation technique fera l'objet de publications tant en France qu'à l'étranger. A côté de cette construction de Saulnier, l'élément le plus significatif de ce témoin capital dans I'histoire de I'architecture industrielle que constitue l'usine Menier, iI convient de citer un autre bâtiment, conçu et réalisé par Gustave Eiffel et son architecte Stephen Sauvestre pour I'Exposition Universelle de Paris en 1898 puis "remonté" à Noisiel de 1882 à 1884 et équipé pour le refroidissement du chocolat. Sur l'ìle, un bâtiment de plan quadrangulaire avec des façades planes scandées de piliers métalliques entre lesquels s'insèrent des murs de briques polychromes, percés de grandes verrières, a souvent reçu I'appellation de "cathédrale". Est à considérer également un pont mis en place pour couvrir une distance de près de 45 mètres pour rejoindre la cathédrale à I'autre rive de la Marne. C'est le projet de Considére et Sauvestre qui fut retenu reprenant le dessin d'Eiffel mais transformant le pont métallique en béton fretté, utilisant le même principe de suspension inversée avec une portée record de 44,50 mètres. Précisons enfin que l'électricité sera installée dès 1875 et qu'en 1899, 1500 personnes sont employées à la chocolaterie, l'usine hydraulique de Noisiel étant l'un des établissements de ce genre le plus important en France avec une ligne ferroviaire spéciale entre Emerainville et Noisiel.