jump to the content

Ciudad Universitaria de Caracas

Ciudad Universitaria de Caracas

The Ciudad Universitaria de Caracas, built to the design of the architect Carlos Raúl Villanueva, between 1940 and 1960, is an outstanding example of the Modern Movement in architecture. The university campus integrates the large number of buildings and functions into a clearly articulated ensemble, including masterpieces of modern architecture and visual arts, such as the Aula Magna with the "Clouds" of Alexander Calder, the Olympic Stadium, and the Covered Plaza.

Ciudad Universitaria de Caracas

La Cité universitaire de Caracas, construite selon les plans de l'architecte Carlos Raúl Villanueva, entre 1940 et 1960, est un exemple exceptionnel du mouvement moderne en architecture. Elle regroupe un grand nombre de bâtiments et de fonctions dans un ensemble clairement articulé et mis en valeur par des chefs-d'œuvre de l'architecture moderne et des arts plastiques, tels que l'Aula Magna avec les Nuages d'Alexander Calder, le stade olympique et la Plaza Cubierta.

مدينة كاراكاس الجامعية

أنشئت مدينة كاراكاس الجامعية حسب مخططات المعماري كارلوس راوول فيلانويفا بين عامي 1940 و1960وهي تشكل مثالاً فريداً للتيار الهندسي الحديث. كما انها تحوي عدداً كبيراً من الأبنية ضمن مجموعة واضحة المعالم ومعزّزة بتحف هندسية حديثة وفنون تشكيلية مثل قاعة الأولا ماغنا وتحفة "الغيوم" لألكساندر كالدير والملعب الاولمبي وبلازا كوبييرتا.

source: UNESCO/ERI

加拉加斯大学城

加拉加斯大学城是1940年至1960年间根据委内瑞拉建筑师卡尔洛斯·劳尔·维拉努埃瓦的设计建造的,是建筑史上现代运动的杰出典范。它将大量建筑物及功能融入一套连接清晰的综合性建筑群体之中,这群建筑包括了现代建筑与视觉艺术的杰作,如带有亚历山大·卡尔德“云烟”的大学礼堂曼格纳、奥林匹克体育馆、隐藏的大厦。

source: UNESCO/ERI

Университетский городок в Каракасе

Университетский городок в Каракасе, построенный по проекту архитектора Карлоса Рауля Вильянуэва в период 1940-1960 гг., – это выдающийся пример «современного движения» в архитектуре. Он объединяет большое количество зданий и функций в четко организованном ансамбле, включающем шедевры современной архитектуры и изобразительного искусства, таких, как Большая аудитория с "Облаками" Александра Кальдера, Олимпийский стадион и Крытая площадь.

source: UNESCO/ERI

Ciudad universitaria de Caracas

Construida entre 1940 y 1960 con arreglo a un proyecto del arquitecto Carlos Raúl Villanueva, la ciudad universitaria de Caracas es un ejemplo excepcional de la arquitectura moderna. El campus comprende un gran número de construcciones y edificios agrupados en un conjunto funcional y bien estructurado, cuyo valor es realzado por obras maestras de la arquitectura y las artes plásticas modernas como la plaza cubierta, el estadio olímpico y el aula magna, ornamentada con la escultura “Las Nubes” de Alexander Calder.

source: UNESCO/ERI

カラカスの大学都市

source: NFUAJ

Ciudad Universitaria de Caracas

De Ciudad Universitaria de Caracas werd gebouwd tussen 1940 en 1960 naar het ontwerp van de architect Carlos Raúl Villanueva. Het is een mooi voorbeeld van de Moderne Beweging in de architectuur. Zo integreert de universiteitscampus het grote aantal gebouwen en functies in een duidelijk geformuleerde combinatie, inclusief meesterwerken van de moderne architectuur en beeldende kunst. De campus laat een coherente realisatie zien van de stedelijke, architectonische en artistieke idealen van de vroege 20e eeuw, waarbij koloniale tradities in acht zijn genomen en een oplossing werd gevonden voor bouwen in een tropische omgeving.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Ciudad Universitaria de Caracas © Jorge Andrés Paparoni Bruzual
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Situé à Caracas, capitale du Venezuela, en Amérique du Sud, le campus principal de l’Université centrale du Venezuela, a été établi à la période coloniale par Simon Bolivar. D’une superficie de 164,203 ha, ce site abrite des chefs-d’œuvre d’architecture et d’art moderne conçus selon le projet de l’architecte Carlos Raúl Villanueva entre 1940 et 1960, et il inclut le Jardin botanique. L’université associe un grand nombre de bâtiments, de l’art et de la nature dans un ensemble clairement articulé, créant un espace ouvert et dynamique où les formes artistiques deviennent une partie essentielle de l’espace habité. Les formes et structures expriment l’esprit et l’évolution technique de leur époque à travers l’utilisation du béton armé. Les principales réalisations architecturales sont notamment l’Aula Magna (le grand amphithéâtre)avec les « Nuages » d’Alexandre Calder, le stade olympique et la Place couverte. L’ensemble constitue une interprétation moderne de concepts et de traditions d’urbanisme et d’architecture, intégrant les patios et les fenêtres treillissées comme solution adaptée à cet environnement tropical.

Conçu et développé sur plus de vingt ans sous la direction de Villanueva, l’ensemble a encore évolué récemment car l’Université doit accueillir de plus en plus d’étudiants.


Critère (i) : La Cité universitaire de Caracas est un chef-d’œuvre d’urbanisme moderne, d’architecture et d’art, créé par l’architecte vénézuélien Carlos Raúl Villanueva et par un groupe éminent d’artistes d’avant-garde.

Critère (iv) : La Cité universitaire de Caracas est un exemple exceptionnel de réalisation cohérente des idéaux urbains, architecturaux et artistiques du début du XXe siècle. Elle constitue une interprétation ingénieuse des concepts et des espaces d’une tradition coloniale, et un exemple d’une solution architecturale ouverte et aérée, adaptée à son environnement tropical.

Intégrité

La Cité universitaire de Caracas continue à maintenir l’unité des projets conçus par Carlos Raúl Villanueva. On note toutefois des aspects techniques vulnérables comme le comportement et la dégradation des matériaux de construction et des structures, spécialement des structures en béton, qui, après plus de cinquante ans, créent des difficultés de conservation et des problèmes structurels en raison de l’état du sol. Un autre problème concerne le détachement de revêtements de surface comme les mosaïques sur certaines façades de bâtiments. Compte tenu du grand nombre d’étudiants, qui est passé de 6 000 à 50 000 actuellement et qui devrait encore augmenter, il va falloir moderniser l’infrastructure et les réseaux technologiques. Les changements d’affectations ont entraîné l’expansion ou la subdivision des espaces, ainsi que l’introduction de nouveaux équipements et services techniques. Ces travaux ont souvent été réalisés sans réel contrôle de la qualité et de l’adaptation au contexte architectural. Un programme de suivi systématique a été mis en place pour les œuvres d’art, mais leur entretien est difficile à financer. Le bien est aussi vulnérable à l’agitation sociale.

Authenticité

Le plan général et le cadre du campus universitaire sont restés tels quels, à part quelques modifications et changements mineurs pour les besoins fonctionnels de l’institution. Un ensemble documentaire complet du projet original est conservé par l’Université et il est prévu de le rendre accessible au public.

Depuis la proposition d'inscription, il y a eu quelques modifications mineures des bâtiments existants, ainsi que quelques nouvelles constructions. Il reste également à régler certains problèmes d’entretien des bâtiments. Le site peut cependant être considéré dans l’ensemble comme répondant au test d’authenticité en termes de conception, de matériaux, de savoir-faire et de cadre. Toutes les interventions sur les bâtiments, les œuvres d’art et le paysage ont été enregistrées et documentées, et l’entretien régulier et la modernisation des services de base (eau, égouts et électricité) n’ont pas affecté la valeur universelle exceptionnelle ou l’image du bien.

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le Consejo de Preservación y Desarrollo de la Universidad Central de Venezuela – COPRED (Conseil de préservation et de développement de l’Université centrale du Venezuela) est la structure décisionnelle de gestion en place depuis 2001. En 2008, en prévision d’un renforcement des travaux liés au fonctionnement de l’institution, la partie de l’entretien qui relevait du COPRED est devenue une entité distincte. Le Jardin botanique possède sa propre structure de gestion. Le COPRED coordonne donc ces deux entités. Depuis sa création, le COPRED a réalisé plusieurs études en prévision d’une protection intégrale du site et l’institution élabore actuellement un plan de gestion d’ensemble qui devrait être présenté dans le cadre du rapport périodique en 2012.

Le campus universitaire est partie intégrante de la ville moderne de Caracas et les réglementations pertinentes concernant la protection juridique sont intégrées au Plan d’aménagement urbain de la municipalité de Libertador. Il convient cependant de renforcer la coordination entre les différents niveaux d’autorités au niveau national, régional et local : Instituto del Patrimonio Cultural (Institut du Patrimoine culturel), Mairie métropolitaine (Alcaldía Metropolitana), District de la capitale (Distrito Capital) et Municipalité de Libertador (Alcaldía de Libertador).

Aucune zone tampon n’a été définie lors de l’inscription car les collines au nord et les routes nationales au nord-est et au sud-est assurent une protection. Toutefois, la croissance des zones résidentielles/commerciales vers les limites sud et ouest exige l’établissement d’une zone tampon.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The University City of Caracas is an outstanding example, and one of the best in the world, of the modern urban, architectural and artistic concepts of the early 20th century. It therefore illustrates in an excellent way this recent but already significant period in human history. The urban and architectural spaces created by Carlos Raúl Villanueva in association with the works of the artists who participated in the 'integration of the arts' are of incomparable quality and character. The essence of the work is in the message and the aesthetic emotion that its authors have managed to transmit.

The origin of the Central University of Venezuela was the foundation of the Royal and Pontifical University by a decree of Philip V in 1721, promulgated during the Spanish colonial period. It operated within the Santa Rosa Seminary. In 1856 it became independent of the seminary and was transferred to the former San Francisco Convent. The university soon started growing and occupied other buildings outside the convent. This dispersal caused problems for its work and so it was decided to concentrate the university in a new ensemble, a campus in the outskirts of Caracas.

Studies for the new university campus began in 1942. In the following year a Coordinating Commission was created, composed of Dr Armando Vegas as coordinator and Carlos Raúl Villanueva as planner. Villanueva, founder and professor of the Faculty of Architecture, had participated in a commission sent to study the university campus of Bogotá, and after this experience he emerged as the principal planner-architect of the new team. Work started on the first buildings in 1945.

The 1949 revised plan produced the first important changes in the urban layout: Villanueva abandoned the symmetrical disposition of the structures. His project is characterized by the application of modern technology, the audacity of the forms, and the use of bare concrete structures, conceived as sculptures. It led to the creation of a complex, open and integrated space which was at the same time protected from light and heat. Since the death of Villanueva there have been various modifications, including new buildings designed by Gorka Dorronsoro, who was one of the young collaborators of Villanueva.

The architecture of the university involves the use of spatial elements that have been extracted from Venezuelan colonial architecture, such as bright colours, latticed windows for ventilation, and internal gardens of copious tropical vegetation. It constitutes an outstanding example in a small enclosed space of a utopian world reflecting that time and expressing the quality of modern urbanism, vegetation joined with the use of new materials and modern aesthetics.

The University City, an integral part of the modern city of Caracas, is articulated through a zoning scheme; there are several groups that are identified with the unity of their functions: 1, cultural and administrative centre; 2, medicine; 3, engineering, economics, liberal arts and sciences; 4, residential units; 5, botany; 6, architecture; 7, sports; 8, industrial technology school; and 9, services. The campus includes a series of large buildings, in particular the faculties of Architecture, Economy, Pharmacy, and Dentistry, the Library and the Hospital. The most notable buildings are the Aula Magna, with the magnificent 'Clouds' of Alexander Calder, the Olympic Stadium, and the covered plaza.

The Ciudad Universitaria de Caracas is an example of outstanding quality representing the highest ideals and concepts of modern city planning, architecture and art in the mid-20th century. Its particular quality is in the skill of integrating new architectural forms and contemporary art into a spatial and environmental whole, satisfying the functional and ideological requirements of the institution.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La fondation de l'université centrale du Venezuela remonte à la création de l'université royale et pontificale par un décret du roi Philippe V en 1721. À l'époque de l'occupation coloniale espagnole, les cours avaient lieu au séminaire Santa Rosa, situé sur la place principale de la ville de Caracas, aujourd'hui Plaza Bolívar. En 1827, Simón Bolívar promulgua les nouveaux statuts républicains de l'université ; en 1856, elle obtint un statut indépendant du séminaire et s'installa dans l'ancien couvent San Francisco, à deux rues au sud-ouest de la Plaza Bolívar. Elle prit rapidement de l'ampleur et occupa d'autres bâtiments en dehors du couvent. Cette dispersion géographique pausa des problèmes de fonctionnement et il fut décidé de rassembler l'université dans un nouvel espace unique, un campus à la périphérie de Caracas. La nouvelle université exigeait une modernisation de l'institution, afin de remplir les nouvelles exigences de l'époque.

En 1942 démarrèrent les études préliminaires du nouveau campus universitaire, en commençant par la faculté de médecine et l'hôpital universitaire, éléments centraux autour desquels l'université s'organisera. Dans l'année qui suivit, une commission de coordination fut créée, composée de représentants des ministères de l'Éducation, de la Santé, des Affaires Sociales et des Travaux Publics. Ce dernier nomma l'architecte Carlos Raúl Villanueva. Le site de la Hacienda Sosa à El Valle fut retenu pour accueillir le campus. La commission était composée d'un co-ordinateur, le docteur Armando Vegas, d'un urbaniste, l'architecte Villanueva, et d'un technicien, l'ingénieur Guillermo Herrera. En octobre 1943, l'ordonnance exécutive n°196 du gouvernement créa l'Instituto de la Ciudad Universitaria, placé sous la tutelle du ministère des Travaux Publics. Le docteur Frank Mc Vey, de l'université du Kentucky (USA), fut engagé comme conseiller du projet.

Le premier plan, préparé en 1943, comprenait plusieurs bâtiments, hébergeant l'administration, les différentes facultés, les logements des étudiants, des professeurs et du personnel, ainsi que des équipements sportifs et un jardin botanique. Villanueva, qui n'était pas encore responsable du projet, n'a pas signé ces plans. En 1944, il participa à la commission chargée d'étudier le campus universitaire de Bogotá. Il fut alors décidé de faire appel à une seule équipe architecturale qui contrôlerait la totalité de la conception du campus. Villanueva prit la tête de cette équipe en tant qu'architecte urbaniste. En 1944, de nouveaux plans furent préparés, qui conservaient le caractère académique du premier projet mais visaient à une plus grande complexité de l'ensemble et des bâtiments. L'axe principal conduisait au stade olympique qui devait conserver cet emplacement dans les plans définitifs.

Le chantier démarra en 1945 par la construction de l'hôpital et des bâtiments annexes. La construction de l'École technique industrielle commença en 1947, à un emplacement différent de celui qui avait été prévu à l'origine. Villanueva abandonna la symétrie du complexe médical et introduisit quelques-unes des idées d'avant-garde en matière d'architecture. Un autre groupe de bâtiments mis en chantier à la fin des années 1940 comprenait des résidences qui se référaient aux modèles développés en Allemagne après la Première Guerre mondiale ; elles consistaient en des blocs horizontaux, séparés par des espaces ouverts et entourés de jardins ; les bâtiments comportaient des grands balcons ouverts qui faisaient office de pare-soleil.

Les plans de 1949 montraient les premiers grands changements en matière d'urbanisme. Le passage couvert qui traversait le campus du nord au sud, séparant le groupe médical des bureaux du Recteur et de l'Aula Magna, semble reflété la séparation de deux moments historiques du processus urbanistique. Une approche radicalement nouvelle voyait le jour avec le projet du stade. Ce changement s'exprima par un emploi nouveau du béton armé dans les projets culturels, en particulier la Plaza del Rectorado, la Plaza Cubierta, l'Aula Magna, la bibliothèque, etc. Les travaux furent achevés et les bâtiments inaugurés en 1953. À partir de ce moment-là, le projet évolua de manière dynamique et organique. La disposition asymétrique des structures, conçues comme des sculptures, l'audace des formes et l'utilisation du béton brut devinrent des caractéristiques dominantes. Ainsi furent créés des espaces intégrés, ouverts et complexes à la fois, protégés de la lumière et de la chaleur.

En 1953, le projet de la faculté d'architecture fut un élément majeur du développement de l'université. Villanueva développa pour ce bâtiment - qui revêtait une importance particulière pour lui - un complexe constitué de plusieurs volumes bas contrastant avec les hautes tours prismatiques de la bibliothèque centrale. Ce bâtiment fut précurseur du style des facultés dentaire, de pharmacie, et de sciences économique et sociale, cette dernière ayant été construite après la mort de Villanueva. Cette deuxième période illustre l'idée d'intégration des différents arts dans un ensemble ; plusieurs artistes furent invités à participer au processus de création : Alejandro Otero exécuta la finition des extérieurs des facultés d'architecture et de pharmacie, et Omar Carreño ceux de la faculté dentaire.

Après la disparition de Villanueva, plusieurs modifications furent apportées aux plans, parmi lesquelles de nouveaux bâtiments et des structures provisoires, ainsi que la division des espaces intérieurs de certains bâtiments. Plusieurs nouvelles constructions sont dues à d'autres architectes, comme par exemple la maison du Doyen de la faculté des ingénieurs par Gorka Dorronsoro, l'un des jeunes collaborateurs de Villanueva qui affichait sa volonté de poursuivre l'oeuvre du grand maître. D'autres modifications apportées aux plans de Villanueva furent malheureuses. C'est le cas de la cafétéria de l'université qui fut agrandie par deux fois dans les années 1980 et dont les volumes peuvent être ressentis comme une agression portant atteinte aux relations des bâtiments dans l'espace ouvert du campus.

Source : évaluation des Organisations consultatives