English Français
Aidez maintenant !

Sites Gusuku et biens associés du royaume des Ryukyu

Gusuku Sites and Related Properties of the Kingdom of Ryukyu

Five hundred years of Ryukyuan history (12th-17th century) are represented by this group of sites and monuments. The ruins of the castles, on imposing elevated sites, are evidence for the social structure over much of that period, while the sacred sites provide mute testimony to the rare survival of an ancient form of religion into the modern age. The wide- ranging economic and cultural contacts of the Ryukyu Islands over that period gave rise to a unique culture.

Sites Gusuku et biens associés du royaume des Ryukyu

Ce groupe de sites et de monuments représente cinq cents ans d'histoire des Ryukyu (XIIe -XVIIe siècle). Les châteaux en ruine, qui se dressent sur d'imposantes hauteurs, illustrent la structure sociale d'une grande partie de cette période, tandis que les sites sacrés demeurent les témoins muets de la rare survivance d'une ancienne forme de religion jusque dans l'ère contemporaine. Les multiples contacts économiques et culturels des îles Ryukyu au cours de cette période s'expriment dans le caractère unique de la culture qu'elles ont forgée.

مواقع غوسوكو وممتلكات مملكة الريوكيو

 تشكّل هذه المجموعة من المواقع والنصب 500 سنة من تاريخ الريوكيو (من القرن الثاني عشر حتى القرن السابع عشر). فالقصور المُهدَّمة المُنتصبة على مرتفعاتٍ عاليةٍ، تُبيّن التكوين الاجتماعي لفئةٍ كبيرةٍ من الذين عاشوا في تلك الحقبة. أما في ما يتعلّق بالمواقع المُقدّسة فهي لا تزال الشاهدة الصامتة على البقاء النادر للشكل القديم للديانة حتى التاريخ المُعاصر. وعلاقات جزر الريوكيو الاقتصاديّة والثقافيّة المُتعددّة في تلك الفترة تَظهر في الطابع الفريد للثقافة التي أنشأوها.

source: UNESCO/ERI

琉球王国时期的遗迹

该遗址群和建筑群展示了琉球王国500多年的历史(公元12世纪至17世纪),雄伟的城堡遗址体现了那个时期琉球王国的社会结构,而岛上的宗教圣地则无言地述说着古代宗教形式到现代少有的延续。在那500年中,琉球群岛王国广泛地与外界进行着经济和文化交流,从而造就了这一独特的文化遗存。

source: UNESCO/ERI

Замки «гусуку» и связанные с ними памятники древнего царства на островах Рюкю

500 лет истории Рюкю (XII-XVII вв.) представлены этой группой почитаемых мест и памятников. Руины замков, расположенные на возвышенных участках, отражают особенности социальной структуры того периода. Священные места, дошедшие до наших дней, представляют собой молчаливое свидетельство редкой древней формы религии. Широкие экономические и культурные контакты островов Рюкю послужили основой для развития уникальной культуры.

source: UNESCO/ERI

Sitios Gusuku y bienes culturales asociados del Reino de las Ryukyu

Este conjunto de sitios y monumentos es representativo de la historia de las islas Ryukyu entre los siglos XII y XVII. Los castillos en ruina, encaramados en cimas imponentes, ilustran la estructura social de una gran parte de esa época, mientras que los sitios sagrados son testigos mudos de la rara supervivencia de un antiguo culto religioso en la edad moderna. Los múltiples contactos económicos y culturales de las islas durante esos cinco siglos dieron origen a una cultura única en su género.

source: UNESCO/ERI

琉球王国のグスク及び関連遺産群
統一を達成し、中国、韓国、東南アジアと日本との仲介貿易で大きな役割を演じた14世紀後半から18世紀末の間の、琉球王国の特徴を表す文化遺産群。グスクと呼ばれる城塞建築が集中する沖縄本島中部を中心に、国頭から島尻にかけての次の9遺産が登録された。今帰仁城跡、座喜味城跡、勝連城跡、中城城跡、首里城跡、園比屋武御嶽石門、玉陵、識名園、斎場御嶽で、重要文化財2棟、史跡7、特別名勝1が含まれている。

source: NFUAJ

Gusuku en aan het Koninkrijk van Ryukyu gerelateerde eigendommen

Deze gebieden en monumenten vertegenwoordigen vijfhonderd jaar geschiedenis van het koninkrijk van Ryukyu (12e-17e eeuw). De ruïnes van de kastelen – die op imposante, verhoogde plaatsen liggen – zijn het bewijs van de sociale structuur die tijdens een groot deel van deze periode heerste. De heilige plaatsen zijn stille getuigen van het zeldzame voortbestaan van een eeuwenoude vorm van religie tot in de moderne tijd. De brede economische en culturele contacten van de Ryukyu-eilanden met Zuidoost Azië, China, Korea en Japan waren het begin van een unieke cultuur, op een levendige manier zichtbaar door de monumenten uit die periode.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Sites Gusuku et biens associés du royaume des Ryukyu
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse 

Cet ensemble de sites et de monuments représente cinq siècles de l’histoire des Ryukyu (du 12e au 17e siècle).

Les neuf composantes du bien comprennent les sites et ruines archéologiques de deux monuments en pierre, cinq châteaux et deux paysages culturels. Elles sont réparties sur toute l’île d’Okinawa et couvrent une superficie totale de 54,9 ha. La zone tampon environnante s’étend sur une superficie totale de 559,7 ha.

Entre le 10e et le 12e siècle, les communautés de fermiers de Ryukyu (gusuku) commencèrent à construire de simples murs de pierre autour de leurs villages, pour assurer leur protection. De puissants groupes, connus sous le nom d'aji, y apparurent à partir du 12e siècle. Ils agrandirent les systèmes défensifs des lieux où ils vivaient, et les transformèrent en de véritables forteresses pour protéger leur groupe familial ; le terme de gusuku fut alors adopté pour décrire ces puissantes forteresses.

Les ruines des châteaux gusuku, qui se dressent sur d’imposantes hauteurs, illustrent la structure sociale d’une grande partie de cette époque, tandis que les sites sacrés demeurent les témoins muets de la rare survivance d'une ancienne forme de religion jusque dans l'ère contemporaine. Les contacts économiques et culturels variés des îles Ryukyu au cours de cette période ont donné naissance à une culture unique.

Critère (ii) : Pendant plusieurs siècles, les îles des Ryukyu ont servi de centre d’échanges économiques et culturels entre l’Asie du sud-est, la Chine, la Corée et le Japon, comme en témoignent avec force les monuments qui subsistent.

Critère (iii) : La culture du royaume des Ryukyu a évolué et s’est épanouie dans un environnement politique et économique particulier, qui lui a conféré des caractéristiques uniques.

Critère (vi) : Les sites sacrés des Ryukyu constituent un exemple exceptionnel d’une forme indigène de culte de la nature et des ancêtres qui a survécu intact dans l’ère moderne, aux côtés des autres grandes religions du monde.

Intégrité

À Ryukyu, il reste plus de trois cents sites de Gusuku et des biens culturels associés, cinq biens Gusuku, deux monuments associés et deux paysages culturels qui constituent les composantes du bien. Chacune d’entre elles est une exceptionnelle représentation des croyances et des activités religieuses propres à la tradition culturelle des Ryukyu. En outre, chaque composante est indépendante, dispose de ses propres limites et de sa zone tampon. Elles n’expriment pas seulement des spécificités géographiques et historiques mais également le caractère unique tant du point de vue politique, économique et que culturel du régime du royaume pendant cinq siècles. Elles conservent solidement le caractère unique et l’intégrité du bien.

Authenticité

Toute la région a subi de très importants dégâts pendant la Seconde guerre mondiale et des travaux de reconstruction ont été entrepris dans la plupart des composantes. Au Japon, le degré d’authenticité de la forme, de la conception, des matériaux et de la substance de chaque composante du bien demeure élevé car, depuis plus d’un siècle, les travaux de réhabilitation et de restauration sont entrepris selon des normes très strictes. Aucune des composantes du bien n’a été déplacée de sa situation d’origine et les traces de bâtiments découvertes lors de fouilles archéologiques ont été préservées dans le sous-sol, l’authenticité de la situation et du cadre est donc préservée. De nombreuses mesures ont été prises afin de différencier les matériaux d’origine et ceux utilisés pour les travaux de réhabilitation et de restauration ; et, les matériaux ont été soigneusement sélectionnés. Peu de temps après la seconde guerre mondiale, certains matériaux inappropriés ont été utilisés mais des mesures ont été prises afin de les remplacer par des matériaux adéquats ou d’établir des distinctions précises entre matériaux adéquats et inadéquats. Tous les projets pour de telles interventions sont basés sur des études et des travaux de recherche précis et détaillés menés à l’avance.

La restauration de la salle principale du Shuri- jô « le château de Shuri » n’est pas seulement fondée sur les plans et les photographies d’avant sa destruction par le feu pendant la guerre mais elle est également conforme aux éléments découverts lors des fouilles archéologiques menées dans tout le secteur. La réplique exacte de la structure disparue est désormais un grand monument symbole de fierté pour le peuple Ryukyu.

Shikinaen a été restauré selon les mêmes principes, la villa royale et le jardin ont été recréés avec une grande précision. Les vestiges souterrains de la structure ont été mis au jour et documentés avec le plus grand soin, et au besoin, recouverts de couches de terre ou de sable inerte afin de faciliter la distinction entre la structure restaurée et le site d’origine, protégeant ainsi, dans de bonnes conditions, les vestiges existants, lors des travaux de restauration et de réhabilitation.

L’homogénéité et le degré élevé d’authenticité des compétences des artisans sont conservés, leurs techniques traditionnelles sont appliquées, à grande échelle, à tous les projets de restauration, de réhabilitation et de préservation.

Le bien a, par conséquent, conservé un degré élevé d’authenticité en termes de forme/conception, matériaux/substance, traditions/techniques, situation/cadre, fonction et esprit.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Chaque composant du bien est comme comme bien culturel Important, lieu historique ou endroit extraordinaire de beauté scénique en vertu de la Loi de 1950 sur la Protection des biens culturels et soumis à des mesures strictes de gestion et de conservation.

Les composantes du bien appartiennent, soit au Gouvernement japonais donc au peuple soit aux nombreuses municipalités, ou à des privés. Seifa-Utaki et Zakimi-jô « le château de Zakimi » appartiennent à leur municipalité respective. Nakijin-jô « le châteaux de Nakijin », Katsuren-jô « le château de Katsuren » et Nakagusuku-jô « le château de Nakagusuku » appartiennent en grande partie au domaine public, à l’exception d’une parcelle qui appartient à un privé. Shuri-jô est la propriété commune du Gouvernement japonais et de la Préfecture d’Okinawa. Tamaundun appartient à la Préfecture d’Okinawa et  àla ville de Naha. Sonohyan-Utaki-Ishimon et Shikinaen appartiennent à la ville de Naha.

L’Agence pour les affaires culturelles est l’entité de gestion responsable de la préservation tandis que les réparations et l’usage du bien relèvent de la responsabilité des propriétaires et administrateurs de chaque composante. Le Gouvernement japonais et la Préfecture d’Okinawa sont habilités à accorder l’aide financière et technique nécessaire. La Préfecture d’Okinawa envisage de se déclarer «Zone de tourisme international», en raison de son cadre naturel unique et de sa tradition culturelle dont les différents plans de développement prévoient la protection des composantes du bien. Dans les zones tampons séparant les composantes individuelles du bien, la hauteur, la conception, la couleur et d’autres facteurs   font l’objet d’un contrôle conformément aux ordonnances municipales respectives. En outre, presque toutes ces zones tampons sont inclues dans le parc de la municipalité et ont été ou sont sur le point d’ouvrir en vue d'améliorer l’environnement des composantes et de promouvoir la présentation au public. Les plans de gestion individuelle des sites de Nakijin-jô, de Nakagusuku-jô et de Katsuren-jô existent cependant, il n’y a aucun plan global de gestion pour tout le bien inscrit. Par conséquent, un plan de gestion détaillé a été élaboré en 2013 par la Préfecture d’Okinawa en collaboration avec les municipalités concernées afin de garantir la conservation et la protection à long terme du bien.

Description longue

Durant plusieurs siècles, les îles de Ryukyu sont demeurées un lieu d'échanges économiques et culturels entre l'Asie du Sud-Est, la Chine, la Corée et le Japon, comme le montrent bien les monuments qui y sont conservés. La culture du royaume de Ryukyu a évolué et s'est épanouie dans un environnement politique et économique tout à fait spécifique.

Entre le Xe et le XIIe , les communautés de fermiers de Ryukyu (gusuku) commencèrent à construire de simples murs de pierre autour de leurs villages, pour assurer leur protection ; de puissants groupes, connus sous le nom d'aji , y apparurent à partir du XIIe  siècle. Ils agrandirent les systèmes défensifs des sites dans lesquels ils vivaient, et les transformèrent en de véritables forteresses pour protéger leur groupe familial ; le terme de gusuku fut alors adopté pour décrire ces puissantes forteresses. Il s'ensuivit une phase de lutte permanente pour la suprématie entre les différents aji , qui ne se regroupèrent qu'au XVe  siècle en trois différents royaumes - Hokuzan (montagne nord), Chûzan (montagne centrale) et Nanzan (montagne sud).

Le Tamaudun royal a été construit par Shô Shin autour de 1501 comme symbole du pouvoir royal, en exploitant l'usage des gens de Ryukyu d'honorer les tombes de leurs ancêtres. Creusé dans le banc de calcaire, il est couvert par un toit de tuiles pannes à pignons.

Le Sonohyan-utaki Ishimon (le portail en pierre du sanctuaire de Sonohyan) a été construit en 1519 par Shô Shin, face à un bois sacré (Sonohyan-utaki). Il était considéré comme le sanctuaire rituel du royaume de Ryukyu ; on y offrait chaque année des prières pour la paix et la sécurité au cours de cérémonies rituelles. Il témoigne de l'architecture de pierre spécifique de Ryukyu.

Le Nakijin-jô (château Nakijin) fut la résidence du gouverneur de Ryukyu. Sa construction débuta à la fin du XIIIe  siècle, et il fut achevé sous sa forme actuelle au début du XVe  siècle. Le château occupe une position stratégique sur une colline isolée, bien défendue par son environnement naturel (rivière, falaises et vallée encaissée).

Le Zakimi-jô (château de Zakimi) a été construit au début du XVe  siècle par un puissant seigneur, Gosamaru. Après la fondation du royaume de Ryukyu, sa fonction fut de veiller sur les survivants du royaume d'Hokuzan, qui s'étaient réfugiés sur la côte ouest d'Okinawa.

Le Katsuren-jô (château de Katsuren), construit aux XIIe et XIIIe  siècles, était le château d'un autre puissant seigneur, Amawari. Situé en position dominante au sommet d'une colline, il comporte quatre enceintes reliées les unes aux autres, construites en murs de calcaire corallien. Le complexe englobe différents lieux de culte anciens, dont le sanctuaire dédié à Kobazukasa, formé d'une simple colonne de pierre ronde située au milieu de la première enceinte, et qui conserve encore aujourd'hui une importance spirituelle considérable.

Le Nakagusuku-jô (château de Nakagusuku), construit au cours des dernières années, agitées, du XIVe  siècle, et agrandi au milieu du XVe  siècle, est formé de six enceintes alignées le long d'un promontoire escarpé.

Le Shuri-jô (château de Shuri), construit dans la seconde moitié du XIVe  siècle, fut la principale forteresse des rois de Chûzan puis, après l'unification, celle du royaume de Ryukyu. La colline sur laquelle il se dresse domine la ville de Naha et son port. Il est divisé en enceintes interne et externe, conformément à la topographie du site. Le mur d'enceinte du château, construit en calcaire corallien à engagement aléatoire, court sur plus de 1 080 m.

Le Shikinaen est un jardin royal aménagé en 1799. Son plan trahit l'influence japonaise, mais certains éléments chinois y sont aussi présents, si bien que l'ensemble relève de l'architecture bien particulière de Ryukyu. L'étang est entouré de promenades, de pavillons, de collines artificielles et de jardins de fleurs.

Le Sêfa-utaki devint l'un des lieux les plus sacrés de la nouvelle religion. Le complexe comporte différents lieux de culte dont trois sont reliés entre eux par des allées dallées de blocs de pierre. Nous savons peu de chose de la signification réelle du Sêfa-utaki : c'est pour l'essentiel une colline très boisée, occupée par des sanctuaires et des sites de prière dont la valeur spirituelle est sans âge, et résulte davantage de leur emplacement que des symboles créés de la main de l'homme.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

Aux Xe-XXe siècles, les communautés agricoles des Ryukyu (gusuku) commencèrent à protéger leur village de murs de pierre très simples. À partir du XIIe siècle, de puissants groupes, connus sous le nom d'aji, firent leur apparition. Ils agrandirent les défenses de leurs peuplements, transformant leur propre résidence en véritable forteresse ; le terme gusuku fut adopté pour désigner ces formidables châteaux. S'ensuivit une lutte continuelle entre les aji, se battant pour la suprématie. Ce n'est qu'au XVe siècle qu'ils se réunirent en coalitions, sous l'égide de trois royaumes principaux - Hozukan (la Montagne du Nord), Chûzan (la Montagne du Milieu) et Nanzan (la Montagne du Sud).

La période Sanzan (Trois Montagnes) fut marquée par de nombreux changements dans la société et l'économie des Ryukyu. L'amélioration des outils et des techniques entraîna en effet une hausse énorme de la production agricole. Ainsi, à partir de la période Sanzan, les Ryukyu entretinrent un commerce intensif avec la Chine de la dynastie Song, le Japon continental, la péninsule coréenne et l'Asie du sud-est, commerce qui atteignit son apogée entre la fin du XIVe siècle et le milieu du XVIe siècle.

Cette époque prit fin en 1429, avec l'unification des Ryukyu, sous l'égide du souverain Chûzan, en un seul royaume. Le premier roi fut renversé par un coup d'État en 1469, mais le royaume survécut, intact, jusqu'en 1879. Ces deux périodes sont connues sous le nom de première et seconde dynastie Shô, respectivement. Le troisième roi de la deuxième dynastie Shô, Shô Shin, consolida l'administration du royaume, instituant un contrôle centralisé et puissant des systèmes politique et religieux.

Le royaume fut enlevé au Japon en 1609 par le fief Satsuma, sous le shogunat Tokugawa, mais les nouveaux suzerains conservèrent la monarchie des Ryukyu comme administration locale. Il fournissait des liaisons importantes avec le reste du monde, à une époque où le Japon était virtuellement coupé de tout contact avec le monde extérieur. À la fin du shogunat, au début de l'ère Meiji, en 1868, il survécut brièvement en tant que « domaine Ryukyu », mais en 1879, le royaume des Ryukyu fut aboli et les îles devinrent la préfecture d'Okinawa, sous le nouveau système administratif.

Les Ryukyu furent le théâtre de lourds bombardements et d'âpres combats à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; beaucoup y perdirent la vie, et les biens culturels furent dévastés. Ils demeurèrent sous tutelle américaine jusqu'en 1972, date à laquelle le Japon en reprit le contrôle.

Source : évaluation des Organisations consultatives