English Français

Les trulli d'Alberobello

The Trulli of Alberobello

The trulli , limestone dwellings found in the southern region of Puglia, are remarkable examples of drywall (mortarless) construction, a prehistoric building technique still in use in this region. The trulli are made of roughly worked limestone boulders collected from neighbouring fields. Characteristically, they feature pyramidal, domed or conical roofs built up of corbelled limestone slabs.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Les trulli d'Alberobello

Les trulli sont des habitations de pierre sèche de la région des Pouilles, en Italie du Sud. Ce sont des exemples remarquables de la construction sans mortier, technique héritée de la préhistoire et toujours utilisée dans la région. Les habitations surmontées de leurs toits pyramidaux, en dôme ou coniques, sont construites avec des galets de pierre à chaux ramassés dans les champs voisins.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

ترولّي الألبيروبيلّو

الترولّي هي مساكن من الحجر الجاف في منطقة "البوي" جنوب إيطاليا. وهي أمثلة مذهلة للبناء من دون مِلاط وهذه تقنية موروثة من عصور ما قبل التاريخ وما زالت تستعمَل في المنطقة. فالمساكن التي تعلوها سقوف هرمية أو قبّية أو مخروطية الشكل بنيت من حصى كلسية تُلَمّ في الحقول المجاورة.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

阿尔贝罗贝洛的圆顶石屋

意大利普利亚区南部发现的圆顶石屋,是一种石灰石住所,是史前建筑技术中无灰泥建筑技术的典型代表,该技术在这一地区仍然沿用。圆顶石屋是由从附近地区采集来的石灰石石块粗糙堆砌而成的。由石灰石板撑起的金字塔形、圆锥形或球状屋顶是石屋的特色。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

«Трулли» – традиционные жилища в городе Альберобелло

«Трулли», жилые крестьянские постройки из известняка, расположенные в южной области Апулия, являются уникальными примерами построек со стенами сухой кладки (без раствора). Подобная доисторическая технология строительства используется в этом регионе до настоящего времени. «Трулли» строятся из грубо обработанных блоков известняка, собранных с соседних полей. Для них характерны пирамидальные, куполообразные или конические кровли, которые сооружаются из скрепляемых друг с другом известняковых плит.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Los trulli de Alberobello

Los trulli son viviendas de piedra caliza de la región meridional de Puglia. Son ejemplos notables de construcciones sin mortero, ejecutadas todavía hoy en día con una técnica heredada de los tiempos prehistóricos. Sus techumbres en forma de pirámide, cúpula o cono están edificadas con cantos recogidos en los campos vecinos.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

アルベロベッロのトゥルッリ
イタリア南部・プーリア地方にある古代住居遺跡群。西ヨーロッパにおいて先史時代から継承されてきた建築方法を示している生きた例証とされている。先端にいくほど細くなる屋根をいただくトゥルッリは、周辺から集めた石灰石の小石を、モルタルを用いないで固めていく方式で建築されている。

source: NFUAJ

Trulli van Alberobello

De 'trulli' – kalkstenen woningen in de zuidelijke regio Puglia – zijn opmerkelijke voorbeelden van cementloze bouw, een prehistorische bouwtechniek die nog steeds wordt toegepast in deze regio. De woningen worden gemaakt van ruw bewerkte kalkstenen keien, verzameld uit naburige velden. Kenmerkend zijn de piramidale, gewelfde of kegelvormige daken van steen. Alberobello is een goed voorbeeld van deze inheemse architectuur en één van de best bewaarde en meest homogene stedelijke gebieden van dit type in Europa. De stad is uniek vanwege de speciale kenmerken en het feit dat de gebouwen nog steeds bewoond worden. Verder vormt het een opmerkelijk overblijfsel van prehistorische bouwtechnieken.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Les trulli d'Alberobello © UNESCO
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les trulli, habitations en pierre calcaire typiques d’Alberobello dans la région des Pouilles dans le sud de l’Italie, sont des exemples remarquables de constructions en pierre sèche en encorbellement, technique de construction héritée de la préhistoire et toujours en usage dans cette région. Ces structures, qui remontent au milieu du 16e siècle, se composent de façon caractéristique de toits pyramidaux, sphériques ou coniques recouverts de plaques de calcaire en encorbellement. Bien que des trulli soient disséminés tout au long de la vallée de l’Itria, les concentrations les plus élevées et les exemples les mieux préservés de cette forme architecturale se rencontrent dans la ville d’Alberobello, où l’on en compte plus de 1 500 dans les quartiers (rioni) de Monti et d’Aia Piccola.

Le bien se compose de six parcelles s’étirant sur une superficie de 11 hectares. Ces parcelles englobent deux quartiers de la ville (le rione Monti avec 1 030 trulli et le rione Aia Piccola avec 590 trulli) et quatre sites spécifiques (Casa d’Amore, Piazza del Mercato, Museo Storico et Trullo Sovrano).

L’étendue et l’homogénéité de ces zones, la persistance de techniques de construction traditionnelles, de même que le fait que les trulli soient toujours habités, font de ce bien un paysage urbain historique exceptionnel.

Les trulli (trullo au singulier) sont des huttes en pierre sèche traditionnelles, surmontées d’un toit en encorbellement. Leur style de construction est spécifique à la vallée de l’Itria, dans la région des Pouilles. Les trulli ont en général été construits comme des abris temporaires, des entrepôts ou des habitations permanentes, par de petits propriétaires terriens ou des travailleurs agricoles.

Ces édifices ont été construits avec des galets de calcaire grossièrement travaillés, récupérés lors du creusement de réservoirs souterrains ou dans les champs et affleurements rocheux voisins. Les édifices sont typiquement de forme rectangulaire avec un toit en encorbellement conique. Les murs chaulés des trulli sont construits directement sur la roche calcaire, selon la technique de la pierre sèche (sans utilisation de mortier ni de ciment). Percés d’une porte et de petites fenêtres, ces murs sont doubles avec un cœur de blocaille. Foyers et alcôves sont pris dans leur épaisseur. Les toitures, qui sont également doubles, se composent d’un dôme intérieur de pierres taillées en coin (utilisées dans la construction d’une arche ou d’une voûte) recouvert de pierres de couverture et d’un cône extérieur étanche en dalles de pierre à chaux en encorbellement, appelées chianche ou chiancarelle. Le toit repose directement sur les murs à l’aide de simples trompes (voûtes d’angle) permettant de passer de la structure rectangulaire des murs aux sections circulaires ou ovales des toits. Les toits des habitations portent souvent des marques mythologiques ou religieuses en cendre blanche et se terminent par un pinacle décoratif destiné à repousser les maléfices ou le mauvais sort. L’eau est collectée au moyen d’avant-toits saillants et guidée, par l’intermédiaire de pierres creusées en gouttière, vers une citerne sous la maison. D’étroits escaliers en pierre permettent d’accéder aux toits.

Les trulli d’Alberobello représentent une tradition de construction en pierre sèche, vieille de plusieurs milliers d’années, que l’on trouve dans toute la région méditerranéenne. De petits campements ruraux éparpillés étaient présents dans les environs de l’Alberobello actuel il y a environ mille ans (an 1000). Ils ont peu à peu évolué pour former les villages devenus plus tard les quartiers d’Aia Piccola et de Monti. Au milieu du 16e siècle, la région d’Alberobello fut donnée au premier comte de Conversano par Robert d’Anjou, Prince de Tarente, en remerciement des services rendus pendant les Croisades. Si vers le milieu du 16e siècle le quartier de Monti comptait quelques quarante trulli, ce fut en 1620 que la colonie commença à se développer, lorsque le comte de l’époque, Gian Girolamo Guercio, ordonna la construction d’une boulangerie, d’un moulin et d’une auberge. À la fin du 18e siècle, la communauté comptait plus de 3 500 personnes. En 1797, le régime féodal prit fin, le nom d’Alberobello fut adopté, et Ferdinand IV, roi Bourbon de Naples, lui accorda le statut de ville royale. À partir de cette époque, la construction de nouveaux trulli déclina.

Entre 1909 et 1936, des secteurs d’Alberobello furent protégés en étant désignés monuments historiques.

Critère (iii) : les trulli d’Alberobello illustrent l’utilisation prolongée de constructions en pierre sèche, technique vieille de plusieurs milliers d’années dans la région méditerranéenne.

Critère (iv) : les trulli d’Alberobello constituent un exemple exceptionnel d’un ensemble architectural vernaculaire qui survit au sein d’un contexte de paysage urbain historique.

Critère (v) : les trulli d’Alberobello constituent un exemple exceptionnel d’un établissement humain qui conserve sa forme originale de façon remarquable.

Intégrité

Ce bien de 11 hectares est réparti en six parcelles distinctes et dispose de tous les éléments nécessaires à la compréhension de la forme, de la configuration et des matériaux des trulli qui en composent la valeur universelle exceptionnelle, en regroupant deux quartiers de la ville dominés par des trulli et des structures remarquable de même type : le Trullo Savrano, exemple rare d’édifice à deux étages ; la Piazza del Mercato, marché historique reliant les quartiers de Monti et d’Aia Piccola ; la Casa d’Amore, reconvertie en centre d’information touristique ; et le Museo Storico, complexe muséal restauré. L’intégrité du bien est manifeste dans l’état de conservation de bon nombre des trulli et dans le travail original des pierres qui nous est parvenu, caractéristique de ces structures bâties. L’intégrité des structures est visible dans le nombre d’habitations encore debout et largement originales (plus de 1 600), dans l’agencement bien préservé des deux quartiers au sein desquels on trouve les concentrations les plus élevées de trulli et dans le cadre paysager urbain d’Alberobello, entouré d’une campagne agricole.

Le bien n’a pas de zone tampon définie, et son cadre urbain et rural est sensible aux pressions du développement urbain.

Authenticité

Compte tenu de la simplicité de conception et de construction des trulli, il a été possible de garder intactes leur forme et décoration d’origine. Les dispositions du plan général pour l’habitat de la ville permettent de prévenir les ajouts ou modifications inappropriés aux édifices historiques. Seul un badigeon de chaux, matériau traditionnel, est utilisé pour la décoration extérieure. Tandis que le tissu urbain dans son ensemble a survécu à un degré remarquable, il y a eu perte d’authenticité, dans une certaine mesure, pour les édifices individuels.

Les trulli d’Alberobello, en tant qu’ensemble architectural urbain historique, sont bien préservés et authentiques dans leur forme et plan, matériaux, cadre, et esprit et expression. Les matériaux des trulli, ainsi que leur originalité de forme, simplicité de conception, nombre, homogénéité et étendue, en font un groupe distinctif et clairement reconnaissable. Le bien inclut de remarquables exemples de trulli (comme le Trullo Savrano) et plus de 1 600 habitations de ce style. La pierre calcaire des trulli et le badigeon de chaux utilisé pour peindre les murs sont à l’image de la géologie locale et du cadre paysager. Les deux quartiers de plus de 1 600 trulli sont authentiques au regard de leur emplacement urbain en coteau, du tracé de leurs rues et de leurs lignes d’horizon, caractérisées par des toits coniques de pierres en encorbellement avec pinacles décoratifs et marquages.

Un rapport sur l’état de conservation de 2007 pour les trulli d’Alberobello note que l’authenticité est mise à mal en ce qui concerne les habitations. En 2007, 30% des trulli avaient une finalité commerciale (essentiellement comme hébergement touristique), 40% étaient abandonnés et 30% étaient utilisés à des fins résidentielles (surtout dans le rione d’Aia Piccola). À cette époque, il a été admis que l’utilisation résidentielle allait continuer à décliner. Les menaces potentielles pour l’authenticité du bien sont l’abandon des trulli, les coûts associés à une réutilisation adaptive des trulli abandonnés, une certaine indifférence à l’égard des règlements de construction (notamment vis-à-vis des portes et fenêtres) et l’impact du tourisme (et en particulier le nombre de visiteurs en haute saison et son impact sur l’expérience des visiteurs).

Malgré les menaces que développement urbain et activité touristique en hausse font peser sur le bien, ce dernier conserve un niveau élevé d’authenticité et de crédibilité vis-à-vis de l’expression de sa valeur universelle exceptionnelle.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

L’histoire de la protection et de la gestion des trulli d’Alberobello a commencé au début du 20e siècle. Le Trullo Sovrano a été déclaré monument national en 1923 et le rione Monti en 1928. Puis furent ajoutés le rione Aia Piccola et la Casa d’Amore en 1936. Aujourd’hui, protection et gestion relèvent de la coopération des institutions publiques à différents niveaux de gouvernement : national, régional, provincial et municipal.

Le bien est protégé en vertu de la loi italienne sur le patrimoine culturel par le décret législatif 42/2004, ou « Charte des biens culturels et du paysage ». Des bureaux régionaux du ministère des Biens et activités culturels assurent un suivi pour garantir la conformité avec la législation nationale.

Au niveau de la région des Pouilles, la loi 72/1979, « Préservation de l’environnement naturel et culturel de la région des Pouilles », établit une règlementation vis-à-vis de l’identité historico-culturelle des lieux, du paysage environnant et des zones naturelles. Cette loi a joué un rôle important en apportant un financement pour la restauration et la conservation des trulli, même si ce financement provient aujourd’hui de l’Union européenne.

Le principal document de planification utilisé par le conseil municipal d’Alberobello pour protéger les trulli est le Plan général pour l’habitat (1978 et révisions ultérieures) qui établit une règlementation en matière d’urbanisme et de restauration des trulli. Des conseils pratiques sont donnés aux propriétaires de trulli dans le « Guide de restauration des trulli » (Storia e Destino dei Trulli di Alberobello: Prontuario per il Restauro), publié en 1997. Un plan de gestion élaboré en 2011 pour les trulli jette les bases d’un nouveau plan urbain général pour la ville d’Alberobello.

La manière dont sont entrepris la restauration et l’entretien des trulli est règlementée au niveau local et il est illégal de démolir, reconstruire, ajouter des étages ou construire de faux trulli.

La gestion et le contrôle du bien sont confiés à l’Office municipal de gestion du centre historique d’Alberobello.

Au niveau municipal, l’outil de planification en vigueur est le Plan urbain général approuvé en 1980, dont l’objectif premier est la conservation des trulli situés dans le centre historique. La mise en œuvre du plan général dans les quartiers du centre historique a lieu au travers de plans de conservation obligatoire : plans de conservation à des fins de restauration conservatrice, où des actions visant à la conservation des caractéristiques matérielles du site sont mises en œuvre ; et plans de conservation à des fins de restauration et de rénovation, définissant des actions combinées pour la conservation et la rénovation des constructions.

En 2011 a été adopté le plan de gestion du bien, faisant état de politiques et d’actions futures visant à préserver son intégrité, équilibrer sa conservation avec le développement local, et valoriser sa signification culturelle, y compris le paysage et les éléments immatériels. Ce plan prévoit des mesures pour garantir la conservation à long terme du bien et étudie les moyens qui permettront à ses attributs de contribuer à l’obtention de ressources au profit des résidents.

Le plan de gestion identifie trois domaines stratégiques clés : protection de la zone en conservant et en maintenant l’intégrité du bien et les qualités visuelles de la ville historique et du paysage agricole dans leur ensemble ; exploitabilité du bien en terme d’infrastructures publiques dans les domaines des transports, de la présentation, de l’interprétation et de l’éducation, et du tourisme ; et association de la région à une image de marque pour promouvoir l’utilisation touristique et les liens entre les attributs de valeur universelle exceptionnelle et des produits locaux durables, comme les aliments, les vins ou l’artisanat, ou des services, comme l’hébergement.

De plus, le plan de gestion identifie une série de projets prioritaires vis-à-vis de ces trois domaines stratégiques. Ces projets incluent l’élaboration d’un nouveau plan urbain général pour la ville, la réalisation d’une étude des flux touristiques, la mise en place d’une formation aux techniques de construction et de restauration des trulli, la réalisation d’une étude sur la viabilité du rione Monti, l’élaboration de propositions de revitalisation de la Piazza XXVII Maggio, la création d’un écomusée pour la vallée d’Itria, l’augmentation du nombre d’hébergements touristiques utilisant des constructions existantes, la réalisation d’une étude de faisabilité pour associer une image de marque à des produits et services locaux, l’élaboration d’un produit multimédia intégré pour communiquer sur la valeur universelle exceptionnelle des trulli et l’amélioration de la signalisation touristique.