English Français
Aidez maintenant !

Monastères de Haghbat et de Sanahin

Monasteries of Haghpat and Sanahin

These two Byzantine monasteries in the Tumanian region from the period of prosperity during the Kiurikian dynasty (10th to 13th century) were important centres of learning. Sanahin was renown for its school of illuminators and calligraphers. The two monastic complexes represent the highest flowering of Armenian religious architecture, whose unique style developed from a blending of elements of Byzantine ecclesiastical architecture and the traditional vernacular architecture of the Caucasian region.

Monastères de Haghbat et de Sanahin

Ces deux monastères byzantins situés dans la région de Tumanian et datant de la période de prospérité de la dynastie de Kiurikian (Xe-XIIIe siècle) furent d’importants centres de diffusion de la culture. Sanahin était célèbre pour son école d’enluminure et de calligraphie. Les deux complexes monastiques représentent la plus remarquable manifestation architecturale de l’art religieux arménien, né de l’alliance d’éléments de l’architecture religieuse byzantine et de l’architecture vernaculaire traditionnelle de cette région du Caucase.

ديرا هاغباط وساناهين

يقع هاذان الديران البيزنطيان في منطقة تومانيان ويعودان إلى مرحلة إزدهار سلالة كيوريكيان (القرنان العاشر إلى الثالث عشر) وقد كانا مركزين مهمين لنشر الثقافة. كان دير ساناهين معروفاً بمدرسة الرسم اليدوي الخاصة به ومدرسة الخط. ويمثّل هذان المجمّعان الدينيان أهم تظاهرة هندسية معمارية للفن الديني الأرمني الذي وُلد من اجتماع عناصر الهندسة المعمارية الدينية البيزنطية والهندسة البلدية التقليدية في منطقة القوقاز.

source: UNESCO/ERI

哈格帕特修道院和萨那欣修道院

在基乌里克王朝(Kiurikian dynasty)繁荣时期(大约从公元10到13世纪),土马尼亚地区(the Tumanian region)的这两个拜占庭式修道院是当时重要的学府。萨那欣修道院以其注释和书法学校而举世闻名。这两个修道院建筑群,融汇拜占庭教会建筑风格和高加索地区本土传统建筑风格,形成了自己独特的艺术风格,代表了亚美尼亚宗教建筑顶尖水平。

source: UNESCO/ERI

Монастыри Ахпат и Санаин

Эти средневековые монастыри были возведены в период расцвета Армении при правлении династии Кьюрикян (X-XIII вв.) – тогда монастыри выступали в роли важных центров просвещения. В Санаине находилась знаменитая школа художников-миниатюристов и каллиграфов, располагалось хранилище книг и рукописей. Оба монастырских комплекса представляют собой лучшие образцы эпохи расцвета армянской религиозной архитектуры, уникальный стиль которой сформировался при смешении византийских и местных кавказских традиций.

source: UNESCO/ERI

Monasterios de Haghpat y Sanahin

Situados en la región de Tumanian, los monasterios de Haghpat y Sanahin fueron importantes centros de difusión cultural en el período de prosperidad de la dinastía Kiurikian (siglos X a XIII). Sanahin fue célebre por su escuela de caligrafía e iluminaciones. Los dos conjuntos monásticos son representativos del apogeo de la arquitectura religiosa armenia, en la que confluyen elementos inspirados en el arte arquitectónico bizantino y técnicas de construcción autóctonas de esta región del Cáucaso

source: UNESCO/ERI

ハフパトとサナヒンの修道院群 

source: NFUAJ

De kloosters van Haghpat en Sanahin

Armenië werd aan het eind van de 9e eeuw weer zelfstandig met een opleving van de Armeense kunst als gevolg. De twee kloosters van Haghpat en Sanahin in de buurt van de stad Tumanyan dateren uit deze periode van welvaart, ook wel de Kiurikian dynastie (10e tot 13e eeuw) genoemd . De Byzantijnse kloosters waren belangrijke onderwijscentra en herbergden ruim 500 monniken. Sanahin stond bekend om zijn school van illuminatoren en kalligrafen. De twee kloostercomplexen weerspiegelen het floreren van Armeense religieuze architectuur, een unieke stijl die ontstond uit een vermenging van de Byzantijnse kerkelijke architectuur met de traditionele volksarchitectuur van de Kaukasus.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Monastères de Haghbat et de Sanahin © Ko Hon Chiu Vincent
Justification d'inscription

Le Comité a décidé d'inscrire le monastère de Haghbat sur la base des critères culturels (ii) et (iv) , considérant que ce bien est d'une valeur universelle exceptionnelle et constitue un exemple remarquable de l'architecture religieuse qui s'est développée en Arménie entre le 10ème et le 13ème siècle. Cette architecture est unique dans la mesure où elle associe des éléments d'architecture religieuse byzantine et l'architecture vernaculaire typique de cette région.

Description longue

Ces deux monastères byzantins situés dans la région de Tumanian, qui datent de la période de prospérité de la dynastie de Kiurikian (Xe -XIIIe  siècle), furent d'importants centres d'enseignement. Sanahin était célèbre, en particulier, pour son école d'enluminure et de calligraphie. Les deux complexes monastiques représentent les plus remarquables exemples d'architecture religieuse à coupole. Cette tradition, typique de l'Arménie au cours de cette période, trouve son origine dans la fusion d'éléments de l'architecture religieuse byzantine et de l'architecture vernaculaire traditionnelle de cette région du Caucase.

La construction de l'église principale et du grand complexe monastique fortifié de Haghpat, consacré à la sainte Croix, commença entre 966 et 967, et s'acheva en 991. La coupole centrale repose sur quatre piliers massifs insérés dans les murs périmétraux. Les murs externes sont presque complètement occupés par des niches triangulaires. L'abside est décorée d'une fresque du Christ Pantocrator. L'édifice est complet, et se présente encore aujourd'hui sous sa forme originelle, à l'exception de quelques restaurations effectuées du XIe au XIIIe  siècle, dont le grand gavit par lequel on accède à l'église. Le plan de ce gavit , construit dans le courant de la deuxième décennie du XIIIe  siècle, diffère sensiblement de celui de l'église principale. Il s'agit d'une grande salle assimilable à un narthex, utilisée pour les rassemblements, l'enseignement et les rites funéraires ; elle a été construite en fonction des critères de l'architecture vernaculaire en bois, avec un toit reposant sur quatre piliers au centre de la structure. La voûte est subdivisée en neuf compartiments, dont celui du centre (le yerdik ) est le plus élevé et domine l'espace intérieur, qu'il éclaire. On gagne l'église par un passage voûté qui mène à un grand jamatoun (le chapitre), de même style que le gavit , construit au XIIIe  siècle. Les annexes de l'église comportent aussi un édifice carré trapu, datant du XIIe  siècle, qui était une bibliothèque.

Le monastère de Sanahin, situé sur le plateau qui domine la gorge de Debet, se compose d'un groupe important de constructions et s'intègre harmonieusement à l'impressionnant paysage montagneux qui l'entoure. Les édifices sont implantés selon deux axes, leurs façades tournées vers l'est. L'église principale, construite au Xe  siècle, est la cathédrale du Rédempteur. L'architecture de l'intérieur, à plan cruciforme, place l'accent sur le noyau central de la construction et sur le rapport harmonieux entre base carrée et coupole circulaire. La coupole centrale est ici entourée de quatre sacristies ou chapelles à deux étages. Le gavit construit en 1181, qui repose sur quatre colonnes, se trouve à l'ouest ; son plan est celui d'une croix inscrite dans un carré. L'intérieur de l'édifice est éclairé par une ouverture percée au centre de la coupole. C'est l'exemple le plus ancien de ce type d'architecture, qui tire son origine des édifices ruraux d'Arménie formés de salles carrées reposant sur quatre piliers sur lesquels repose le toit, qui est équipé d'une ouverture centrale pour que la fumée puisse s'échapper.

L'église de la Mère de Dieu (Astvatzatzin ), située au nord de la cathédrale, à laquelle la relie un passage voûté ouvert à ses deux extrémités, est le plus ancien édifice du complexe, construit en 934 par des moines qui avaient fui Byzance. La grande bibliothèque (scriptorium ) voûtée, construite en 1063, présente un plan carré, avec dix niches de différentes dimensions dans lesquelles les codex et les livres étaient conservés. La petite église dédiée à saint Grégoire l'Illuminateur se trouve à l'angle sud-est de la bibliothèque, l'académie de Grégoire Magistros, du XIe  siècle, entre les deux églises principales. Les profondes niches qui percent ses murs et la profusion de la lumière confèrent à ce dernier édifice une qualité spatiale toute particulière. Au sud-est des bâtiments principaux, le cimetière renferme le mausolée des princes Zakarian, du XIIe  siècle.

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique

La chrétienté a exercé une influence fondamentale dans l’évolution de l’art et de l’architecture arméniens. Le style “classique” s’est développé du 5eme au 7ème siècles, mais son évolution s’est trouvée brutalement interrompue par l’occupation arabe de la fin du 7eme siècle. L’Arménie retrouve son indépendance à la fin du 9eme siècle et, avec la consolidation du royaume et le rétablissement de l’identité nationale, l’art arménien rena î t. Les deux monastères de Haghbat et de Sanahin datent de cette époque, à savoir celle de la prospérité de la dynastie Kiurikian et des princes Zakarian. Ces monastères qui ont hébergé jusqu’à cinq cents moines, ont été importants centres de culture. 11s restent aujourd’hui de très riches témoignages de l’architecture arménienne.  

Haghbat édifié dans les années 1970, par la famille royale des Bagratouni dans la région de Lori située dans la partie nord de l’Arménie, fut à l’origine connu sous le nom de Sourb Nshan (la Sainte Croix) de Haghbat. Sa construction, selon les plans de l’architecte Trdat, fut terminée en 991. Des tremblements de terre successifs l’endommagèrent plusieurs reprises jusqu’à ce qu’en 1105, le prince seldjoukide Amir-Ghzil s’en empare et y mette le feu. L’importance spirituelle de ce monastère et de son voisin, Sanahin, était telle qu’il fut decide que leur protection contre les envahisseurs mongols exigeait la construction de fortifications, ce qui fut fait avec la forteresse de Kiau en 1233. Cette forteresse fut cependant vaincue par surprise en 1241. Malgré la chute de la forteresse, la vie monastique s’est poursuivie à Haghbat et, de nouveaux bâtiments vinrent compléter l’ensemble au cours du 13ème siècle. Une période de restauration intensive intervint au 17eme siècle.

Source : évaluation des Organisations consultatives