jump to the content

Kairouan

Kairouan

Founded in 670, Kairouan flourished under the Aghlabid dynasty in the 9th century. Despite the transfer of the political capital to Tunis in the 12th century, Kairouan remained the Maghreb's principal holy city. Its rich architectural heritage includes the Great Mosque, with its marble and porphyry columns, and the 9th-century Mosque of the Three Gates.

Kairouan

Fondée en 670, la ville de Kairouan a prospéré sous la dynastie aghlabide, au IXe siècle. Malgré le transfert de la capitale politique à Tunis au XIIe siècle, Kairouan est restée la première ville sainte du Maghreb. Son riche patrimoine architectural comprend notamment la Grande Mosquée, avec ses colonnes de marbre et de porphyre, et la mosquée des Trois-Portes qui date du IXe siècle.

القيروان

نشأت مدينة القيروان عام 670 في ظل حكم الأغالبة وازدهرت في القرن التاسع، وقد ظلت محافظة على طابعها الديني الأبرز افي منطقة المغرب رغم انتقال العاصمة السياسية الى تونس في القرن الثاني عشر. ويتضمن تراثها المعماري الغني بشكل خاص المسجد الكبير بأعمدته المصنوعة من الرخام التقليدي والرخام السماقي ومسجد الأبواب الثلاثة العائد الى القرن التاسع.

source: UNESCO/ERI

凯鲁万

凯鲁万始建于公元670年,公元9世纪曾在阿夫拉比德王朝统治下繁盛一时。尽管到了12世纪时其政治首都的地位被突尼斯市 (Tunis) 所取代, 凯鲁万仍是马格里布地区首屈一指的圣城。此城有着丰富的建筑遗产,例如由大理石和斑岩制成柱子的大清真寺,以及修建于公元9世纪的三门清真寺。

source: UNESCO/ERI

Основанный в 670 г., Кайруан процветал при династии Аглабидов в IX в. Несмотря на перенос в XII в. политической столицы в Тунис, Кайруан остался главным священным городом стран Магриба. Его богатое архитектурное наследие включает Большую мечеть с ее мраморными и порфирными колоннами и Мечеть «Трех дверей» IX в.

source: UNESCO/ERI

Keruán

Fundada el año 670, la ciudad de Keruán prosperó bajo la dinastía de los aglabíes en el siglo IX. Aunque la capitalidad política se transfirió a Túnez en el siglo XII, Keruán siguió conservando su condición de primera ciudad santa del Magreb. En su rico patrimonio arquitectónico destacan la Gran Mezquita, con sus columnas de piedra y pórfido, y la mezquita de las Tres Puertas, que data del siglo IX.

source: UNESCO/ERI

カイルアン

source: NFUAJ

Kairouan

In het hart van Tunesië – de afstand naar de zee en naar de bergen is bijna gelijk – ligt Kairouan. Het is een van de oudste Arabisch-Islamitische steden van de Maghreb en een van de belangrijkste heilige steden. Kairouan werd in 670 gesticht en kende hoogtijdagen tijdens de Aghlabid-dynastie in de 9e eeuw. Ondanks de verplaatsing van de politieke hoofdstad naar Tunis in de 12e eeuw, bleef Kairouan de voornaamste stad van de Maghreb. Haar rijke architecturale erfgoed omvat de Grote Moskee, met zijn marmeren en porfiere zuilen en de 9e-eeuwse moskee van de Drie Poorten.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
© Editions Gelbart
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Située au centre de la Tunisie dans une plaine à une distance presque égale de la mer et de la montagne, Kairouan est la plus ancienne base arabo-musulmane du Maghreb (670 apr. J.-C.) et l’une de ses principales villes saintes. Capitale de l’Ifriqiya pendant cinq siècles, elle a été un lieu de diffusion exceptionnel de la civilisation arabo-musulmane. Kairouan constitue un témoignage unique sur les premiers siècles de cette civilisation et sur son développement architectural et urbanistique. Le site inscrit est un bien en série qui comprend la médina et ses faubourgs, les Bassins des Aghlabides et la Zawiya de Sidi Sahib. La médina (54 ha) et ses faubourgs (20 ha) est un ensemble urbain qui présente toutes les composantes d’une ville arabo-musulmane. La médina est constituée d’habitations juxtaposées réparties en quartiers que séparent des rues étroites et sinueuses ; elle est entourée par des remparts qui s’étendent sur plus de trois kilomètres. Le tracé des faubourgs est plus rectiligne et les maisons y ont un caractère plus rural. La médina est dotée de quelques monuments remarquables dont la Grande Mosquée, un chef-d’œuvre architectural qui a servi de modèle à plusieurs mosquées du Maghreb, et la Mosquée des Trois Portes, qui présente la plus ancienne façade sculptée de l’art musulman qui nous soit parvenue. Les Bassins des Aghlabides, un réservoir à ciel ouvert formé de deux citernes communiquant entre elles et qui remonte au IXe siècle, constituent un des plus beaux ensembles hydrauliques conçus pour alimenter la ville en eau. La Zawiya de Sidi Sahib abrite les restes d’un compagnon de Mahomet, Abou Zama El-Balawi.

Critère (i) : La Grande Mosquée, reconstruite au IXe siècle, est l’un des monuments majeurs de l’Islam mais aussi un chef d’œuvre de l’architecture universelle. Les remaniements, nombreux mais limités, n’ont pas affecté les dispositions de ce lieu de prière formant un quadrilatère de 135 mètres sur 80 mètres et comprenant, au sud, une salle de prière hypostyle de dix-sept nefs soutenue par une forêt de colonnes en marbre et en porphyre et, au nord, une vaste cour dallée bordée de portiques interrompus, dans l’axe du petit côté nord, par la forme massive d’un minaret de plan carré à trois étages.

Critère (ii) : La Grande Mosquée a servi de modèle à plusieurs mosquées maghrébines, particulièrement en ce qui concerne les motifs décoratifs dont elle possède un répertoire unique. D’autre part, la Mosquée des Trois Portes, édifiée en 866 apr. J.-C., est la plus ancienne des mosquées à façade sculptée de l’Islam connues à ce jour.

Critère (iii) : Avec la Grande Mosquée, la Mosquée des Trois Portes, le Bassin des Aghlabides, sans parler de nombreux vestiges archéologiques, Kairouan offre un témoignage exceptionnel sur la civilisation des premiers siècles de l’Hégire en Ifrîqiya.

Critère (v) : A l'abri de ses murs et de ses portes (Bab et Tounes, Bab el Khoukha, Bab ech Chouhada), la médina de Kairouan, dominée par les minarets et les coupoles de ses mosquées et de ses zaouïas, conserve son réseau de rues tortueuses, ses maisons à terrasses aux murs extérieurs chichement percés de petites fenêtres et de portes à arcs outrepassés, aux murs intérieurs plus largement ouverts sur la cour centrale.Cette architecture traditionnelle, devenue vulnérable sous l’effet des mutations socio-économiques, constitue un patrimoine précieux,  qui doit être intégralement protégé.

Critère (vi) : Kairouan est l’une des villes saintes et des capitales spirituelles de l’Islam. A côté de la Grande Mosquée, le premier lieu de culte fondé au Maghreb, trente-huit ans seulement après la mort du Prophète, la Zaouïa de Sidi Sahâb abrite les restes d’Abou Djama, un des compagnons de Mahomet. On ne s’étonnera pas que, naguère encore, sept pèlerinages à Kairouan aient pu tenir lieu du pèlerinage à La Mecque prescrit à tous les Musulmans. 

Intégrité (2009)

L’ensemble historique de Kairouan, avec sa partie centrale et ses faubourgs, a conservé, sans altération, son tissu urbain avec sa morphologie, et ses composantes architecturales et architectoniques. Tous ces éléments sont porteurs de la valeur universelle du bien et contribuent à son intégrité.

 

Authenticité

Quelques demeures ont été complètement rénovées mais l’essentiel du tissu urbain, surtout les monuments, sont préservés. L’adaptation aux nouveaux modes de vie et aux exigences socio-économiques ainsi que les travaux de restauration menés à travers le temps n’ont pas affecté l’essentiel de son authenticité fonctionnelle et structurelle. Certaines demeures ont toutefois été reconstruites avec des matériaux modernes.

Mesures requises  en matière de protection et de gestion

Outre les 36 monuments bénéficiant d’un classement spécifique au titre de monuments historiques, l’ensemble historique de Kairouan est protégé par la Loi 35-1994 relative à la protection du patrimoine archéologique, historique et des arts traditionnels, par le Décret du 18 octobre 1921 relatif à la protection des souks et des quartiers pittoresques de la ville de Kairouan et par le plan d’aménagement urbain de la ville. Pour assurer la sauvegarde et la bonne gestion de l’ensemble historique de Kairouan, l’Institut National du Patrimoine l’a doté d’une unité de gestion. Il a aussi été proposé de créer un secteur sauvegardé, mesure qui sera suivie par l’élaboration d’un plan de sauvegarde et de mise en valeur. La délimitation d’une zone tampon adéquate pour assurer la protection des trois éléments du bien inscrit sur la Liste du patrimoine mondial est souhaitable, de même que le renforcement des mesures de contrôle pour maitriser et réduire les constructions illicites. Il est nécessaire de continuer à encourager l’utilisation de matériaux et de techniques traditionnels pour la restauration et la réparation des monuments et des maisons.

Description longue
[Uniquement en anglais]

With the Great Mosque, the Mosque of the Three Doors, the Basin of the Aghlabids, and the other numerous archaeological remains, Kairouan bears exceptional witness to the civilization of the first centuries of the Hegira in Ifriqiya. The Great Mosque served as a model for several other Maghreban mosques, particularly for its decorative motifs, which are unique. Kairouan is, moreover, one of the holy cities and spiritual capitals of Islam. Next to the Great Mosque, the first place of worship founded in the Maghreb only 38 years after the death of the Prophet, is the Zawiya of Sidi Sahab where the remains of Abu Djama, one of Mahomet's companions, are kept.

The establishment of the garrison at al-Kayrawan by Oqba Ibn Nafìi in year 50 of the Hegira (AD 670) marked a decisive step in the history of the Islamic conversion of Ifriqa.

Replacing a temporary encampment, Kairouan became an essential element in the conquest because of its key position, midway between the coast threatened by the return of the Byzantine fleets and the mountains controlled by the Berbers, who took Kairouan in 688. But the city remained the capital of Ifriqiya, the seat of the governor representing the authority of the Umayyad caliphs in Damascus and later the Abbasid caliphs in Baghdad.

When the Aghlabid emirs became practically independent from the Abbasids (800-909), Kairouan became a true capital city. The Great Mosque was rebuilt by the Emir Ziyadat Allah I in 836 and again in 862-63 by the Emir Abou Ibrahim Ahmad, who also had certain spectacular urban projects carried out. These included the Basin of the Aghlabids filled by water brought through a 36 km aqueduct from the Cherichera Djebel. During a period of civil and religious peace, the Aglabids relinquished the governor's palace and emirs had residences built a short distance south of Kairouan at Al-Abbassiya and Raqqada.

Under the rule of the Shiite imam Fatimid Obaid Allah (910-34), Kairouan at first declined somewhat in importance. The new capital Mahdia, founded in 916, was better suited to the imam's expansionist policy directed towards the Orient. However, the Fatimids returned to Kairouan, and the transfer of the Fatimid caliphate to Cairo in 972 put an end to the two-capital situation.

After the 10th century, Kairouan no longer directly participated in the major events shaping world history. The city had many religious and political problems: it was invaded and sacked by the Hilalians in 1057 and Tunis became a real centre of political power as well as one of the most populated cities in Africa. However, it never succeeded in stripping Kairouan of its status as the holy city of the Maghreb, a position it still enjoys throughout the Islamic world.

The considerable weight of history is still palpable in the medina, which is surrounded by more than 3 km of walls with its gates (Bab el Tounes, Bab el Khoukha, Bab ech Chouhada): its skyline is punctuated by the minarets and the cupolas of its mosques and zawiyas, and it has preserved its network of winding streets and courtyard houses. Very few small windows or arched doorways are cut in the exterior walls, but inner walls have larger openings that give on to the central courtyard. However, certain remarkable monuments dating from the early centuries of the Hegira need to be carefully distinguished from the profusion of more recent or remodelled religious edifices.

In their present form, these buildings date for the most part from the last three centuries. The immense majority of houses and souks in the ancient honeycomb of passageways, where a number of wells and fountains are still to be found, form a traditional and coherent urban fabric.

Source : UNESCO/CLT/WHC