jump to the content

Nemrut Dağ

Nemrut Dağ

The mausoleum of Antiochus I (69–34 B.C.), who reigned over Commagene, a kingdom founded north of Syria and the Euphrates after the breakup of Alexander's empire, is one of the most ambitious constructions of the Hellenistic period. The syncretism of its pantheon, and the lineage of its kings, which can be traced back through two sets of legends, Greek and Persian, is evidence of the dual origin of this kingdom's culture.

Nemrut Dağ

Le tombeau d'Antiochos Ier (69 à 34 av. J.-C.), qui régna sur le Commagène, royaume constitué au nord de la Syrie et de l'Euphrate après le démembrement de l'empire d'Alexandre, représente une des plus colossales entreprises de l'époque hellénistique. Le syncrétisme de son panthéon et la filiation légendaire grecque et perse de ses rois témoignent de la double origine de la culture et de l'esthétique de ce royaume.

نمرود داغ

يشكل قبر الملك انتوشوز الأول (69 - 34 قبل الميلاد) الذي تربع على عرش مملكة كوماجين الناشئة شمال سوريا والفرات عقب انهيار امبراطورية الاسكندر احدى الانجازات الأكثر ضخامة في العهد اليوناني. ويشهد كل من الطابع التوفيقي الذي يتسم به مدفن عظماء الأمة والبنوة الأسطورية اليونانية والفارسية لملوك كوماجين على الأصل المزدوج لثقافة هذه المملكة وجماليتها.

source: UNESCO/ERI

内姆鲁特达格

这里是安提俄克斯一世(公元前69-34年)的陵墓。他当时统治着科马哥纳──亚利山大王国解体后在叙利亚北部和幼发拉底河建立的王国,这是希腊时期最能体现勃勃雄心的建筑之一。这里的众神合一和王室血统可以溯源到希腊和波斯两个系列的传说中去,这一点反映了这一王国文化的双重起源。

source: UNESCO/ERI

Археологические находки на горе Немрут-Даг

Гробница Антиоха I (69-34 гг. до н.э.), который был правителем Коммагены (царства, основанного к северу от Сирии и реки Евфрат после распада империи Александра Македонского), это одно из наиболее амбициозных сооружений эллинистического периода. Эклектичность этого пантеона и различная последовательность смены царей в династии, что отражено в двух версиях легенды – древнегреческой и персидской, являются свидетельствами двойственного характера культуры этого царства.

source: UNESCO/ERI

Nemrut Dağ

El monte Nemrut alberga los vestigios de una de las más ambiciosas construcciones de la época helenística, el mausoleo del rey Antíoco I, que ocupó entre los años 69 y 34 a.C. el trono de Comagene, un reino creado al norte de Siria y el Éufrates tras el desmembramiento del imperio de Alejandro el Magno. El doble origen de la cultura y el arte de este reino lo corroboran tanto el sincretismo del panteón de sus dioses como el linaje grecopersa de sus soberanos.

source: UNESCO/ERI

ネムルット・ダー

source: NFUAJ

Nemrut Dağ

In Nemrut Dağ staat het mausoleum van Antiochus (69-34 voor Christus) die regeerde over Commagene, een koninkrijk ten noorden van Syrië en de Eufraat. De dubbele oorsprong van het Hellenistische koninkrijk blijkt uit het syncretisme van haar pantheon en de lijn van koningen, die herleid kan worden tot de legendarische Grieken en Perzen. Nemrut Dağ wordt onder andere gekenmerkt door kolossale stenen beelden waarvan de kop is afgebroken en naar een lager gedeelte is gerold. Een deel van de gebruikte stenen blokken wegen meer dan 9 ton. Hierdoor geldt de plek als een van de meest kolossale en ambitieuze ondernemingen van het Hellenistische tijdperk.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Nemrut Dağ © Ministry of Culture and Tourism
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Couronnant l’un des plus hauts sommets de la chaine du Taurus oriental, dans le Sud-Est de la Turquie, Nemrut Dağ est le Hierothesion (temple-tombeau et maison des dieux) édifié par le dernier roi hellénistique Antiochos Ier de Commagène (69-34 av. J.C.) comme un monument à sa propre gloire.

D’un diamètre de 145 mètres, le tumulus, haut de 50 mètres, fait d’éclats de pierres, est entouré sur trois côtés de terrasses, à l’Est, à l’Ouest et au Nord. Deux voies anciennes distinctes et destinées aux processions partent des terrasses orientales et occidentales. Sur le niveau supérieur de ces deux mêmes terrasses, se trouvent cinq colossales statues assises, en calcaire, identifiées par leurs inscriptions comme des divinités et dirigées vers l’extérieur du tumulus. Ces statues sont flanquées, à chaque extrémité, d’une paire de gardiens, des statues animales représentant un lion et un aigle. Les têtes des statues sont tombées sur le niveau inférieur des terrasses qui accueillent deux rangées de stèles en grès, montées sur un socle, devant chaque stèle se trouve un autel. Une rangée présente des reliefs des ancêtres paternels perses d’Antiochos, l’autre rangée ceux de ses ancêtres maternels macédoniens. Les inscriptions au dos des stèles décrivent les liens généalogiques. Un autel, de plateforme carrée, est situé sur le côté est de la terrasse orientale. Sur la terrasse occidentale, se trouve une autre rangée de stèles symbolisant l’importance toute particulière de Nemrut, les scènes de la poignée de main (dexiosis) entre Antiochos et une divinité ; la stèle est décorée d’un horoscope du lion dont on pense qu’elle indique la date de construction de la zone destinée au culte. La terrasse septentrionale est longue, étroite et de forme rectangulaire, elle accueille une série de socles en grès. Les stèles couchées près des socles sur cette terrasse ne portent ni relief, ni inscription.

Le Hierothesion d’Antiochos Ier est l’une des plus ambitieuses constructions de l’époque hellénistique. Sa conception complexe et ses proportions gigantesques se conjuguent pour créer un projet inégalé dans l’ancien monde. On a eu recours à une technologie très avancée pour construire les colossales statues et les orthostates (stèles) dont aucun équivalent n’a été trouvé où que ce soit pour cette même période. Le syncrétisme de son panthéon et l’ascendance de ses rois, que l’on peut faire remonter à deux univers de légendes, grecques et perses, témoignent de la double origine de la culture de ce royaume.

Critère (i) : Le tombeau d’Antiochos Ier de Commagène est une réalisation artistique unique. L’aménagement du site naturel du Nemrut Dağ est l’une des plus colossales entreprises de l’époque hellénistique (certains des blocs de pierre utilisés pèsent jusqu’à neuf tonnes).

Critère (iii) : Le tombeau ou Hierothesion de Nemrut Dağ porte un témoignage unique sur la civilisation du royaume de Commagène. Antiochos Ier est représenté dans ce monument comme un descendant de Darius, par son père Mithridate, et d’Alexandre, par sa mère Laodicée. Cette ascendance à demi-légendaire traduit en termes généalogiques l’ambition d’une dynastie qui a voulu demeurer indépendante des puissances de l’Orient et de l’Occident.

Critère (iv) : Plus encore que les tombeaux de Karakus et d’Eski Kahta, le tumulus de Nemrut Dağ illustre par le syncrétisme généreux d’un panthéon très original une période historique importante. L’assimilation de Zeus à Oromasdes (le dieu iranien Ahuramazda) et celle d’Héraclès à Artagnés (le dieu iranien Verathragna) ont pour équivalent artistique un mélange intime de l’esthétique grecque, perse et anatolienne dans la statuaire et les bas-reliefs.

Intégrité

Nemrut Dağ est en grande partie intact et exprime convenablement et de façon crédible sa valeur universelle exceptionnelle. Les zones majeures de Commagène destinées au culte existent encore, les structures sont d’origine et leurs interrelations originelles peuvent toujours être observées et perçues. Bien que les limites du bien incluent le tumulus et les terrasses orientales, occidentales et septentrionales, elles n’intègrent pas les voies cérémonielles dans leur totalité. La plus grande menace pour l’intégrité du bien est constituée par les dommages matériels causés par les conditions environnementales telles que les fortes variations de température quotidienne et saisonnière, les cycles de gel et de dégel, le vent, l’accumulation de neige et l’exposition solaire. La hauteur du tumulus est désormais réduite par rapport à sa hauteur originale estimée à 60 mètres en raison de la dégradation des sols par les conditions atmosphériques, de précédents travaux de recherche entrepris sans contrôle et de l’ascension du tumulus par des visiteurs. Par ailleurs, le bien de Nemrut est situé dans une zone de sismicité de première catégorie et il est très proche de la faille sismique active est-anatolienne. En conséquence, le tumulus, les statues et les stèles sont vulnérables aux tremblements de terre.

Authenticité

Nemrut Dağ conserve son authenticité en termes de forme, de matériaux et de conception et constitue une des réalisations artistiques uniques de la période hellénistique avec la fascinante beauté de ses sculptures monumentales dans un cadre spectaculaire. Le bien a survécu dans un état relativement bon. Les voies cérémonielles d’origine qui conduisent au Hierothesion sont bien connues et toujours utilisées de nos jours pour y accéder.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Les composantes culturelles du site sont protégées au titre de la Loi de conservation nationale No 2863 et de la Loi sur les parcs nationaux No 2873. En 1986, le tumulus du Mont Nemrut a été inscrit en tant que « Site archéologique de premier ordre » au titre de la Loi No 2863. En 2008, après avoir établi les cartes détaillées actuellement utilisées, ce site a fait l’objet d’une révision et ses alentours ont été déclarés « Zone de transition interactive» par le Conseil régional de Şanlıurfa en charge de la conservation du patrimoine culturel. Enfin, en 2011, les limites de cette zone qui fait office de zone tampon non officielle ont été agrandies par cette même instance par souci de conservation du patrimoine culturel. Au titre de la Loi sur les parcs nationaux (No 2873), une zone incluant  le tumulus de Nemrut et d’autres secteurs archéologiques, s’étendant sur une superficie de 13.850 hectares, a été déclarée « Parc national » en 1988. À ce même sujet, le Plan de développement à long terme du Parc national de Nemrut, assorti d’un plan à l’échelle 1/25.000 a été approuvé en 2002 et révisé en 2009  et 2011. Dans le cadre du Programme de développement de la conservation de la Commagène (CNCDP), lancé en août 2006 au terme d’un protocole signé entre le Ministère de la culture et du tourisme et l’Université technique du Moyen-Orient (Middle East Technical University – METU), des études géologiques, des recherches sur les matériaux et des analyses de structure ont été entreprises afin d’identifier les propriétés des matériaux des blocs de pierre, d’examiner les mécanismes de détérioration des roches, d’étudier les mortiers compatibles et de définir des interventions appropriées sur la structure du bien. Celle-ci a fait l’objet d’un travail de documentation détaillée, par ailleurs une étude de reconstitution qui doit être utilisée afin de mieux comprendre les facteurs de la conception d’origine et toutes les interventions antérieures, a été entreprise et est désormais achevée.

Sur la base des données recueillies dans le cadre de la recherche détaillée sur les matériaux de construction et des analyses de structure menées dans le secteur du bien, un projet de restauration a été élaboré. Il prévoit la consolidation des pierres, la définition d’interventions sur la structure, des mesures préventives, destinées à contrôler les risques potentiels, ainsi que des applications esthétiques limitées sur les pierres érodées qui doivent permettre une meilleure perception des facteurs de la conception d’origine du Hierothesion. Des relevés architecturaux et des projets de restitution et de restauration ont été approuvés par le Conseil régional en 2011. Le Plan de gestion de Nemrut Commagène doit être achevé et mis en œuvre.

En 2009, des projets d’installation de deux centres d’accueil des visiteurs à l’extérieur des limites du bien ont été élaborés, l’un sur le chemin conduisant à Adıyaman, l’autre sur celui conduisant à Malatya.

Description longue
[Uniquement en anglais]

The tomb or the Hierotheseion of Nemrut Dağ bears unique testimony to the civilization of the kingdom of Commagene. Antiochos I is represented in this monument as a descendant of Darius by his father Mithridates, and a descendant of Alexander by his mother Laodice. This semi-legendary ancestry translates in genealogical terms the ambition of a dynasty that sought to remain independent of the powers of both the East and the West. More than the tombs at Karakuş and Eski Kâhta, the tumulus at Nemrut Dağ illustrates, through the liberal syncretism of a very original pantheon, a significant historical period. The landscaping of the natural site of Nemrut Dağ is one of the most colossal undertakings of the Hellenistic epoch (some of the stone blocks used weigh up to 9 tonnes).

When the empire of Alexander the Great was breaking up, numerous kingdoms were formed in the Hellenized provinces of the East. One such kingdom was Commagene, which, from 162 BC to AD 72, existed as a semi-independent state, its sovereigns defending their autonomy first against the Seleucids and then against the Romans.

The monarchs of this dynasty bore the Greek names of Antiochos or Mithridates. They left behind, in the mountainous region that stretched from the north of the high valley of the Euphrates, not far from Adıyaman, several breathtakingly beautiful funerary sanctuaries. Locations include Eski Kâhta, Karakuş and, especially, Nemrut Dağ, where the most impressive of all the tomb sites is found, that of Antiochos I of Commagene (69-34 BC).

Discovered by chance in 1881 by Charles Sester, an engineer, it was not until 1953 that exploration of the site was undertaken. Dominating the summit of Nemrut Dağ is a conical tumulus of stone chips. This funerary mound, whose interior layout remains unknown despite numerous attempts to locate the dromos, is surrounded on the east, west and north sides by artificial terraces. The east terrace has two distinct levels dug out of the rock. On the upper level, a row of five colossal seated figures (7 m high) representing deities shares a common substructure with two pairs of equally immense statues, each pair comprising a lion and an eagle, symmetrically positioned at either end. Inscriptions on the statues identify them from left to right as being: the god Apollo-Mithras-Helios-Hermes; the goddess Tyche of Commagene; the god Zeus-Oromasdes; Antiochos himself; the god Heracles-Artagnes-Ares.

The heads of these statues have broken off and tumbled to the lower terrace, which is bordered on its east side by a pyramid-shaped altar, and on the north and south sides by rows of orthostats. On the north side, these stones are decorated with relief sculptures representing the Persian ancestors of Antiochos. On the south side, his Macedonian ancestors symmetrically face the others. Engraved inscriptions on the backs of the slabs identify the genealogical links.

The west terrace has similar features, with the same series of five statues between the two lion-eagle pairs, but does not have an altar. The orthostats repeat the dual genealogy of Antiochos I, the Persian branch on the south, the Macedonian on the west. The symmetry is somewhat modified by the topography of the mountain.

Three superb reliefs show Antiochos exchanging a handshake with Apollo-Mithras-Helios-Hermes, with Zeus-Oromasdes and Heracles-Artagnes-Ares. They are framed by an allegorical group of Antiochos and the Commagenes on the left and an astrological relief called 'the king's horoscope' on the right. The inscription, which has been deciphered, gives the date 10 July 62-61 BC: the date that Antiochos I was invested as king by the Romans.

Source : UNESCO/CLT/WHC