English Français
Aidez maintenant !

New Lanark

New Lanark

New Lanark is a small 18th- century village set in a sublime Scottish landscape where the philanthropist and Utopian idealist Robert Owen moulded a model industrial community in the early 19th century. The imposing cotton mill buildings, the spacious and well-designed workers' housing, and the dignified educational institute and school still testify to Owen's humanism.

New Lanark

Le petit village de New Lanark est situé dans un magnifique paysage écossais où le philanthrope et utopiste Robert Owen établit une société industrielle modèle au début du XIXe siècle. Les imposantes manufactures, les logements ouvriers spacieux et bien conçus, le digne institut d'éducation et l'école attestent encore aujourd'hui de l'humanisme d'Owen.

لانارك الجديدة

تقع قرية نيو لانارك الصغيرة في مكان رائع في اسكتلندا أسس فيه العالم الانساني والحالم روبرت أوين مجتمعاً صناعياً نموذجياً في بداية القرن التاسع عشر، ولا تزال المعامل الكبيرة ومساكن العمال الفسيحة والمصممة بصورة جيدة ومعهد التربية الرفيع المستوى والمدرسة تشهد حتى اليوم على انسانية أوين.

source: UNESCO/ERI

新拉纳克

新拉纳克是18世纪坐落在苏格兰风景最优美的地方的一个小村庄。19世纪早期,慈善家、乌托邦理想主义者罗伯特·欧文在此创建了现代工业化社区的模型。令人难忘的棉磨坊、宽敞且装备齐全的工人社区、严谨的教育机构和良好的学校教育,时至今日仍是欧文人文主义的明证。

source: UNESCO/ERI

Фабричный поселок Нью-Ланарк

Нью-Ланарк – это небольшая деревня XVIII в., расположенная в живописной местности в Шотландии. Здесь филантроп и утопический идеалист Роберт Оуэн создал в начале XIX в. образцовую индустриальную общину. Внушительные здания текстильных фабрик, просторное и удобное жилье рабочих, прекрасные здания института и школы служат памятником гуманизма этого человека.

source: UNESCO/ERI

New Lanark

Situada en un magnífico paraje de Escocia, la pequeña aldea de New Lanark fue el lugar donde el filántropo utopista Robert Owen estableció una comunidad industrial modelo a principios del siglo XIX. Las imponentes construcciones de las manufacturas textiles, las espaciosas y bien diseñadas viviendas los trabajadores, el digno edificio del instituto  de educación y la escuela son todavía testigos del ideal humanista que inspiró la acción de Owen.

source: UNESCO/ERI

ニュー・ラナーク

source: NFUAJ

New Lanark

New Lanark is een klein 18e-eeuws dorp in een subliem Schots landschap waar de filantroop en utopische idealist Robert Owen begin 19e eeuw een model-industriële gemeenschap vormde . Het was de bedoeling dat het model zich zou verspreiden over de hele wereld in de 19e en 20e eeuw. Owen zorgde daarom voor imposante katoenspinnerijgebouwen, ruime en goed ontworpen arbeiderswoningen en een waardige onderwijsinstelling en school. Hierdoor kon volgens hem zowel de geestelijke als de lichamelijke toestand van mensen verbeterd worden. Om deze reden staat New Lanark synoniem voor Owen's sociale filosofie van progressief onderwijs, fabriekshervorming, humane werkmethoden, internationale samenwerking en tuinsteden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
New Lanark © RCAHMS
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

New Lanark est un exemple exceptionnel de village manufacturier du 18e siècle, sis dans un pittoresque paysage écossais près des chutes de la Clyde où, au début du 19e siècle, l’utopiste Robert Owen (177-1858) a inspiré un modèle de communauté industrielle fondée sur la production textile. C’est là qu’Owen a mis en pratique pour la première fois son paternalisme bienveillant dans le monde industriel, en s’appuyant sur les actions altruistes de son beau père, David Dale. C’est également à New Lanark qu’Owen formula sa vision utopiste d’une société sans crime, sans pauvreté et sans misère. Sous sa direction éclairée, New Lanark a prospéré.

Le village a été fondé en 1785 et les filatures de coton, fonctionnant grâce à des roues hydrauliques, ont été en service de 1786 à 1968. Au début du 19e siècle, les bâtiments des filatures constituaient l’un des plus grands ensembles de bâtiments industriels au monde.

La création d’un modèle d’installation industrielle à New Lanark, dans lequel la conception urbanistique et l’architecture du projet tenaient compte de la préoccupation humaine des employeurs pour le bien-être des travailleurs, est une étape décisive dans l’histoire sociale et industrielle. Les valeurs morales, sociales et environnementales qui sous-tendaient l’œuvre de Robert Owen à New Lanark ont constitué les bases d’un développement, tant matériel qu’immatériel, qui a influencé la société au cours des deux cents dernières années.

New Lanark est un témoignage unique d’une création de richesses qui n’implique pas automatiquement la déchéance de ses producteurs. Le village proposait une réponse culturelle aux problèmes liés à la société industrielle, il fut le banc d’essai d’idées qui visaient à améliorer la condition de l’homme dans le monde. La nature même et la configuration de New Lanark ont incité d’autres industriels philanthropes à suivre l’exemple de Robert Owen. Ce mouvement est à la base du travail de Ebenezer Howard (1850-1928) qui a créé le concept de « cité-jardin ». À son époque, le système économique et social développé par Owen était considéré comme radical mais, de nos jours, il fait l’objet d’un vaste consensus dans la société moderne.

Les imposants bâtiments des filatures, les logements des travailleurs spacieux et bien conçus et les remarquables écoles et instituts d’éducation sont toujours là pour témoigner de l’humanisme d’Owen.

Critère (ii) : Quand le nouveau système manufacturier de production de textile de Richard Arkwright fut implanté à New Lanark, la nécessité de fournir des logements et d’autres équipements aux ouvriers et aux responsables apparut clairement. C’est là que David Dale et Robert Owen créèrent un modèle de communauté industrielle qui devait se répandre dans le monde au cours des 19e et 20e siècles.

Critère (iv) : New Lanark vit non seulement la construction de logements ouvriers bien conçus et bien équipés, mais aussi celle d’édifices publics destinés à améliorer le bien-être spirituel et physique des travailleurs.

Critère (vi) : Le nom de New Lanark est associé à celui de Robert Owen et à sa philosophie sociale dans des domaines comme l’éducation moderne, la réforme manufacturière, les conditions de travail humaines, la coopération internationale et les cités jardins, qui devait avoir une profonde influence sur les développements sociaux tout au long du 19e siècle et ensuite.

Intégrité 

Le bien dispose de tous les éléments nécessaires à l’expression de sa valeur universelle exceptionnelle et à garantir une représentation pleine et entière de l’importance du bien. En se fondant sur des preuves matérielles, sur des travaux d’archéologie et sur les documents d’archives graphiques et écrits disponibles, on sait que l’apparence des bâtiments du village est désormais proche de celui qu’il avait au début du 19e siècle, lorsqu’Owen le dirigeait. Lors de la restauration du village à son état historique, certaines structures construites au 20e siècle ont été retirées afin de donner plus d’importance aux éléments qui contribuent à la valeur universelle exceptionnelle du bien. 

Authenticité

Le degré d’authenticité de New Lanark est élevé. Cela fait presque un demi-siècle que les travaux de conservation et de réhabilitation sont en cours et les principaux projets  se poursuivent. Le village n’a que peu changé depuis l’apogée de la production cotonnière au début du 19e siècle. L’absence ou le remplacement de certains éléments permettent une bonne interprétation du bien. Lorsque la reconstruction ou la reconstitution s’est avérée nécessaire, les travaux ont été entrepris selon les meilleures règles en matière de conservation et sur la base d’une documentation historique complète. Les travaux de réparation et de restauration ont été menés au moyen de techniques et de matériaux traditionnels appropriés, en se conformant, autant que faire se peut, à la conception d’origine et en respectant toujours le tissu historique existant. Le petit barrage, le bief et les canaux d’origine nécessaires à la production d’énergie hydraulique pour les filatures et qui datent des années 1780 sont encore en état de marche.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

En Écosse, les biens du patrimoine mondial sont protégés par la législation suivante : La Loi de planification urbaine et rurale (Écosse) de 1997 (The Town and Country Planning (Scotland) Act 1997) et la Loi de planification (Écosse) de 2006 (The Planning etc. (Scotland) Act 2006) constituent les cadres des politiques de planification locale et régionale et sont les outils de législation suprême d’orientation de la planification et de l’aménagement en Écosse. En outre, les bâtiments individuels et monuments et les zones d’intérêt archéologique ou historique sont recensés et protégés au titre de la Loi de planification (Bâtiments classés et zones de conservation) (Écosse) de 1997 (The Planning (Listed Building and Conservation Areas) (Scotland) Act 1997) et de la Loi de 1979 sur les monuments anciens et les zones archéologiques (The 1979 Ancient Monuments and Archaeological Areas Act).

La Politique écossaise de l’environnement historique (The Scottish Historic Environment Policy – SHEP) est l’outil d’orientation politique suprême en matière de protection et de gestion de l’environnement historique en Écosse. La Politique écossaise de planification (Scottish Planning Policy – SPP) complète la SHEP et est l’outil politique de planification nationale du gouvernement pour l’environnement historique. Elle prévoit la protection des biens du patrimoine mondial en envisageant l’impact de l’aménagement sur la valeur universelle exceptionnelle, l’authenticité et l’intégrité des biens.

La gestion du bien du patrimoine mondial de New Lanark est placée sous la responsabilité de trois principaux partenaires : South Lanarkshire Council, Historic Scotland et le New Lanark Trust. Le plan de gestion de New Lanark est avalisé et supervisé d’un point de vue stratégique par les partenaires responsables de la gestion qui sont également en charge de sa mise en œuvre.

La gestion durable du tourisme à New Lanark est envisagée dans le cadre du plan de gestion. Le groupe de partenaires responsables de la gestion, dans le cadre de la mise en œuvre du plan de gestion, veillent à ce que le tourisme, actuel et à venir, sur le territoire du bien se développe de façon durable, tant en matière économique qu’environnementale, pour le bien de la communauté locale.

Description longue

New Lanark est fondé en 1785 pour tirer parti des brevets de filature du coton déposés par Richard Arkwright, qui permettait de filer dans des fabriques hydrauliques à une échelle sans précédent. Arkwright arrive en Écosse en 1783 et y rencontre David Dale, influent marchand de fil de l'ouest de l'Écosse, et agent à Glasgow de la Banque royale d'Écosse. L'importance de la puissance hydraulique à New Lanark a conduit Dale à entreprendre son propre développement, et avec l'annulation des brevets d'Arkwright en 1785, son implication prend fin.

La première fabrique de New Lanark commence à produire en 1786 et est rapidement suivie par une autre. Dale continue à construire, la troisième et la quatrième fabriques étant construites pour le métier de Samuel Crompton, capable de filer plus fin que le métier d'Arkwright. La quatrième fabrique n'est pas utilisée comme filature à l'époque de Dale, mais accueille les enfants apprentis et abrite un atelier de mécanique.

Il faut des logements pour les ouvriers. La gorge de la Clyde ne fournissant qu'une place restreinte, ceux-ci sont édifiés sous formes d'ensembles de trois ou quatre étages, plutôt que des bâtiments à deux étages en faveur dans les autres manufactures écossaises de coton. Les maisons sont de qualité supérieure à celles généralement occupées par la classe ouvrière à cette époque. Les rapides changements techniques entraînent des augmentations de la main d'oeuvre et l'ajout de nouvelles maisons, les dernières en 1798 (connue sous le nom de « Bâtiments Neufs »).

Dale était un employeur humain, qui traitait bien ses ouvriers. Il établit à New Lanark une école qui, en 1796, possède dix-huit professeurs pour 510 élèves. En tant qu'entrepreneur ayant le mieux réussi dans le coton en Écosse, il représente un exemple important.

En 1799, Robert Owen, entrepreneur gallois qui a épousé la fille de Dale, forme une société de personnes. Owen resserre la gestion de la fabrique, en introduisant de nouvelles normes de comptabilité et de discipline. Il commence à remodeler le village aux alentours de 1809. La quatrième fabrique entre en production, une maison est construite pour les apprentis, ainsi qu'une fonderie et des ateliers pour les machines.

Owen est convaincu que, en traitant ses ouvriers comme des personnes responsables de leurs actions et en les encourageant à réaliser leur dépendance mutuelle, la productivité grimperait et un esprit communautaire se développerait. Il se rend également compte qu'une main d'oeuvre éduquée serait plus susceptible de réaliser ses objectifs et, en 1809, entame la construction de sa « Nouvelle Institution pour la Formation du Caractère ». Il n'obtient pas le soutien de ses associés pour ce projet mais, après plusieurs changements de partenaires, le bâtiment ouvre finalement ses portes en 1816 ; une école y est adjointe l'année suivante.

Du fait de son emplacement, sur la route de Lanark aux célèbres chutes de Clyde, les fabriques deviennent l'une des étapes des visites de l'Écosse. Le contact avec des visiteurs distingués et un haut niveau de conscience publique élargirent les idées d'Owen. Sa vision d'une société sans crime, sans pauvreté et sans misère suscite un grand intérêt dans les années suivant les guerres napoléoniennes, et cela l'encourage à écrire et à voyager pour promouvoir ses idées. En 1824, une âpre querelle avec ses associés au sujet de ses méthodes éducatives l'amène à quitter New Lanark pour développer une communauté à New Harmony, Indiana (États-Unis), d'après les idées coopératives qu'il a décrites dans son influent Report to the County of Lanark (1820). Cette communauté échoue, car il lui manque l'axe central fourni par une discipline de production, et Owen s'en va en 1828, quoiqu'il continue de développer et de promouvoir ses idées jusqu'à sa mort, en 1858.

La fabrique est vendue par les associés aux frères Walker en 1828, et ceux-ci continuent à y filer du coton jusqu'à ce qu'ils la vendent en 1881 à une société de personnes qui introduit la production de filets et de toile. Elle passe ensuite à la société Gourock Ropework, les plus grands producteurs mondiaux de corde et de filet, qui y fabriquent de la toile de coton et des filets jusqu'en 1968.

 

Source : UNESCO/CLT/WHC
Description historique
[Uniquement en anglais]

New Lanark was founded in 1785 to take advantage of the cotton-spinning patents secured by Richard Arkwright, which allowed yarn to be spun in water-powered mills on an unprecedented scale. Arkwright came to Scotland in 1783 and met David Dale, a leading West of Scotland linen yarn merchant and Glasgow agent of the Royal Bank of Scotland. The splendid latent water power at New Lanark led to Dale to undertake development on his own, and with the quashing of Arkwright's patents in 1785 his involvement ceased.

The first mill at New Lanark went into production in 1786 and was soon followed by another. Dale continued to build, the third and fourth mills being designed for Samuel Crompton's mule, which was capable of spinning finer yarn than Arkwright's frame. The fourth mill was not used for spinning in Dale's time, housing instead child apprentices and a mechanics' shop.

Housing had to be provided for the workers. Owing to the restricted site in the gorge of the river Clyde, this was built in the form of blocks three or four storeys in height rather than the two-storey buildings favoured at other Scottish cotton mills. The houses were superior in quality to those general occupied by working people at that time. Rapid technical changes led to increases in the workforce and so new houses were added, the last in 1798 (known as "New Buildings").

Dale was a humane employer, who treated his workers well. He established a school in New Lanark which by 1796 had eighteen teachers for 510 pupils. As the most successful cotton spinner in Scotland his was an important example.

In 1799 a partnership was formed by Robert Owen, a Welsh cotton spinner, who had married Dale's daughter. Owen tightened up the management of the mill, introducing new standards of book-keeping and factory discipline. He began to remodel the village around 1809. The fourth mill was brought into production, a house being built for the apprentices as well as a foundry and machine shops.

Owen became convinced that by treating his workers as being responsible for their actions and by encouraging them to realize their mutual dependence productivity would rise and a community spirit would develop. He also realized that an educated workforce was more likely to achieve his objectives, and so in 1809 he began the construction of his "New Institution for the Formation of Character." He failed to get the support of his partners for this project, but after several changes in the partnership the building was finally opened in 1816; a school was added in the following year.

Because of its location, on the route from Lanark to the famous Falls of Clyde, the mills became one of the features of a tour of Scotland. Contact with distinguished visitor and a high level of public consciousness widened Owen's ideas. His vision of a society without crime, poverty, and misery had a wide appeal in the years following the Napoleonic Wars, and he was encouraged by this to write and to travel widely to promote his views. In 1824 a bitter quarrel with his partners over his educational methods led him to leave New Lanark to develop a community at New Harmony, Indiana (USA), on the cooperative lines that he had described in his influential Report to the County of Lanark (1820). This community failed because it lacked the central focus provided by a disciplined factory and Owen left it in 1828, though he continued to develop and promote his ideas until his death in 1858.

The mill was sold by the surviving partners to the Walker brothers in 1828 and they continued to spin cotton until they sold it in 1881 to a partnership which introduced net-making and canvas weaving. From them it passed to the Gourock Ropework Company, the world's largest rope and net producers, who made cotton canvas and nets there until 1968.

Source : évaluation des Organisations consultatives