English Français

Site archéologique de Philippes

Archaeological Site of Philippi

The remains of this walled city lie at the foot of an acropolis in north-eastern Greece, on the ancient route linking Europe and Asia, the Via Egnatia. Founded in 356 BC by the Macedonian King Philip II, the city developed as a “small Rome” with the establishment of the Roman Empire in the decades following the Battle of Philippi, in 42 BCE. The vibrant Hellenistic city of Philip II, of which the walls and their gates, the theatre and the funerary heroon (temple) are to be seen, was supplemented with Roman public buildings such as the Forum and a monumental terrace with temples to its north. Later the city became a centre of the Christian faith following the visit of the Apostle Paul in 49-50 CE. The remains of its basilicas constitute an exceptional testimony to the early establishment of Christianity.  

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Site archéologique de Philippes

Les vestiges de cette cité fortifiée se trouvent au pied d’une acropole située au nord-est de la Grèce, sur l’ancienne route reliant l’Europe à l’Asie, la Via Egnatia. Fondée en 356 av. J.-C. par le roi macédonien Philippe II, la ville s'est ensuite développée comme une « petite Rome », avec la création l’établissement de l’Empire romain dans les décennies qui ont suivi la bataille de Philippes, en 42 av. J.-C. La dynamique cité hellénistique de Philippe II, dont les murs et les portes, le théâtre et l’hérôon funéraire (temple) sont encore visibles, sont alors complétés, dans sa partie nord, par des édifices publics romains comme le forum et la terrasse monumentale surmontée de temples. La ville devint ensuite un centre de la foi chrétienne après la visite de l’apôtre Paul en 49-50 de notre ère. Les vestiges de ses églises sont constituent un témoignage exceptionnel de l’établissement primitif précoce du christianisme.  

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

مدينة فيلبي الأثريّة
تمتد آثار هذه المدينة المحصّنة في سفح الحصن الواقع في منطقة مقدونيا الشرقية وتراقيا على الطريق القديم الذي يصل بين أوروبا وآسيا. ويذكر أن هذه المدينة أنشأت عام 356 قبل الميلاد على زمن الملك المقدوني فيليب الثاني وأخذت المدينة بعد ذلك هيئة "روما المصغّرة" مع إنشاء الامبراطورية الرومانيّة بعد معركة فيليبي سنة 42 قبل الميلاد. وعليه تم إكمال بناء الآثار الهلينية مثل المسرح الكبير والمعابد بتصاميم ومباني رومانيّة. وبعد ذلك، تتحوّل هذه المدينة إلى مركزاُ للإيمان المسيحي وذلك بعد زيارة بولس الرسول للمدينة عام 49-50 بعد الميلاد. وتشهد آثار الكنائس في مدينة فيلبي على بدايات الديانة المسيحيّة.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Археологический комплекс Филиппы

Руины города-крепости Филиппы расположены у подножия акрополя в районе современной Восточной Македонии и Фракии, на древней Эгнатиевой дороге, некогда соединявшей Европу и Азию. Город был основан в 365 году до н.э., в период правления царя Македонии Филиппа II. С возникновением Римской империи, спустя десятилетия после битвы при Филиппах в 42 году до н.э, город стал принимать облик «маленького Рима». Наряду с памятниками эллинистической эпохи, такими как большой театр и погребальный храм, в городе были построены подобные римским сооружения, в частности, форум. После того, как апостол Павел посетил Филиппы в 49-50 году н.э., город стал центром христианства. Руины городских церквей того времени являются уникальным свидетельством становления раннего христианства.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Sitio arqueológico de Filipos

Fundada en 356 a.C. durante el reinado de Filipo II de Macedonia, los vestigios de esta ciudad fortificada se extienden al pie de una acrópolis situada en la actual región griega de Macedonia Oriental y Tracia, por la que pasaba la antigua vía romana Egnatia que unía Europa con Asia. En tiempos del Imperio Romano, en los decenios subsiguientes a la batalla de Filipos (42 a.C.), vinieron a añadirse a los anteriores monumentos de la época helenística –el gran teatro y el templo funerario– importantes construcciones como el foro que hicieron de la ciudad una “pequeña Roma”. Después de la visita del apóstol San Pablo a Filipos en los años 49 a 50 de nuestra era común, la ciudad se convirtió en un centro de propagación del cristianismo. Los vestigios de sus iglesias constituyen un testimonio excepcional del asentamiento de los primeros cristianos.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

フィリピの古代遺跡
ヨーロッパとアジアを結ぶ要衝の都市遺跡。ギリシャ北東部、ヨーロッパとアジアをつなぐ古代のエグナティア街道上にある城壁都市の遺構。紀元前356年にマケドニア王フィリッポス2世によって建設され、前42年のフィリピの戦いまで、小ローマとしてローマ帝国の発展とともに栄えた。この活気あるヘレニズム都市では、今も城壁、門、劇場や葬祭殿を見ることができる。都市の北側には、公共広場、寺院の記念碑的なテラスといったローマ時代の公共建物が加えられた。その後、この都市はキリスト教信仰の中心地となったことでも重要である。

source: NFUAJ

Archeologische site van Philippi

De overblijfselen van deze ommuurde stad liggen aan de voet van een acropolis in de tegenwoordige regio Oost-Macedonië en Thracië. De stad werd in 356 v.Chr. gesticht door de Macedonische koning Philip II, langs de antieke route die Europa en Azië verbindt, de Via Egnatia. De stad ontwikkelde zich tot een ‘kleine versie van Rome’, na de vestiging van het Romeinse Rijk in de decennia na de slag om Philippi, in 42 v.Chr. Het Hellistische theater en de graftempel (heroön) werden aangevuld met Romeinse bouwwerken zoals het forum. Later werd de stad een centrum van het christelijk geloof na het bezoek van de apostel Paulus in 49-50 n.Chr. De overblijfselen van diverse basilieken getuigen op bijzondere wijze van de vroege stichting van het christendom.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Site archéologique de Philippes © Hellenic Ministry of Culture and Sports
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le site archéologique de Philippes est situé au pied d’une acropole, au nord-est de la Grèce, sur l’ancienne route qui relie l’Europe à l’Asie, la Via Egnatia. La ville de Philippes, que Philippe II refonda en 356 av. J.-C., sur les vestiges d’une ancienne colonie thasienne, fut transformée par les Romains afin d’en faire une « petite Rome », élevant la ville au rang de « Colonia Augusta » de l’Empire romain dans les décennies qui suivirent la bataille de Philippes. La très vivante cité hellénistique de Philippe II, dont les murailles et leurs portes, le théâtre et le hérôon (temple) funéraire sont remarquables, fut embellie et transformée avec l’ajout de bâtiments publics romains, notamment le Forum et une terrasse monumentale sur laquelle on édifia, sur le flanc nord, des temples. Plus tard, la ville devint un centre de la foi chrétienne et de pèlerinage après la visite de l’apôtre Paul en 49/50 de notre ère, les vestiges des basiliques chrétiennes et l’église octogonale témoignant de son importance en tant que siège métropolitain.

Critère (iii) : Philippes est un témoignage exceptionnel de l’intégration de régions dans l’Empire romain, comme le démontrent le plan et l’architecture de la ville en tant que colonie ressemblant à une « petite Rome ». Les vestiges de ses églises sont un témoignage exceptionnel sur l’établissement primitif et l’essor du christianisme.

Critère (iv) : Les monuments de Philippes illustrent différents types architecturaux et reflètent le développement de l’architecture pendant la période romaine et celle des premiers chrétiens. Le forum s’impose comme un exemple d’un tel espace public dans les provinces orientales romaines. L’église octogonale, la basilique à transept et la basilique à coupoles se distinguent en tant que types architecturaux de l’époque des premiers chrétiens.

Intégrité

La cité fortifiée comprend tous les éléments nécessaires pour transmettre ses valeurs et n’est menacée ni par le développement ni par la négligence. La route moderne asphaltée, fermée à la circulation en 2014, qui suit essentiellement le tracé de l’ancienne Via Egnatia, sera démantelée à l’est de l’entrée occidentale de la ville, près du musée.

Authenticité

La ville fortifiée a subi une destruction majeure lors du tremblement de terre de 620 de notre ère. De nombreuses pierres et éléments des édifices de la ville fortifiée, y compris les inscriptions, les mosaïques et les sols en opus sectile, demeurent en place depuis ce moment, bien que quelques pierres aient été réutilisées par la suite dans d’autres bâtiments. Les constructions modernes et les interventions sur le site ont généralement été limitées à des fouilles archéologiques et des mesures nécessaires de protection et de mise en valeur du site. Pour l’essentiel, le principe de réversibilité a été respecté et la ville fortifiée peut être considérée comme authentique en termes de forme et de conception, de situation et de cadre.

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien et la zone tampon sont protégés au plus haut niveau par la loi sur les antiquités 3028/2002 portant « sur la protection des antiquités et du patrimoine culturel en général », ainsi requalifiée en 2012, et en tant que zone protégée A en 2013. Cela couvre à la fois les terres détenues par l’État et par des propriétaires privés qui sont des zones non aedificandi, à l’exception de l’extension de la zone tampon dans l’angle sud-est qui couvre une partie de la ville adjacente. La zone de la ville adjacente est tenue, selon les obligations de planification, de signaler tout vestige archéologique découvert lors de travaux. Les délimitations du bien et de sa zone tampon sont clairement définies sur les cartes et le bien sera entièrement clôturé sous peu.

Le bien est géré au niveau local par l’Éphorie des antiquités, le Service régional de la Direction générale des antiquités et du patrimoine culturel, dépendant du ministère de la Culture et des Sports. Le plan de gestion a été rédigé en 2014 et sera mis en œuvre par un comité composé de sept membres comprenant des représentants du gouvernement et des agences municipales et coordonné par le directeur de l’Éphorie des antiquités locale. Une stratégie de conservation visant à unifier et améliorer le bien ainsi qu’à identifier les projets prioritaires et les sources de financement sera incluse dans le plan de gestion, de même qu’un plan de recherche archéologique coordonné visant à améliorer la compréhension et l’interprétation du site et une base de données globale servant de base pour le suivi et la conservation.