jump to the content

Les grottes de Maresha et de Bet-Guvrin en basse Judée, un microcosme du pays des grottes

Caves of Maresha and Bet-Guvrin in the Judean Lowlands as a Microcosm of the Land of the Caves

The archaeological site contains some 3,500 underground chambers distributed among distinct complexes carved in the thick and homogenous soft chalk of Lower Judea under the former towns of Maresha and Bet Guvrin. Situated on the crossroads of trade routes to Mesopotamia and Egypt, the site bears witness to the region’s tapestry of cultures and their evolution over more than 2,000 years from the 8th century BCE—when Maresha, the older of the two towns was built—to the time of the Crusaders. These quarried caves served as cisterns, oil presses, baths, columbaria (dovecotes), stables, places of religious worship, hideaways and, on the outskirts of the towns, burial areas. Some of the larger chambers feature vaulted arches and supporting pillars.

Les grottes de Maresha et de Bet-Guvrin en basse Judée, un microcosme du pays des grottes

Le site archéologique comprend quelque 3500 chambres souterraines réparties en districts distincts creusés dans un sous-sol de calcaire crayeux épais et homogène en Basse Judée, sous les anciennes villes de Maresha et Bet Guvrin. Situé au carrefour des routes de commerce de Mésopotamie et d’Egypte, le site témoigne de la mosaïque de cultures de la région et de leur évolution sur plus de 2000 ans, du 8è siècle av. J.C., lorsque Maresha – la plus ancienne des deux villes – fut construite, jusqu’à l’époque des Croisés. Ces caves servaient de citernes, de moulin à huile, de bains, de colombiers, d’étable, de lieux de culte, d’abris pour les périodes de troubles et, à la périphérie des villes, de zones funéraires. Certaines des chambres les plus vastes présentent des voutes en arche et leur piliers de soutènement.

  • Anglais
  • Français
Les grottes de Maresha et de Bet-Guvrin en basse Judée, un microcosme du pays des grottes © Tsvika Tsuk
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

La présence en basse Judée d’un sous-sol de calcaire crayeux épais et homogène a permis la réalisation de nombreuses grottes creusées et aménagées par l’homme. Le bien comprend une sélection très complète de chambres et de réseaux souterrains artificiels, aux formes et aux fonctions diversifiées. Ils sont situés dans le sous-sol des cités antiques jumelles de Maresha et Bet-Guvrin, et à leurs abords, constituant une « ville sous la ville ». Ils témoignent d’une succession de périodes historiques de creusement et d’usage, pendant 2 000 ans. Les excavations étaient en premier lieu des carrières, puis elles furent aménagées pour des activités agricoles et artisanales diversifiées, comprenant des moulins à huile, des colombiers, des étables, des citernes et des canaux souterrains, des bains, des ensembles funéraires et des lieux de culte, des caches pour des périodes troubles, etc. Par sa densité, sa diversité d’usage, son utilisation pendant deux millénaires et la qualité de son état de conservation, l’ensemble atteint une valeur universelle exceptionnelle.  

Critère (v) : Le site archéologique souterrain de Maresha – Bet-Guvrin témoigne d’un exemple éminent d’utilisation traditionnelle d’un sous-sol crayeux, par l’établissement de grottes artificielles et de réseaux favorables à de multiples usages économiques, sociaux et symboliques, de l’Âge du fer aux Croisades. 

Intégrité

L’intégrité du bien s’exprime en premier lieu par la diversité des excavations et des aménagements destinés à des usages économiques, sociaux, funéraires et symboliques variés. Elle s’exprime également par la densité exceptionnelle des aménagements souterrains qui se retrouve au niveau des deux cités archéologiques antiques de Maresha et Bet-Guvrin. L’intégrité du bien concerne aussi ses relations avec l’extérieur et la conservation d’un paysage de ruines antiques dans un environnement de végétation méditerranéenne bien préservé. 

Authenticité

Les aménagements souterrains de Maresha – Bet-Guvrin sont authentiques. Ils ont été bien préservés, d’abord par la qualité de leur conception architecturale au moment de leur creusement, ensuite par l’entretien d’un usage prolongé, enfin par un abandon prolongé et de nombreux comblements naturels qui les ont préservés. Cette authenticité est toutefois relativement fragile, avec des risques d’infiltration d’humidité conduisant à de possibles effondrements de voûtes. Il est par ailleurs nécessaire de poursuivre une politique de restauration sobre, évitant les surinterprétations possibles de la reconstruction, et de consolidations techniquement nécessaires mais dans le respect de l’authenticité perçue par le visiteur. 

Eléments requis en matière de protection et de gestion

Le système de gestion du parc national archéologique de Maresha – Bet-Guvrin est en place depuis de nombreuses années et il fonctionne de manière efficace. Il dépend de l’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA) et il bénéficie de son système de protection qui vaut aussi pour la plus grande partie de la zone tampon. La réglementation de celle-ci est complétée par un Plan national forestier et des directives sur la limitation des volumes et des hauteurs d’éventuelles constructions. La conservation des éléments culturels est garantie par l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) et elle bénéficie de spécialistes pour des questions très techniques comme le suivi des roches formant les parois et les voûtes des grottes menacées. Le projet de développement touristique prend appui sur une longue tradition et il est bien maîtrisé.