jump to the content

Secteur central de la cité impériale de Thang Long-Hanoï

Central Sector of the Imperial Citadel of Thang Long - Hanoi

The Thang Long Imperial Citadel was built in the 11th century by the Ly Viet Dynasty, marking the independence of the Dai Viet. It was constructed on the remains of a Chinese fortress dating from the 7th century, on drained land reclaimed from the Red River Delta in Hanoi. It was the centre of regional political power for almost 13 centuries without interruption. The Imperial Citadel buildings and the remains in the 18 Hoang Dieu Archaeological Site reflect a unique South-East Asian culture specific to the lower Red River Valley, at the crossroads between influences coming from China in the north and the ancient Kingdom of Champa in the south.

Secteur central de la cité impériale de Thang Long-Hanoï

La cité impériale de Thang Long, édifiée au XIe siècle par la dynastie Viêt des Ly, concrétise l'indépendance du Dai Viêt. Elle a été construite sur les vestiges d'une citadelle chinoise remontant au 7e siècle, dans les terrains drainés du delta du fleuve Rouge à Hanoï. Elle fut le lieu du pouvoir politique régional de manière continue pendant près de treize siècles. Les édifices de la cité impériale et les vestiges de la zone archéologique 18 Hoang Diêu expriment une culture originale du Sud-Est asiatique propre à la basse vallée du fleuve Rouge, à l'intersection des influences venues de la Chine, au nord, et de l'ancien royaume du Champa au sud.

مدينة ثانغ لونغ الإمبراطورية في هانوي

بنت سلالة لي فيت مدينة ثانغ لونغ الإمبراطورية في القرن الحادي عشر، مما طبع بداية استقلال فيتنام الكبرى أو داي فيت. وتم تشييد هذه المدينة على أنقاض قلعة صينية تعود إلى القرن السابع في أراضٍ تابعة لدلتا النهر الأحمر في هانوي تم صرف مياهها لأغراض البناء. وكانت هذه المدينة مركز السلطة السياسية الإقليمية لحوالى 13 قرناً، من دون انقطاع. وتعكس مباني المدينة الإمبراطورية والأنقاض الموجودة في الموقع الأثري بشارع هوانغ ديو رقم 18 ثقافة فريدة في جنوب شرق آسيا يتفرد بها الجزء السفلي لوادي النهر الأحمر الذي كان بمثابة ملتقى للاتجاهات الآتية من الصين شمالاً، ومملكة شامبا القديمة جنوباً.

source: UNESCO/ERI

河内升龙皇城

河内升龙皇城成为被列入教科文组织《世界遗产名录》的第900个遗址。皇城建于11世纪越南李王朝时期,是“大越”独立的标志。此处原是公元7世纪时,由中国在红河三角洲的一块土地上排水而建的一座城堡。直至13世纪,这里一直是区域政治权力中心。皇城建筑物与黄耀街18号考古遗址反映了东南亚——确切地说红河下游河谷——在北部的中国与南部的占城古王国交互影响下出现的独特文化。

source: UNESCO/ERI

Императорская цитадель Тханг Лонг, Ханой

Императорская цитадель Тханг Лонг стала 900-м объектом культуры, занесенным в Список Всемирного наследия ЮНЕСКО. Крепость была построена в 11-м веке, в эпоху династии Ли Вьет как символ независимости королевства Даи Вьет. Она была построена на развалинах китайской крепости седьмого века, на осушенных землях, отвоеванных в дельте Красной реки у Ханоя. На протяжении почти 13 веков это был бессменный центр региональной политической власти. Сооружения Императорской цитадели и развалины, сохранившиеся на территории археологического памятника 18 Хоанг Дьё, отражают уникальную культуру Юго-Восточной Азии, характерную для нижней части долины Красной реки, где слились культурное влияние Китая, распространявшегося с севера, и древнего королевства Чампа – с юга.

source: UNESCO/ERI

Ciudad imperial de Thang Long-Hanoi

La ciudadela imperial de Thang Long-Hanoi (Viet Nam) se convirtió en el sitio número 900 inscrito en la Lista del Patrimonio Mundial de la UNESCO. Fue edificada en el siglo XI por la dinastía Viêt de los Ly para concretizar la independencia del Dai Viêt. Fue construida en los vestigios de una fortaleza china del siglo VII en terrenos drenados del delta del Río Rojo, en Hanoi. Durante casi trece siglos fue sede del poder político regional. Los edificios de la ciudad iperial y los vestigios de la zona arqueológica 18 Hoang Diêu son la expresión de una cultura original del sureste asiático, propia del bajo valle del Río Rojo, en la intersección de influencias venidas de China, en el norte, y del antiguo valle de Champa, en el sur.

source: UNESCO/ERI

Centrale gedeelte van de keizerlijke citadel van Thang Long - Hanoi

De keizerlijke citadel van Thang Long werd gebouwd in de 11e eeuw door de dynastie Ly Viet ter gelegenheid van de onafhankelijkheid van de Dai Viet. De citadel werd gebouwd op de overblijfselen van een uit de 7e eeuw daterend Chinees fort dat zich bevond op drooggelegd land, teruggewonnen van de Rode Rivierdelta van Hanoi. Gedurende bijna 13 eeuwen was hier vrijwel onafgebroken het centrum van de regionale politieke macht gevestigd. De keizerlijke citadelgebouwen weerspiegelen een unieke Zuid-Oost-Aziatische cultuur, kenmerkend voor de lagere Rode Riviervallei; een kruispunt tussen de invloeden uit China in het noorden en het oude koninkrijk van Champa in het zuiden.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Néerlandais
Secteur central de la cité impériale de Thang Long-Hanoï © Our Place
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Le Secteur central de la cité impériale de Thang Long-Hanoï, situé au cœur de la capitale du Viet Nam, est la partie la plus essentielle et la mieux préservée de l'ancienne citadelle impériale de Thang Long.

La cité impériale de Thang Long fut édifiée au XIe siècle par la dynastie Vietnamienne des Ly, concrétisant l'indépendance du Dai Viêt. Elle fut construite sur les vestiges d'une citadelle chinoise datant du VIIe siècle, dans les terrains drainés du delta du fleuve Rouge, à Hanoï. Elle fut le lieu du pouvoir politique régional de manière continue, pendant près de treize siècles.

Les édifices de la cité impériale et les vestiges de la zone archéologique 18 Hoang Diêu expriment une culture originale du Sud-Est asiatique, propre à la basse vallée du fleuve Rouge, à l'intersection des influences venues de la Chine, au nord, et de l'ancien royaume du Champa au sud.

La citadelle impériale de Thang Long est caractérisée par la longévité et la continuité de l'exercice du pouvoir, dont témoignent les différents niveaux archéologiques et les monuments.

Critère (ii): Le Secteur central de la cité impériale de Thang Long-Hanoï témoigne de la rencontre d'influences venues notamment de Chine au nord et du royaume du Champa au sud. Il exprime un ensemble d'échanges culturels importants qui ont façonné une culture originale dans la basse vallée du fleuve Rouge.

Critère (iii) : La cité impériale de Thang Long et le site archéologique de 18 Hoang Diêu témoignent de la longue tradition culturelle des populations Viêt installées dans le delta et la basse vallée du fleuve Rouge. Ce fut un centre de pouvoir continu du VIIe siècle jusqu'au temps présent.

Critère (vi) : La Cité impériale de Thang Long à Hanoï est directement associée, par sa fonction politique et son rôle de symbole, à des événements culturels et historiques nombreux et importants, ainsi qu'à des expressions artistiques et à des conceptions morales, philosophiques et religieuses de premier plan. La succession de ces événements marque le processus de formation et de développement d'une nation indépendante sur plus de mille ans, y compris la période coloniale et les deux guerres contemporaines pour l'indépendance et la réunification du Vietnam.

Intégrité 

La continuité d'un usage politique est démontrée par les éléments archéologiques mis à jour et par les éléments bâtis plus tardifs de la citadelle Thang Long. Malgré le côté lacunaire et pas toujours très visible des témoignages présents, les conditions d'intégrité en termes architectural, structurel et paysager du bien sont acceptables. Les vestiges archéologiques très prometteurs du site 18 Hoang Diêu doivent être complétés par un programme d'étude à l'échelle du bien pour une confirmation de l'intégrité archéologique.

Authenticité 

Le degré d'authenticité exprimé par l'architecture de Thang Long est convenable pour les bâtiments de la fin du XIXe et du XXe siècle. Les bâtiments plus anciens, remontant aux périodes dynastiques, notamment les portes Doan Mon et Bac Mon, le palais Hau Lau, ont été restaurés et modifiés. Toutefois, ces modifications sont liées à l'histoire politique du bien. L'authenticité archéologique du bien, sur la longue durée de l'histoire de la citadelle de Thang Long, est de bon niveau même si elle s'exprime à partir d'un territoire réduit de fouilles. Le degré d'authenticité de l'architecture est variable suivant les périodes considérées, étant plus satisfaisante pour les bâtiments coloniaux et contemporains.

Mesures de protection et de gestion

La protection juridique du bien dépend prioritairement de deux lois : la Loi sur le patrimoine culturel (2001) qui assure la protection des différentes composantes mobilières et immobilières reconnues du bien et la Loi sur la construction pour tous les travaux et projets. Lorsque l'application des deux lois vient en concurrence, comme pour un éventuel projet sur le territoire du bien proposé pour inscription, la Loi sur la gestion du patrimoine est prééminente. La protection légale en place est appropriée pour le bien, mais elle doit être complétée et une zone tampon élargie doit être envisagée.

L'autorité de gestion est bien définie et est déjà fonctionnelle: en 2006, le Comité populaire de Hanoï a confié la responsabilité de la gestion du bien à la Co Loa et au Centre de préservation des vestiges Thang Long, aussi appelé Centre Thang Long. Les orientations générales du Plan de gestion sont satisfaisantes. Celui-ci doit toutefois être promulgué et le volet des études archéologiques doit être renforcé et élargi. Par ailleurs, les qualifications professionnelles des personnels impliqués dans la conservation du bien doivent être renforcées.

Description historique

Les Viêt ou Kinh, ethnie majoritaire du Vietnam actuel, se considèrent comme un peuple constitué depuis la création du monde, pour laquelle ils ont leur propre cosmogonie. Sur un plan légendaire, la fondation de l'empire remonterait au début du IIIe millénaire av. J.-C., lorsqu'une quinzaine de rois et de reines de la région se réunirent pour élire le premier empereur du Nam Viêt (pays des Viêt du Sud).

Durant le VIe siècle av. J.-C., un royaume indépendant se constitue, connu sous le nom de Van Lang, à cheval sur le Guandong et le nord du Vietnam actuels. Les premières traces écrites indiquant une implantation humaine permanente dans le delta du fleuve Rouge datent de 211 av. J.-C. Une société rurale très avertie des questions hydrauliques s'y développe, à l'intersection d'influences culturelles venant de l'espace chinois, au nord, et des civilisations du sud-est et du sud de l'Asie.

Sous la pression de la dynastie des Han, le royaume Viêt se réduit à la basse vallée du fleuve Rouge, finalement conquise en 111 av. J.-C. Il devient alors l'un des royaumes des marches sud de l'Empire chinois, sous son contrôle politique et culturel qui dura près de mille ans. La dernière phase de cette longue période de l'histoire vietnamienne est connue sous le nom d'époque Dai La. C'est à ce moment-là que fut érigée une première citadelle chinoise, sur le site d'Hanoï, attestée par la présence de puits et de vestiges allant du VIIe au IXe siècle.

La domination chinoise sur le delta et la basse vallée du fleuve Rouge s'achève au cours du Xe siècle, avec le retour d'une dynastie autonome (Dinh-Lê) et l'affirmation du royaume indépendant du Dai Viêt, dans la basse vallée du fleuve Rouge. Le développement d'une nouvelle citadelle, Thang Long, sur l'emplacement de l'ancienne, concrétise cette indépendance au début du XIe siècle (dynastie Ly). La citadelle est ceinte d'un mur de défense et elle entoure la cité interdite, reconstruite en briques et agrandie (1029). Lieu du pouvoir et résidence royale, la citadelle reprend le plan chinois. Elle illustre toutefois les principes géomantiques propres à l'histoire et à la culture des Viêt. Parallèlement à l'affirmation du royaume Dai Viêt, à la fin du Ie millénaire, le royaume du Champa, de populations et d'influences culturelles venues de l'océan Indien, s'est développé dans le centre et le sud du Vietnam actuel. Il est lui-même en contact avec le puissant Empire khmer, en pleine expansion. Il est un relais essentiel de la diffusion des cultures venues de l'Inde et du sud de l'Asie dans le Sud-Est asiatique, du bouddhisme notamment.

La longue histoire de cette région du fleuve Rouge inférieur, et plus particulièrement de la citadelle formant le bien, est caractérisée par une interaction continuelle des populations Viêt avec les différentes dynasties chinoises, leurs traditions confucéennes et taoistes, mais aussi avec le royaume de Champa, au sud, marqué par des traditions bouddhistes. Il s'agit d'une civilisation essentiellement agraire, ayant acquis un haut degré de maîtrise du drainage, de l'endiguement et de l'hydraulique agricole.

Durant les dynasties Ly (1010-1225) et Tran (1225- 1400), la culture bouddhiste se répand et joue un rôle essentiel dans le développement des institutions comme de la vie sociale et religieuse. Le royaume Dai Viêt étend son influence et se développe. Le changement de dynastie, au profit des Lê (1428-1789), entraîne un retour des valeurs confucéennes et une accélération du développement, notamment au XVe siècle. Hanoï est alors l'un des ports les plus importants du Sud-Est asiatique. L'érection du palais Kinh Thien, au coeur de la cité interdite, est un achèvement de l'architecture et d'un urbanisme du pouvoir propre à la culture Viêt. La citadelle atteint son extension maximale aux XVIe - XVIIe siècles, alors que se développe un faubourg d'artisans et de commerçants au service du pouvoir. La citadelle Thang-Long et tout particulièrement la cité interdite jouent alors, dans la tradition confucéenne, un rôle essentiellement politique, administratif et d'expression de l'étiquette royale. C'est aussi la période de conquête du royaume du Champa, au sud, donnant une dimension véritablement impériale à la dynastie. Toutefois, à compter du milieu du XVIIe siècle, un changement politique intervient progressivement. L'empereur joue de plus en plus un rôle symbolique, alors que le pouvoir réel est exercé par deux puissantes familles, les Trinh au nord et les Nguyen au sud. Ces derniers l'emportent au tout début du XVIIIe siècle, établissant une nouvelle dynastie, mais dont la nouvelle capitale est Hué, plus centrale.

Thang Long demeure toutefois la citadelle du Nord, résidence de l'empereur lors de ses déplacements dans la région. Son système de fortification est reconstruit (1805) suivant le modèle européen de Vauban.

Les troupes coloniales françaises étaient présentes dans le sud du Vietnam actuel depuis les années 1860. Elles entreprennent la conquête du Nord au début des années 1880. Thang Long redevient le centre du pouvoir. C'est en particulier le quartier général des troupes coloniales pour le vaste ensemble régional de l'Indochine française (Vietnam, Laos et Cambodge actuels). De nombreux palais sont reconstruits dans un style européen, généralement néoclassique, à l'image du palais Kinh Thien, ancien coeur de la cité interdite (1886). Le palais du gouverneur est érigé (zone tampon) ; les fortifications sont rasées au profit d'un urbanisme de type européen, comprenant de grands boulevards à la périphérie et dans le périmètre de l'ancienne citadelle (fin XIXe siècle).

Après la guerre d'indépendance (1954) et la division du Vietnam en deux entités, le pouvoir du Viêt Min s'installe à Hanoï et l'ancienne cité interdite devient le quartier général du Vietnam du Nord. Au cours de la seconde guerre, contre le Vietnam du Sud et les États-Unis, le bunker souterrain de commandement D67 est installé dans l'espace du palais Kinh Thien (1967).

Entre 1994 et 2004, le ministère de la Défense a progressivement abandonné son usage du bien, le vouant à un rôle culturel et historique. Le terrain du 18 rue Hoang Diêu, initialement destiné à la construction de l'Assemblée nationale, a révélé une richesse archéologique exceptionnelle (2002). Le projet est maintenu, mais sur une portion réduite du terrain initial.

Source : évaluation des Organisations consultatives