English Français
Aidez maintenant !

Chemin de fer rhétique dans les paysages de l’Albula et de la Bernina

Rhaetian Railway in the Albula / Bernina Landscapes

Rhaetian Railway in the Albula / Bernina Landscapes, brings together two historic railway lines that cross the Swiss Alps through two passes. Opened in 1904, the Albula line in the north western part of the property is 67 km long. It features an impressive set of structures including 42 tunnels and covered galleries and 144 viaducts and bridges. The 61 km Bernina pass line features 13 tunnels and galleries and 52 viaducts and bridges. The property is exemplary of the use of the railway to overcome the isolation of settlements in the Central Alps early in the 20th century, with a major and lasting socio-economic impact on life in the mountains. It constitutes an outstanding technical, architectural and environmental ensemble and embodies architectural and civil engineering achievements, in harmony with the landscapes through which they pass.

Chemin de fer rhétique dans les paysages de l’Albula et de la Bernina

Le chemin de fer rhétique dans le paysage de l’Albula et de la Bernina rassemble deux lignes ferroviaires historiques qui traversent les Alpes suisses par deux cols. Ouverte en 1904, la ligne de l’Albula, dans le nord de la partie nord-ouest du site, fait 67 km de long. Elle comporte un ensemble impressionnant d’ouvrages avec 42 tunnels et galeries couvertes et 144 viaducs et ponts. Les 61 km de la ligne de la Bernina totalisent 13 tunnels et galeries ainsi que 52 viaducs et ponts. Le bien montre une utilisation exemplaire du chemin de fer pour désenclaver les Alpes centrales au début du XXème siècle; ces deux lignes ferroviaires ont eu un impact socio-économique durable sur la vie en montagne. Les deux lignes présentent un ensemble technique, architectural et environnemental exceptionnel. Elles incarnent des réalisations architecturales et de génie civil en harmonie avec les paysages qu’elles traversent.

خطوط السكك الحديد الريتية في مشهد ألبولا وبرنينا (سويسرا/إيطاليا)

يجمع الموقع خطين تاريخيين للسكك الحديدية يجتازان جبال الألب السويسرية عبر ممرين جبليين. افتتح خط ألبولا في عام 1904، في شمال الجزء الشمالي الغربي للموقع، ويبلغ طوله 67 كلم. يحوي مجموعة مدهشة من الأعمال الهندسية، مع 42 نفقاً وممراً مسقوفاً، و144 قنطرة وجسراً. أما خط برنينا، الذي يبلغ طوله61 كلم، فيشمل 13 نفقاً وممراً، علاوة على 52 قنطرة وجسراً. الموقع خير مثال عن أفضل استخدام لخطوط السكة الحديدية لكسر عزلة أجزاء الألب الوسطى في بداية القرن العشرين، علماً أن خطي السكك الحديدية تركا أثراً اقتصادياً واجتماعياً مستداماً على الحياة في الجبال. وهما يمثلان مجموعة تقنية وهندسية وبيئية استثنائية. كما يشكلان إنجازات معمارية وفي مجال الهندسة المدنية تنسجم تماماً مع المشاهد التي يعبرانها.

source: UNESCO/ERI

Ретийская железная дорога в культурном ландшафте Альбулы и Бернины

В этот объект входят две железнодорожные линии, пересекающие два перевала швейцарских Альп. Они имеют историческое значение. Железная дорога Альбулы была открыта в 1904 году и проходит по северу западной части объекта. На всей ее 67-километровой протяженности встречается большое количество конструкционных сооружений, включая 42 туннеля и крытых галереи, 144 виадука и моста. 61 км линии Бернины насчитывают 13 туннелей и галерей, 52 виадука и моста. Объект является показательным примером использования железной дороги в целях выведение центральных Альп из изоляции в начале ХХ века и создания здесь условий для устойчивого социально-экономического развития. Эти две линии - выдающиеся технические и архитектурные комплексы. Они воплощают собой сооружения архитектуры и гражданского строительства, выполненные в гармонии с окружающим их природным ландшафтом.

source: UNESCO/ERI

Ferrocarril rético en el paisaje de los ríos Albula y Bernina

Este sitio agrupa dos líneas ferroviarias históricas que cruzan los Alpes suizos por dos puertos de montaña. Inaugurada en 1904, la línea del Albula está situada en la parte nordeste del sitio y tiene 67 km de longitud. Comprende un conjunto impresionante de obras de ingeniería formado por 42 túneles y galerías cubiertas y 144 puentes y viaductos. La línea del Bernina tiene 61 km y cuenta con 13 túneles y galerías y 52 puentes y viaductos. El sitio es un ejemplo notable de la utilización del ferrocarril, a principios del siglo XX, para acabar con el aislamiento de las poblaciones de los Alpes centrales e inducir un cambio socioeconómico duradero en la vida de los montañeses. Este ferrocarril es una realización excepcional en el plano técnico, arquitectónico y ambiental, que encarna los logros que pueden alcanzar la arquitectura y la ingeniería civil en perfecta armonía con el paisaje circundante.

source: UNESCO/ERI

レーティシュ鉄道アルブラ線・ベルニナ線と周辺の景観

source: NFUAJ

Rhätische spoorweg in de Albula en Bernina landschappen

Het Rhätische spoorweggebied brengt twee historische spoorlijnen samen die de Zwitserse Alpen doorkruisen via twee bergpassen. De Albula spoorlijn werd in 1904 geopend in het noordwestelijke deel en is 67 kilometer lang. Het beschikt over een indrukwekkende reeks van bouwwerken, waaronder 42 tunnels en overdekte galerijen en 144 viaducten en bruggen. De Bernina spoorlijn heeft 13 tunnels en galerijen en 52 viaducten en bruggen. Het gebied is een voorbeeld van hoe het spoor gebruikt is om de isolatie te doorbreken van de nederzettingen in de centrale Alpen begin 20e eeuw. Met grote en duurzame sociaaleconomische gevolgen voor het leven in de bergen.

Source : unesco.nl

  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Chemin de fer rhétique dans les paysages de l’Albula et de la Bernina
Valeur universelle exceptionnelle

Le Chemin de fer rhétique dans les paysages de l’Albula et de la Bernina représente un aménagement ferroviaire exemplaire pour le désenclavement des Alpes centrales, au début du XXe siècle. Ses conséquences socio-économiques ont été importantes et durables pour la vie en montagne, les échanges humains et culturels, l’évolution du rapport de l’homme à la nature en Occident. Le Chemin de fer rhétique offre une large diversité de solutions techniques pour l’établissement de la voie ferrée dans des conditions montagneuses souvent sévères. C’est une réalisation bien conçue et dont la réalisation est de grande qualité. Son homogénéité stylistique et architecturale est remarquable. L’ensemble ferroviaire s’inscrit en outre d’une manière particulièrement harmonieuse dans les paysages alpins traversés.

Critère (ii) : Le chemin de fer rhétique de l’Albula et de la Bernina forme un ensemble technique, architectural et environnemental exceptionnel. Ces deux lignes aujourd’hui unifiées dans une voie transalpine unique présentent un ensemble de solutions innovantes très complet et très diversifié qui témoigne d’échanges culturels considérables dans le développement des technologies ferroviaires adaptées à la montagne, dans ses réalisations architecturales et de génie civil, dans son accord esthétique avec les paysages traversés.

Critère (iv) : Le chemin de fer rhétique de l’Albula et de la Bernina illustre d’une manière très significative le développement des lignes ferroviaires de montagne dans la première décennie du XXe siècle, à de hautes altitudes. Il en donne un exemple achevé et de grande qualité, à la base d’un développement de longue durée des activités humaines en montagne. Il offre des paysages diversifiés en association avec le chemin de fer et significatifs de cette période d’épanouissement d’une relation entre l’homme et la nature.

Les infrastructures ferroviaires des lignes de l’Albula et de la Bernina forment un ensemble authentique et intègre. Son fonctionnement technique et son entretien en assurent une conservation durable et de qualité. La Compagnie du chemin de fer rhétique qui les a unifiés et qui les gère techniquement a apporté des changements techniques et des innovations compatibles avec le concept d’authenticité des biens technologiques toujours en usage.

La protection juridique en place est appropriée. Le système de gestion du bien est satisfaisant tout en souhaitant un renforcement de la présentation au public des fondements patrimoniaux du bien.

Description historique

L'implantation humaine dans cette région des Alpes remonte certainement au néolithique. L'âge du Bronze représente une étape de peuplement importante, en lien avec la présence de mines. Des communautés sont alors présentes dans le Haut Engadine. Les routes transalpines existent, pour des échanges commerciaux qui se poursuivent à l'âge du fer, entre les Etrusques et les Celtes, puis après la conquête romaine (15 av. J.-C.).

Durant le Moyen Âge, la route transalpine est un élément important d'identité pour les communautés montagnardes, qui participent au transport dans les cols et qui sont en charge de l'entretien, contre des redevances de péage.

Au XVe et au début du XVIe siècle, le contrôle du futur canton des Grisons (Dreï Buden) s'étend sur l'ensemble des deux cols de l'Albula et de la Bernina, notamment du val Veltin au sud-est du col de la Bernina.

Toutefois, la route de l'Albula/Bernina ne figure pas dans les grandes routes romaines et sa première mention remonte au haut Moyen Âge, en lien avec les mines. D'autres routes transalpines existent alors pour relier le Haut Engadine aux basses vallées.

La route de l'Albula/Bernina n'existe vraiment qu'à compter du XVIe siècle, dans le cadre de la poste française, pour le maintien d'une route sûre entre Paris et Venise.

La construction de routes de franchissement des Alpes, au sens moderne de voies charretières à pentes régulières et de passages sécurisés par des travaux de génie civil, apparaît au début du XIXe siècle, dans la suite des campagnes italiennes de Napoléon Bonaparte, notamment le col du Saint-Bernard en Suisse (achevé en 1820). La route du col de la Bernina est achevée en 1842 et celle de l'Albula en 1866. Un véritable relais d'étape est construit en 1871 (Hospice de la Bernina).

Le premier hôtel est construit à Saint-Moritz en 1857 et la même année au lac de Poschiavo, en lien direct avec la route. Le tourisme d'été se développe alors, apportant de nouveaux loisirs à l'aristocratie et à la haute bourgeoisie, notamment sous l'influence des élites britanniques. On compte quatre « Grands hôtels » à Saint-Moritz en 1900. Le besoin de transports accrus et plus réguliers, en hiver notamment, devient une nécessité qui conditionne tant l'avenir économique des populations de montagne que le développement d'une activité touristique prometteuse.

La création d'un embranchement, à traction vapeur, pour relier le réseau métrique déjà existant dans le canton des Grisons au Haut Engadine est étudié au cours des années 1890, au départ de Thusis via un tunnel sous le col de l'Albula. D'importants enjeux économiques et culturels sont présents, pour l'avenir de cette région d'altitude et pour la cohésion culturelle et linguistique du canton des Grisons. Le chemin de fer est construit à compter de 1898 et il ouvre en 1904, sous la responsabilité de la Compagnie des chemins de fer rhétiques, sous le contrôle du canton. Les hautes vallées sont alors reliées entre elles par un véritable réseau métrique régional, dont le bien proposé pour inscription forme la partie la plus spectaculaire. Il rejoint la capitale cantonale, Coire (Chur), où il est connecté au réseau général helvétique à voie normale.

Le trafic rapidement croissant est assuré dans un premier temps par la traction vapeur, notamment grâce aux excellentes machines de montagne du constructeur suisse Anatole Mallet, mondialement connu. L'efficacité de la traction électrique a cependant fait ses preuves en montagne, dès les années 1900-1910, en Suisse et ailleurs. Un programme d'électrification en alternatif monophasé est envisagé pour la ligne de l'Albula en 1913, et il est réalisé en 1919.

Le chemin de fer du col de la Bernina est envisagé un peu après celui de l'Albula, mais il est basé sur d'autres conceptions techniques (voir description du bien) et il est construit par une autre compagnie. Ils seront toutefois de même écartement, mais les motrices et les convois ne sont pas alors compatibles : courant continu pour l'un mais vapeur puis courant alternatif pour l'autre, rayons de courbure et gabarit du passage moindres sur la ligne de la Bernina.

Suite aux difficultés économiques liées à la Seconde Guerre mondiale, la ligne de la Bernina passa sous le contrôle des Chemins de fer rhétiques en 1944. La tension continue est alors portée de 750 V à 1000 V ; le gabarit est élargi ; puis, récemment, des motrices et des rames aptes à fonctionner sur les deux systèmes électriques sont mises en place, apportant tardivement une fonction transalpine réelle aux deux lignes historiques. De nouveaux élargissements de gabarit sont en cours, entraînant des modifications des ouvrages d'art (voir 3, authenticité).

L'ouverture des lignes ferroviaires a accompagné et soutenu une activité touristique exceptionnelle, notamment dans le développement des sports d'hiver, dont Saint-Moritz peut être considéré comme l'un des grands sites fondateurs.

Il s'ensuit un second boom hôtelier dans la période précédant la Première Guerre mondiale.

Le rôle remarquable joué par la région de Saint-Moritz dans la création et le développement des sports d'hiver est consacré par l'organisation des premiers jeux olympiques d'hiver en 1928 et à nouveau en 1948.

Source : évaluation des Organisations consultatives