English Français
Aidez maintenant !

Décisions du Comité

CONF 204 XIV.2

Demandes d'assistance internationale : Formation

XIV.2 Demandes d'assistance internationale

Le Bureau s'est réuni pendant la vingt-quatrième session du Comité, après approbation du budget d'assistance technique pour l'année 2001 - chapitre III -, afin de prendre ou de recommander au Comité des décisions concernant les demandes d'assistance internationale. L'attention du Comité et du Bureau a été attirée sur le document WHC-2000/CONF.204/17. 6 demandes de décisions de la part du Comité et 14 demandes de décision de la part du Bureau ont été examinées et ont abouti aux décisions suivantes. On trouvera ci-après toutes les décisions prises par le Bureau et le Comité concernant ces demandes :

 

(iii) Formation

Patrimoine naturel

2001-458 Cameroun

« Trois bourses d'études pour des spécialistes africains en gestion des aires protégées/de la faune sauvage pour l'année universitaire 2001-2002»

Sur la recommandation du Bureau, le Comité a approuvé la somme de 45 000 dollars EU pour trois bourses d'étude pour des spécialistes africains en gestion des aires protégées/ de la faune sauvage pour deux années universitaires (2001 - 2003) à l'Ecole de formation de spécialistes de la faune sauvage de Garoua, au Cameroun.

2001-431 Malawi

« Renforcement des compétences pour le Parc national du Lac Malawi »

Conformément à la recommandation de la vingtquatrième session du Bureau, le Comité a approuvé une somme de 37 094 dollars EU pour l'activité proposée.

2001 - 457 République unie de Tanzanie

« Trois bourses d'études pour des spécialistes africains en gestion des aires protégées/faune sauvage pour l'année universitaire 2001-2002»

Le Bureau a approuvé une somme de 30 000 dollars EU pour soutenir trois bourses d'étude au Mweka College of African Wildlife Management, pour l'année universitaire 2001-2002.

 

Patrimoine culturel

2001-445 Pakistan

« Cours de formation pour l'analyse technique physique, chimique et biologique des problèmes liés à la conservation des monuments archéologiques en brique et pierre»

Le représentant de l'ICCROM a indiqué au Bureau que l'activité proposée était un stage de formation national important destiné à des professionnels. Mais il recommande que l'activité proposée soit élargie et ouverte à des participants de la région qui pourraient bénéficier de l'activité sur des sites du patrimoine mondial. Il a précisé au Bureau que l'ICCROM serait prêt à fournir des conseils techniques pour reformuler le programme du stage de formation proposé.

Le Bureau a approuvé un montant de 22 000 dollars EU, sous réserve que l'Etat partie mette en oeuvre cette activité au niveau sous-régional, en coopération étroite avec l'ICCROM, le bureau de l'UNESCO à Bangkok et le Centre du patrimoine mondial.

2001-442 Norvège

« Culture, gestion du patrimoine et tourisme : modèles de coopération entre acteurs. Atelier sur la conception de modèles de coopération»

L'ICCROM a informé le Bureau que, dans le principe, la demande méritait d'être soutenue, dans la mesure où l'activité proposée s'inscrit dans le cadre de l'activité actuellement entreprise par le Conseiller régional de l'UNESCO pour la culture en Asie & Pacifique sous le titre « Développement social intégré et préservation des sites du patrimoine culturel en Asie et dans le Pacifique par des efforts au niveau local (LEAP) ». Lancé en 1997, ce projet repose sur la compréhension des conditions et problèmes spécifiques à la région et a donné des résultats dans le domaine de la formation des responsables de sites régionaux et de leurs partenaires, en particulier sur les aspects de la gestion des sites liés à l'accroissement de la sensibilisation. Le programme couvre une grande variété de questions liées à la conservation, des zones historiques aux paysages culturels, des problèmes de gestion des sites aux problèmes du tourisme. La présente demande concerne le tourisme. Tout en soutenant le contenu technique de la demande, l'ICCROM a recommandé que la contribution du Fonds du patrimoine mondial se limite aux frais de transport des participants de pays en développement.

Le Bureau a indiqué que de telles demandes devraient être soumises par le pays d'accueil ou avec son aval.

Le Délégué de la Chine a informé le Bureau que son gouvernement soutenait dans le principe l'activité proposée qui semble bien organisée et qui devrait profiter à un grand nombre d'Etats parties de la région Asie- Pacifique ; il a exprimé sa gratitude au gouvernement norvégien pour les initiatives prises en vue de renforcer les capacités des responsables de sites de la région Asie- Pacifique. Cependant, en tant que pays d'accueil potentiel de l'atelier proposé, il a recommandé que son gouvernement et les collectivités locales du site de Lijiang soient officiellement consultés. En outre, la Chine s'est déclarée préoccupée de l'absence de spécialistes venant de la région Asie. Il a demandé que la réunion soit mise dans un contexte mondial plutôt que régional.

Si le Bureau apprécie l'initiative du gouvernement norvégien et du Conseiller régional de l'UNESCO pour la culture en Asie et Pacifique, il a demandé au pays d'accueil de soumettre la demande en consultation avec la Norvège, le Conseiller régional de l'UNESCO pour la culture en Asie et Pacifique et le Centre du patrimoine mondial.

2001-426 Fédération de Russie

« Atelier international sur la préservation et la conservation des structures en bois sur le modèle du projet de restauration de l'Eglise de la Transfiguration du Kizhi Pogost »

2001-460 Fédération de Russie

« Atelier international de formation pour de hauts responsables du patrimoine mondial d'Europe centrale et orientale»

Le Bureau, dérogeant à titre temporaire à l'application des Orientations devant guider la mise en oeuvre de la Convention du patrimoine mondial paragraphe 121, a reporté l'examen des deux demandes de la Fédération de Russie, en raison du montant exceptionnellement élevé des cotisations non réglées par l'Etat partie depuis 1992, soit 1 514 246 dollars EU.

2001-430 Mexique

« Cours sur la conservation et la gestion des sites archéologiques dans les tropiques humides »

L'ICCROM a informé le Bureau que la demande aborde des questions extrêmement importantes par une approche bien conçue, chiffrée avec précision, qui prévoit la diffusion du matériel pédagogique après la formation et qui vise à renforcer les échanges et la coopération au niveau régional. Mais l'ICCROM a également fait remarquer qu'il serait utile de profiter des leçons tirées de cours semblables, organisés dans le passé en Amérique latine et soutenus par le Comité du patrimoine mondial, notamment PAT 96 et PAT 99. Si ce cours pourrait être une expérience pilote sur les tropiques humides, beaucoup de questions soulevées sont communes à la gestion des sites archéologiques dans n'importe quelle partie du monde. En fait, il serait utile d'étudier les précédents en dehors de l'Amérique latine, par exemple le Triangle culturel du Sri Lanka, où de nombreuses approches innovantes de la gestion des sites archéologiques dans les tropiques ont été élaborées. L'ICCROM a en outre informé le Bureau qu'il serait utile de réunir les neuf modules du cours proposé à l'intérieur d'un cadre explicite, encourageant la conservation et la gestion intégrées.

Le Bureau a approuvé la somme de 20 900 dollars EU pour cette activité, recommandant à l'Etat partie de tenir compte des commentaires de l'ICCROM.

 

Documents
PDF Document original de la décision
Contexte de la décision
PDF WHC-00/CONF.204/17
Thèmes : Renforcement des capacités, Assistance internationale
Session : 24COM