Cette conference a eu lieu à Rome du 5 au 9 décembre 2006. Les conclusions ont été rassemblées grâce à la contribution de ICCROM, UNESCO-WHC, UN-WTO et HERITY International.

D'un point de vue culturel il n'existe pas de "pays pauvres": chaque territoire détient en effet une richesse patrimoniale immense et inestimable. Cet héritage constitue la mémoire collective de l'Humanité. En tant que ressource non renouvelable, le patrimoine culturel devrait être géré selon des principes de qualité à même de garantir sa préservation dans un contexte de développement durable.

Dans ce but:

1) Il est aujourd'hui essentiel de faire une classification claire des monuments, des sites et des musées afin de mieux orienter les gestionnaires du tourisme et le public en général et afin de permettre aux visiteurs de mieux comprendre les lieux qu'ils découvrent; ils seront ainsi intéressés à soutenir les efforts de conservation et de gestion du patrimoine culturel et le travail mené dans ce domaine par les spécialistes.

2) Nous recommandons une classification des monuments, des sites, des musées, des bibliothèques et des archives mais nous proposons aussi qu'ils ne soient pas classés en fonction des catégories "biens de première classe" ou "biens de seconde classe", mais qu'ils soient reconnus en fonction de la signification qu'ils représentent pour un groupe social déterminé, ainsi qu'en fonction de leur capacité à transmettre le message qui leur est propre. Ceci permettrait de prendre en considération leurs qualités intrinsèques, leur état de conservation, les aspects de la communication et les services qu'ils offrent. Par conséquent, les systèmes de classification déjà existants devraient être mis à jour et, si possible, uniformisés.

3) Dans ce processus, le tourisme peut devenir un atout fondamental pour les lieux patrimoniaux, parce qu'il peut engendrer une vraie prise de conscience de leur valeur ainsi que générer les ressources financières nécessaires aux efforts de conservation. Pour cette raison, le tourisme et les lieux patrimoniaux devraient être gérés selon des principes de qualité et de durabilité.

4) Afin de réaliser cet objectif, une vraie gestion de qualité du patrimoine culturel devrait, dans un avenir proche, devenir une priorité; de même la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel devraient être considérées comme une responsabilité collective de l'humanité toute entière.