La première partie de la quinzième réunion de la Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB COP 15) a rassemblé des pays pour négocier en vue de l'adoption d'un nouvel accord mondial transformateur visant à mettre un terme à la perte de biodiversité d'ici 2030 (cadre mondial pour la biodiversité post-2020), prévue pour 2022. La réunion hybride, qui s'est tenue du 11 au 15 octobre 2021, a été accueillie par la Chine dans la ville de Kunming sous le thème "Civilisation écologique - Construire un avenir partagé pour toute la vie sur Terre". 

À l'issue du segment de haut niveau auquel ont participé plusieurs chefs d'État, les parties à la CDB ont adopté la déclaration de Kunming afin de maintenir l'élan politique des négociations retardé par la pandémie de COVID-19. Le nouveau cadre pour la biodiversité s'appuierait sur les progrès réalisés avec le plan stratégique 2011-2020 des Nations unies pour la biodiversité et les objectifs d'Aichi en matière de biodiversité.

Dans son message vidéo, M. Ernesto Ottone R., Sous-Directeur général pour la culture de l'UNESCO et Secrétaire de la Convention du patrimoine mondial de 1972 p.i., a souligné la contribution significative de la Convention du patrimoine mondial à la conservation de la biodiversité et à la lutte contre le changement climatique par la sauvegarde de la diversité biologique et culturelle du monde. Les liens étroits entre la nature et la culture ont été soulignés au cours de la COP 15, notamment dans une déclaration faite par un jeune représentant du site du patrimoine mondial du Paysage culturel des rizières en terrasse des Hani de Honghe, en Chine dans le Yunnan.

Une déclaration commune du Groupe de liaison des conventions relatives à la biodiversité (BLG) a été prononcée lors du segment de haut niveau, soulignant l'importance des huit conventions relatives à la biodiversité, dont la Convention du patrimoine mondial, dans la mise en œuvre du prochain Cadre mondial pour la biodiversité. Le Centre du patrimoine mondial et les membres du Comité du patrimoine mondial ont activement contribué à l'élaboration de ce cadre.

Lors de la 44e session élargie du Comité du patrimoine mondial en juillet 2021, également accueillie par la Chine, le Comité a adopté la déclaration de Fuzhou par laquelle les États parties reconnaissent que la perte de biodiversité et la dégradation des écosystèmes constituent un risque majeur pour la survie et le développement de l'humanité et la protection des sites du patrimoine mondial, soulignant l'importance de la COP 15 pour convenir de nouveaux objectifs mondiaux pour la nature. La déclaration appelle en outre à une nouvelle approche des synergies entre les conventions relatives à la culture et à la biodiversité et renforce la solidarité internationale pour préserver notre patrimoine culturel et naturel commun en favorisant une nouvelle relation des êtres humains avec la nature.

Les parties à la CDB poursuivront leurs négociations dans le but d'adopter le Cadre mondial pour la biodiversité pour l’après 2020 lors de la deuxième partie de la COP 15 à Kunming, en Chine, au printemps 2022. 

Message vidéo de M. Ernesto Ottone R., sous-directeur général pour la culture de l'UNESCO et secrétaire de la Convention du patrimoine mondial de 1972 a.i.