Avec le soutien du fonds #SOSAfricanHeritage de la Commission allemande pour l'UNESCO, sept sites du patrimoine mondial de cinq pays d'Afrique de l'Est ont reçu des subventions pour aider à surmonter les effets de la pandémie COVID-19 sur la gestion et la conservation.

Parmi les bénéficiaires figurent le Parc national du Simien en Éthiopie ; les Forêts sacrées de kayas des Mijikenda et le Parc national/Forêt naturelle du Mont Kenya au Kenya ; la  Réserve naturelle intégrale du Tsingy de Bemaraha et Belo-sur-Mer-Kirindy-Mitea à Madagascar ; la Réserve naturelle de la Vallée de Maiaux Seychelles ; et le Parc national du Kilimandjaro en Tanzanie.

Le fonds #SOSAfricanHeritage a invité les sites du Patrimoine Mondial de l'UNESCO et les Réserves de Biosphère de l'UNESCO en Afrique à soumettre des propositions de soutien financier pour surmonter les dégâts causés par la pandémie de la COVID-19. La Commission allemande pour l'UNESCO a reçu 72 demandes de soutien pour un montant de 1,6 million euros avant la date limite, et a pu accorder un financement à 22 projets pour un total de plus de 500,000 euros afin de renforcer la résilience à la COVID-19 dans la région Afrique.

Le soutien financier et technique à court terme de #SOSAfricanHeritage vise à aider à maintenir des structures organisationnelles indépendantes et durables dans ces sites désignés par l'UNESCO avec la participation de la société civile. Les projets sont également encouragés à assurer des espaces dédiés à l'éducation à la citoyenneté mondiale, à la durabilité et à la diversité culturelle.

"Je tiens à exprimer notre sincère gratitude à la Commission allemande pour l'UNESCO pour ce soutien généreux et opportun à la région Afrique. Grâce à cette aide financière ciblée, nous sommes convaincus que les bénéficiaires seront en mesure de renforcer la participation des acteurs locaux et d'améliorer la résilience des sites du patrimoine mondial pendant la pandémie de la COVID-19." Mme Ann Therese Ndong-Jatta, Directrice et Représentante, Bureau régional de l'UNESCO pour l'Afrique.