Du 9 au 12 octobre 2018, les gestionnaires du patrimoine mondial d'Afrique et des Etats arabes se sont réunis au Parc national marin de Sanganeb et Parc national marin de la baie de Dungonab – île de Mukkawar, au Soudan. La Réunion s’est concentrée sur le partage d’expertise, dans le but de trouver un équilibre entre la conservation des valeurs naturelles uniques du site et la réduction de la pauvreté parmi les communautés locales qui dépendent directement de la zone du patrimoine mondial.

Découvrez les photos

Le Parc national marin de Sanganeb et Parc national marin de la baie de Dungonab – île de Mukkawar a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2016. Il comprend un système très diversifié de récifs coralliens, de mangroves, d'herbiers marins, de plages et d'îlots. La baie de Dungonab abrite une population d’importance mondiale de dugongs tandis que le site constitue un habitat pour les oiseaux de mer, les mammifères marins, les poissons, les requins, les tortues et les raies manta.

Au cours des trois journées d’échange, les gestionnaires du Parc national du banc d'Arguin en Mauritanie et du Parc de la zone humide d’iSimangaliso en Afrique du Sud ont partagé leurs expériences de longue date sur la manière d'utiliser le statut de patrimoine mondial pour créer des emplois, générer des revenus et attirer le soutien nécessaire pour la protection environnementale de la biodiversité unique du site du patrimoine mondial. À iSimangaliso, les entreprises de tourisme dans et autour du Parc ont augmenté de plus de 80% au cours des 10 dernières années et, après 18 ans d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial, le Parc génère aujourd’hui 12 000 emplois.

« La réunion d’experts a permis à toutes les parties prenantes de comprendre ce que le concept de patrimoine mondial signifie réellement. Ce fut une expérience unique de découvrir nos nombreuses similitudes avec les sites du patrimoine mondial marin de Mauritanie et d’Afrique du Sud. L’événement a été un grand succès et un excellent point de départ pour que le Soudan se projette dans l'avenir. »
a indiqué Nasr Eldin Mohamed Al Amin, gestionnaire du Parc national marin de Sanganeb et Parc national marin de la baie de Dungonab – île de Mukkawar

Les gestionnaires et les experts ont visité les communautés locales résidant sur le site du patrimoine mondial et ont discuté des moyens d'améliorer les moyens de subsistance grâce à l'écotourisme, de garantir des pratiques de pêche durables et d'attirer des financements pour mettre en œuvre le plan de gestion du site.

Les gestionnaires du patrimoine mondial marin partagent une multitude de solutions et de bonnes pratiques pour faire face aux défis de conservation auxquels ils sont confrontés. Mettre en lien ces expertises et réunir ces exemples de réussite de manière à ce qu’ils puissent être reproduits dans d’autres aires marines constituent des éléments clefs du travail du Programme marin du patrimoine mondial.

La Réunion a été organisée en étroite collaboration avec le bureau de l'UNESCO à Khartoum et la Commission nationale soudanaise pour l'éducation, la science et la culture.

Cette initiative a été rendue possible grâce au Gouvernement des Flandres et au Fonds-en-dépôt des Flandres de l'UNESCO.