English Français

Soutien à la création d’un Réseau de villes historiques en Inde (Indian Heritage Cities Network (IHCN))

This page is not fully available in English, it is available in French.

Le Réseau des villes indiennes (Indian Heritage Cities Network Foundation) a été créé pour sensibiliser décideurs et professionnels, et s’appuie pour cela sur l’expérience française en matière de conservation urbaine, sur le réseau français de villes historiques (ANVPAH & VSSP) et sur la politique active d’incitation à la coopération décentralisée.

De 2006 à 2013, la Convention France-UNESCO grâce à l’appui du ministère français de la Culture, et du ministère français des Affaires étrangères, a apporté un appui à l’UNESCO New-Delhi pour favoriser dans un premier temps l’émergence d’un réseau de villes puis pour l’aider à se développer et mettre en œuvre des projets. L’appui au réseau des villes est une des activités de la CFU inscrites dans la durée, qui a permis de développer et de structurer un réseau et des coopérations multilatérales et bilatérales de ville à ville, tout en mettant en œuvre des opérations spécifiques portant sur le diagnostic urbain ou la formation grâce à l’appui financier des ministères membre de la Convention France-Unesco et grâce à l’expertise mise à disposition.

En 2006, le Bureau régional de l'UNESCO à New Delhi, conjointement avec les autorités indiennes, a pris des initiatives en faveur de la sauvegarde des centres historiques en Inde. L’Inde connaît une évolution économique rapide et des transformations profondes qui ont un effet majeur sur la configuration du territoire : multiplication des infrastructures routières et industrielles, accroissement urbain, etc. La question de la conservation des centres historiques revêt donc un caractère d’urgence. C’est dans ce contexte que l’UNESCO a proposé d’une part de créer une commission sur le patrimoine et d’autre part de créer un réseau des villes historiques en Inde. Le Réseau des villes indiennes (Indian Heritage Cities Network IHCN-Foundation) a été créé pour sensibiliser décideurs et professionnels et s’est appuyé pour cela sur la Convention France-UNESCO et la coopération bilatérale en mobilisant l’expérience française en matière de conservation urbaine (ministère français de la Culture, Centre des hautes études de Chaillot, le réseau français de villes historiques -- l’Association des Villes et Pays d’Art et d’Histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé ANVPAH & VSSP) et sur la politique active d’incitation à la coopération décentralisée.

En septembre 2006 un séminaire de lancement a eu lieu à Jaipur, Rajasthan, Inde, à l’issue duquel une dizaine de villes indiennes ont signé une charte d’engagement pour former un réseau de villes du patrimoine et de culture, le Indian Heritage Cities Network (IHCN) ; un appel a été lancé à d’autres villes indiennes pour participer à cette initiative. Le séminaire a permis des échanges sur la problématique de la conservation urbaine et du développement basé sur la conservation et la mise en valeur du patrimoine culturel des villes anciennes. Il a été l’occasion de présenter une série d’études de cas et de réunir un ensemble d’intervenants varié : représentants du gouvernement fédéral - ministère de l’urbanisme, ministère de la culture indien -, de l’Etat du Rajasthan, de la Ville de Jaipur ; associations et fondations impliquées dans la protection et la mise en valeur du patrimoine (comme le réseau du Indian National Trust for Art and Cultural Heritage - INTACH, la Fondation Jaipur Virasat) ; représentants de villes indiennes ou de sites du patrimoine mondial.  L’ANPAH & VSSP et plusieurs villes françaises, Aix-en Provence, Bordeaux, Chinon, La Rochelle, Nancy, Rennes et la Région Centre ont participé au séminaire. Le Centre du patrimoine mondial était également présent représenté par le secrétariat de la Convention France-UNESCO.

En 2007, un séminaire s’est tenu à Madras, dans la région de Chettinad (État de Tamil Nadu) spécifiquement sur les questions de formation et sur celle de la préservation du patrimoine de petites villes et villages comportant des demeures dont les qualités architecturales sont remarquables mais qui, désertées, sont progressivement dépecées ou détruites.

La même année, dans le cadre de la Convention France-UNESCO, une mission d’appui technique à l’élaboration des documents réglementaires des villes a eu lieu au Rajasthan. Un voyage d’étude a été organisé en France en septembre 2008 pour les représentants de neuf villes indiennes, des élus et des techniciens, qui ont fait escale à Paris, Rennes, le Val de Loire, La Rochelle et Bordeaux. La finalité de cette mission était de montrer des exemples d’aménagement et de planification intégrée où le patrimoine était pris en compte comme une composante essentielle du site urbain. La délégation indienne a fait part de son souhait de poursuivre ces échanges de réseau à réseau. Une synthèse de ce voyage d’étude est disponible en ligne.

Afin de renforcer le niveau institutionnel, le réseau des villes à organisé des rencontres tout les deux pour  renforcer le réseau et échanger sur des thématiques liées à la gestion de ville et la prise en compte du patrimoine dans leur développement. En 2008, la deuxième rencontre biennale du réseau des villes indiennes, qui a eu lieu à Hyderabad (18 au 20 décembre) et a permis de formaliser les statuts du réseau indien et l’organisation d’un bureau (governing council) d’environ treize membres élus, représentants à la fois des villes, des États et des Gouvernements, plus des experts internationaux ou ONG internationales.

Par la suite, l’essentiel objectif a été de permettre au réseau de villes indiennes de grandir en autonomie et d’identifier plus particulièrement les domaines d’interventions prioritaires. L’UNESCO a continué à jouer le rôle de facilitateur et de soutenir la mise en place des coopérations à long terme afin de permettre l’accès au soutien technique et financier pour l’aide au diagnostic et à l’ingénierie de projet. Le réseau est devenu une organisation indépendante et a pris le statut de Fondation en 2012.

Les premières assises de la coopération décentralisée franco-indienne, organisées par le ministère français des Affaires étrangères, l’Ambassade de France en Inde et le Gouvernement indien, ont eu lieu à New Delhi du 15 au 17 janvier 2010 dans le cadre du Festival de la France en Inde « Bonjour India ». Le Chief Minister de l’État du Rajasthan, présent aux assises, avait confirmé un engagement de 6 millions d’euros pour l’année 2010 pour le programme « Vikas Virasat » (le patrimoine comme vecteur de développement).

Les possibilités d’assistance technique et de l’expertise française auprès des villes du Madhya Pradesh se sont mises en place et les partenariats entre les villes de Rennes/Bhopal et Chinon/Maheshwar se sont développés, de même que la coopération entre Cochin et Lorient, qui bénéficient d’un appui institutionnel et technique.

L'Atelier de renforcement des capacités sur les outils de planification pour la conservation du patrimoine urbain et le développement de Mysore a eu lieu du 21 au 25 novembre 2011 à, Mysore, État du Karnataka. Il a permis de sensibiliser les participants aux questions de planification et patrimoine et aidera la ville de Mysore à mettre en œuvre une approche durable du développement urbain dans le secteur sauvegardé.

Enfin, le Séminaire Economie et Patrimoine (du 10 au 14 décembre 2012) a permis d’étudier l’interaction entre les valeurs économiques et culturelles du patrimoine matériel, l’impact des projets de développement et de réhabilitation que ce soit en termes de conservation du patrimoine ou de prise en compte des qualités intrinsèques d’un patrimoine, son potentiel en termes de ressources. Depuis 2012, le thème de l’économie du patrimoine est un des principaux axes de réflexion, jusqu’ici peu exploré bien que d’une importance capitale en Inde, permettant de considérer la conservation du patrimoine sous l’angle de la durabilité. L’interaction avec les économistes se révéla fructueuse, et l’UNESCO et l’IHCN comptent prolonger leurs réflexions en la matière.

La 4e Conférence Biennale de IHCN qui s’est tenue à Pune, Maharashtra du 20 au 22 Novembre 2013, a été organisée conjointement par l’IHCN, Pune Municipal Corporation et le bureau de l’UNESCO à New Delhi avec l’appui de la Convention France-UNESCO et l’Ambassade de France. La conférence était centrée sur le thème de « L’économie des villes vivantes du patrimoine », une thématique très importante pour permettre de changer la perception de la conservation patrimoniale et réellement inscrire la prise en compte du patrimoine urbain comme un moteur de développement.

L’ANVPAH et des collectivités françaises ont participé à cette 4e Conférence, tout comme le Secrétaire pour la France de la Convention France-UNESCO, qui a notamment participé via un discours d’ouverture, qui a été enregistré et filmé à Paris, puis diffusé à l’ouverture de la Conférence à Pune. 

A l’occasion de la Conférence à Pune, plusieurs manifestations ont eu lieu, dont :

-La finale nationale du Concours Etudiant IHCN 2013, une initiative qui venait illustrer l’importance de concevoir la gestion des villes historiques non pas comme une simple préservation du passé, mais comme une façon de faire contribuer le patrimoine au développement local, au service des besoins des populations locales. Cette compétition a vu les participants présenter des idées innovantes quant à cette gestion, s’appuyant sur un plan de revitalisation composé de 5 schémas et d’un rapport rédigé. Le jury composé d’experts internationaux a élu les projets vainqueurs parmi les 29 présentations nominées à la conférence.

-Une étude méthodologique sur l'évaluation de l'impact économique du patrimoine dans le contexte indien a été effectuée. Cette étude, commissionnée par l'Indian Institute of Human Settlement en Août 2013, passe en revue quelques-unes des méthodes existantes pour estimer l'impact socio-économique des sites patrimoniaux, et évalue leur pertinence et leur faisabilité dans le contexte des villes indiennes. La pertinence d'une méthodologie sera mise à l'épreuve grâce à des données de sources secondaires sur deux villes membres de l'IHCN. L'étude sera entièrement fondée sur de la recherche de sources secondaires d'information existante, l'interview de sources primaires et l'étude bibliographique. Les méthodologies examinées proviennent entre autres de l’ICOMOS, de la Banque Mondiale, ou de l’Agence Française de Développement (AFD).

-Le projet e-Heritage, lancé conjointement par la Fondation pour l’Empowerment Digital (DEF), l’UNESCO et l’IHCN, et dont le but est de faire entrer le patrimoine dans l’espace digital. Les sites pilotes pour les villes de Dehli, Chanderi, Pune et Shekawati ont été développés en novembre 2013 et serviront de vitrine pour les villes, agglomérations, communautés locales et municipalités qui souhaitent mettre en valeur leur patrimoine grâce aux outils numériques.

Un nouveau site internet a été développé pour le réseau des villes comportant plus de fonctionnalités (comme le téléchargement et la mise en ligne de vidéos, de cartes, de formulaires ou la soumission des dossiers en ligne), il permet également d’appuyer le travail en interne du réseau.

Par la suite, les perspectives pour 2014-2015 étaient de poursuivre le soutien au réseau des villes indiennes au niveau bilatéral principalement. Par ailleurs, l’IHCN et l’UNESCO ont étendu le champ de cette activité en proposant des kits de formation permettant aux villes de développer leur propre Rapport Départemental de Performance sur le patrimoine.

En 2014, l’UNESCO et le réseau des villes IHCN ont organisé, au niveau de chaque ville et de chaque État du pays, des ateliers de formation et de sensibilisation au patrimoine à l’attention des administrateurs et techniciens des villes. L’objectif était de former des formateurs pour l’élaboration d’une étude urbaine et d’un atelier d’urbanisme dans le cadre du Programme de développent urbain national (JNNURM).

 

Events (1)
Other activities (1)
States parties (1)
Strategic objectives
  • Conservation
  • Capacity Building