English Français

Les Escales du Fleuve Sénégal

Date of Submission: 18/11/2005
Category: Cultural
Submitted by:
Minisère de la Culture et du Patrimoine Historque Classé
Coordinates: Régions : Saint-Louis, Matam, Tambacounda
Ref.: 2078
Export
Word File Word File
Disclaimer

The Tentative Lists of States Parties are published by the World Heritage Centre at its website and/or in working documents in order to ensure transparency, access to information and to facilitate harmonization of Tentative Lists at regional and thematic levels.

The sole responsibility for the content of each Tentative List lies with the State Party concerned. The publication of the Tentative Lists does not imply the expression of any opinion whatsoever of the World Heritage Committee or of the World Heritage Centre or of the Secretariat of UNESCO concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Les escales sur le Fleuve Sénégal constituaient l’arrière pays naturel de Saint-Louis du Sénégal déjà classée sur la Liste du patrimoine mondial. Les escales étaient, à l’origine, perçues comme des adaptations des échelles qui elles étaient dotées de consuls et de commissionnaires, de magasins et de bureaux à l’usage des Européens. Au Sénégal on leur préféra l’appellation d’escales pour mieux rendre compte du fait qu’il s’agissait d’abord d’échelles flottantes temporaires où on traitait la gomme, les peaux, l’ivoire, les esclaves etc. Certaines escales comme le Terrier rouge, le Désert, Le Coq, Donaye etc., ont joué un rôle important dans le commerce sur le fleuve Sénégal, mais elles n’ont pas fait l’objet d’aménagements conséquents, l’essentiel des échanges se faisant à bord des embarcations. Cependant des forts et des comptoirs ont été installés sur le Haut-Fleuve et la Falémé, pour la traite des esclaves. Ce n’est que progressivement que des aménagements plus ou moins pérennes vont voir le jour sur certains sites que la postérité retiendra sous l’appellation d’escales du fleuve. Elles resteront dynamiques durant toute la colonisation européenne, faisant du fleuve un axe vital de circulation des hommes et des biens. Les escales les plus importantes étaient Dagana, Podor, Richard Toll, Salde et Matam. Chacune de ces localités était doté d’un quai, et d’un certain nombre d’installations de commerce dont l’architecture et la fonctionnalité étaient de la même inspiration. Dans certains cas, des postes fortifiés et des cantonnements, puis les infrastructures administratives, ont été installés. L’histoire de ces implantations est remarquablement décrite, depuis le XVIIe siècle, par de nombreux documents cartographiques qui en font une des parties les mieux connues du continent. Cet ensemble cohérent d’escales qui jalonnent le fleuve Sénégal fut la véritable raison d’être de la cité océane de Saint-Louis qui lui doit l’essentiel de son attrait économique.