English Français
Help preserve sites now!

Partie camerounaise du Lac Tchad

Date of Submission: 18/04/2006
Criteria: (ix)(x)
Category: Natural
Submitted by:
Ministère des Forêts et de la faune
State, Province or Region:
Cameroun, Province de l’Extrême Nord
Ref.: 4025
Export
Word File
Disclaimer

The Secretariat of the United Nations Educational Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the World Heritage Centre do not represent or endorse the accuracy or reliability of any advice, opinion, statement or other information or documentation provided by the States Parties to the World Heritage Convention to the Secretariat of UNESCO or to the World Heritage Centre.

The publication of any such advice, opinion, statement or other information documentation on the World Heritage Centre’s website and/or on working documents also does not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of UNESCO or of the World Heritage Centre concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Le Lac Tchad est une étendue d’eau douce peu profonde qui s'étend au milieu d'un massif dunaire et localisé entre 4 pays dont, le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad.
Il est admis que sa superficie actuelle est le reste de celui du très grand lac de 350.000 km2 d’étendue pendant la période humide d’il y a près de 21.000 ans. Son étendue, s’est réduite à la suite de plusieurs régressions pour passer à 25.000 km2 en 1964 et à environ 3.000 km2 de nos jours.

Le climat de la zone est de type sahélien avec une très courte saison de pluie et une longue saison sèche. La pluviométrie annuelle varie de 200 à 400 mm tandis que la température moyenne annuelle varie de 35° C à 40° C. L'humidité relative est faible durant une longue période de l'année.

Le lac actuel comporte deux bassins hydrographiques, l’un au nord et l’autre au sud. À l’est il reçoit le Chari et le Logone et à l’ouest le Komadougou. Le Bahr el Gazal venu du nord ne lui apporte que très peu d’eau.

L’altitude est très douce, du nord au sud on trouve sur les regs à gravillons, les plateaux sableux, et les massifs dunaires. Une variation du niveau d’eau du lac de quelques centimètres entraîne une inondation de la végétation sur des surfaces considérables.

La végétation est dominée par les ligneux et les herbacées. Parmi les ligneux on cite : Acacia raddiana, Maerua crassifolia, Balanites aegyptiaca, Leptadenia pyrotechnica, Caparis decidua, Ziziphus mauritiana, Combretum glutinosum, scerocarpa birreaet Acacia spp.
Quand à la strate herbacées, elle est dominée par les espèces suivantes : Cymbopogon proximus, Aristida funiculata, Aristida palluda, Panicum laetum, Panicum turgidum, Eragrostis tremula et Shoenefeldia gracilis.

S’agissant de la faune sauvage, le bassin du lac et sa zone périphérique regorgent plusieurs espèces. Parmi les plus importantes on cite l’hippopotame, le caïman, la loutre qui vivent dans le lac et plusieurs espèces d’ongulés telles que gazella dama, Addax nomaculatus, gazella dorcas, Gazella leptocène et le mouflon à machette qui vivent dans les environs.
L’avifaune est estimée à plus de 350 espèces d’oiseaux avec des centaines de milliers d’oiseaux migrateurs qui séjournent dans la zone. Le lac est également très poissonneux.

La population de la région du Lac Tchad est estimée à près de 30.000.000 d’habitants avec pour principales activités économiques la pèche, l’élevage, l’agriculture et le commerce.
Les rives du lac sont devenues un véritable potager pour N’Djamena (fruits, légumes, riz, maïs, etc.). L'agriculture de décrue fait vivre environ 40.000 Tchadiens.

Statements of authenticity and/or integrity

Malgré la diminution de sa superficie avec le temps, le Lac Tchad garde des limites qui lui permettent encore de procurer un habitat viable aux animaux et plantes qu’il abrite et aux nombreuses populations qui utilisent ses ressources. Toutefois, de nombreuses menaces subsistent et menacent son intégrité. Il s’agit en l’occurrence des changements climatiques qui se traduisent par une faible pluviométrie, l’évapotranspiration due aux fortes températures (qui entraîne la diminution du lac) et la succession des périodes de très fortes sécheresses. A ces phénomènes naturels il faut ajouter les forts vents émanant de la déforestation, la surexploitation des ressources halieutiques, le braconnage et la dégradation de l’environnement dérivant des activités humaines habitant les environs du lac. Afin de reverser la tendance, il est urgent que les pays membres et la communauté internationale appuient les sans relâche les activités de la Commission du Bassin du Lac Tchad.

Comparison with other similar properties

Le Lac Tchad est le deuxième lac africain le plus riche en terme de biodiversité. C’est le plus grand lac de l’Afrique francophone. Toutefois, sa superficie d’environ 3.000 km2 est de loin très inférieure à celle du Lac Victoria (68.000 km2) partagé par 3 pays : Tanzanie, Ouganda, et Kenya. Contrairement à ce dernier, la diversité en espèces de poissons du Lac Tchad n’a pas connu une véritable perturbation. En effet, il est reconnu que le poisson carnivore, Perche du Nil introduit dans le Lac Victoria a systématiquement réduit sa biodiversité. En dépit de sa superficie qui diminue avec le temps, le Lac Tchad reste le quatrième plan d’eau d’Afrique par sa superficie après les lacs Victoria, Tanganyika et Nyassa.