English Français
Help preserve sites now!

Ville de Sao Filipe

Date of Submission: 07/05/2004
Criteria: (i)(iii)
Category: Cultural
Submitted by:
Ministerio da Cultura e Desportos Instituto da Investigaçao e do patrimonio cultural
Coordinates: 14°52' N / 24°29' W Côte occidentale de l'île de Fogo
Ref.: 1906
Export
Word File
Disclaimer

The Secretariat of the United Nations Educational Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the World Heritage Centre do not represent or endorse the accuracy or reliability of any advice, opinion, statement or other information or documentation provided by the States Parties to the World Heritage Convention to the Secretariat of UNESCO or to the World Heritage Centre.

The publication of any such advice, opinion, statement or other information documentation on the World Heritage Centre’s website and/or on working documents also does not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of UNESCO or of the World Heritage Centre concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Fogo est la seconde île à être peuplée après Santiago. En effet dans le dernier quart du XVe s. de riches propriétaires de Ribeira Grande (Cidade Velha) s'installent a Sao Filippe avec leurs esclaves pour y exploiter au départ le coton, Tune des principales monnaie d'échange utilisée par les armateurs de Santiago dans le commerce des esclaves avec la cotes ouest africaine. La production cotonnière s'accompagnera de la confection d'un pagne local très appréciée sur le continent. De fait, avec l'intensification de la traite négrière on assiste à une évolution urbaine très rapide de la ville de Sao Filipe. L'enrichissement des propriétaires d'esclaves se traduisait sur le paysage urbain par des maisons ostentatoires des maîtres, à un ou deux niveaux, appelées « Sobrados ». Au rez-de-chaussée, il y avait un entrepôt commercial et une arrière-cour ou étaient loges et travaillaient les esclaves domestiques qui confectionnaient les pagnes. Au premier y habitait généralement le maître et il y avait surtout un balcon qui donnait sur la rue ou une place principale. L'importance du commerce de ces pagnes dans 1'acquisition des esclaves est telle que, pour continuer a assurer son hégémonie désormais contest6e par la France, l'Angleterre et les Pays-Bas des le début du XVII' siècle, le Portugal **page missing (16)**