Les mosquées en terre de la région de Tahoua

Date of Submission: 26/05/2006
Category: Cultural
Submitted by:
Ministère de la Culture, des Arts et de la Communication - Dir. du Patrimoine Culturel et des Musées
State, Province or Region:

Région: Tahoua


Coordinates: N14 21 35.07 E5 29 57.29
Ref.: 5042
Export
Word File
Disclaimer

The Secretariat of the United Nations Educational Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the World Heritage Centre do not represent or endorse the accuracy or reliability of any advice, opinion, statement or other information or documentation provided by the States Parties to the World Heritage Convention to the Secretariat of UNESCO or to the World Heritage Centre.

The publication of any such advice, opinion, statement or other information documentation on the World Heritage Centre’s website and/or on working documents also does not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of UNESCO or of the World Heritage Centre concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Traversée par la zone subsaharienne et la savane, la région de Tahoua couvre une superficie de 106 677 km2. Elle est limitée au nord par Agadez, à l'ouest par la région de Tillabéry et la République du Mali, à l'est par la région de Maradi et au sud par la République fédérale du Nigéria.

Le paysage culturel de la région de Tahoua est marqué par les constructions en terre notamment des mosquées réalisées par « l'architecte-maçon » Elhadj Mamoudou dit Falké et son apprenti, le maçon Elhadj Habou. Certaines de ces mosquées sont reconnues mondialement en particulier la mosquée de Yaama qui a eu le Prix Agha Khan en 1986.

En général, les grandes mosquées  comportent  quatre minarets en banco, dont la conception est tout à fait originale. Le maçon a voyagé et a adapté la technique de construction haoussa à celle d'origine étrangère. A l'intérieur,  les 8 rangées de piliers supportant la coupole centrale,  les petites coupoles  et l'étage montrent l'ingéniosité du constructeur dans sa conception technique et  architecturale de l'édifice.  Les façades principales sont  animées par des jeux de reliefs et de petites ouvertures.  Sur les quatre minarets des mosquées, les deux en façade comportent des escaliers qui permettent d'accéder au toit.

Les petites mosquées ont deux minarets et le principe de construction reste le même. Ces mosquées appartiennent  généralement à une personnalité (chef de village, ...).

C'est lors de la construction de la  première Grande Mosquée de Vendredi  de Yaama que cette nouvelle technique de construction s'est répandue.  En effet, vers 1962, les anciens du villages décident d'ériger une mosquée du Vendredi. Ils font appel à « l'architecte-maçon » local Elhadj Mamoudou dit Falké. Avec des moyens très modestes, la mosquée comporte uniquement une salle de prières  et est flanquée d'une seule annexe visible. La technique de construction est très simple et  l'édifice est livré entre vers 1963.

« L'architecte-maçon » qui était un agriculteur a eu à  réaliser plusieurs voyages notamment un pélérinage à la Mecque en 1966. Il découvra ainsi  d'autres typologies architecturales qui influeront la réhabilitation de la mosquée. En 1975, « l'architecte-maçon » entreprend des travaux de rénovation de la mosquée deYaama avec la population. Il met en place une nouvelle toiture supportée par une arche ainsi qu'un dôme. Pour installer ce dôme, il a dû supprimer une des colonnes et par conséquent créer un espace centrale libre au milieu des rangées de colonnes. L'étape suivant a été l'addition de quatres tours d'angles qui comportent deux étages. La transformation de la mosquée a été achevée en 1982. Cette mosquée de Yaama a eu le Prix Agha Khan en 1986.

En 1989, est également construite par le maçon Elhadj Habou, sous la direction de « l'architecte »  Elhadj Mamoudou dit Falké, la Grande Mosquée de Vendredi de Salewa, village situé à quelques  kilomètres de celui de Yaama.

Ensuite, d'autres édifices tels que : les palais, les habitations, des abris, etc. ont été réalisés par le maçon Elhadj Habou qui a continué l'œuvre « l'architecte »  Elhadj Mamoudou décédé en 2002.

Statements of authenticity and/or integrity

Le paysage culturel en terre marqué par les différents types de mosquées et également des édifices (palais, habitations, greniers, etc.)  constitue des chefs-d'œuvres exceptionnels dans la région de Tahoua. La conception de l'ensemble de ces œuvres s'intègre à part entière dans l'aménagement du village. Tous ses biens sont  intacts. Néanmoins, il existe certaines  dégrations notamment pour les mosquées de Yaama et de Salewa, ce qui donnent un signal d'alarme.

Comparison with other similar properties

On peut comparer pour sa vôute centrale nervurée  à celle de la Grande Mosquée de Cordoue, Capilla de la Villa-Viciciosa.