Nedroma et les Trara

Date of Submission: 30/12/2002
Criteria: (ii)(iii)(iv)(v)
Category: Cultural
Submitted by:
Ministere de la Communication et de la Culture.Direction du patrimoine culturel.
State, Province or Region:
Région ouest de l'Algérie à proximité de la  Frontière marocaine. A 77 km de Tlemcen sur le CW 46.420 m en aval du djebel Fillaoucen. Ils sont insérés dans un massif montagneux exceptionnel.
Ref.: 1774
Themes
Cultural landscapes
Export
Word File
Disclaimer

The Secretariat of the United Nations Educational Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the World Heritage Centre do not represent or endorse the accuracy or reliability of any advice, opinion, statement or other information or documentation provided by the States Parties to the World Heritage Convention to the Secretariat of UNESCO or to the World Heritage Centre.

The publication of any such advice, opinion, statement or other information documentation on the World Heritage Centre’s website and/or on working documents also does not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of UNESCO or of the World Heritage Centre concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Capitale des Trara bâtie sur le revers de djebel Filaoussene par Abdelmoumen Ben Ali en 1150 sur les ruines d’une cité berbère. Elle a accueilli de nombreux immigrants andalous chassés par la reconquista. Elle devint un important centre de textile au 16 ème siècle.

C’est une ville étagée sur les flancs du djebel Filaoussène entre 400 et 500 m d’altitude sur un site verdoyant arrosé par des sources d’eau importantes où les maisons bleues, blanches, vertes et brunes forment un cadre enchanteur.

Le géographe El Yacoubi la cite et la décrit comme grande cité ; El Bekri au XI ème siècle en donne une description brillante ainsi qu’ El Idrissi qui signale ses fonctions agricoles et Commerciales. Cette cité jouissait d’une grande dignité religieuse comparable à celles des grandes villes musulmanes; elle possède une grande mosquée Almohade, la mosquée de Sidi Bou Ali, la mosquée de Ben Aoufine aux coupoles multiples et d’importants remparts. Nedroma est connue pour ses multiples koubbas où reposent des saints et savants outre méditerranéens mais elle est également connue pour ses traditions musicales andalouses. Au XVI ° siècle, Léon l’Africain attribue la richesse de Nedroma au nombre de ses tisserands.

La ville au cachet local propre rappelle les anciennes villes musulmanes maghrébines et dispose de quartiers traditionnels au nombre de 4 dont deux réservés aux activités artisanales. Son plan est assez bien conservé avec ses dédales de ruelles sinueuses étroites et de multiples impasses.

Mais la cité est indissociable de sa région: les monts du Trara, belle région rurale traditionnelle très dynamique où regorge des dechras, des oliviers et des jardins.

Ce massif montagneux est le berceau des Almohades ; c’est là que Abdelmoumène est né et de là que fut entreprise la conquête du royaume Almoravide. Cette montagne a été une pépinière de saints, de réformateurs et d’ascètes. Il renferme également des vestiges historiques de haute valeur et des stations estivales très recherchées tel :

-Honaine distante de 30 km au sud est , escale phénicienne et cité numide , elle joua le rôle de port de Tlemcen au XIII ° siècle. Elle fut la voie méditerranéenne pour le commerce avec le tafilalet et l’ancien soudan. Il subsiste encore des restes de la ville kharidjite , des remparts en pisé flanqués de tours et les restes d’une casbah.

-le site de Sidna Youcha à 12 km au nord ;

-l’Ile de Rachgoun où d’importants vestiges phéniciens ont été identifiés et datés au VI° siècle avant J.C .