1.         Fjord glacé d’Ilulissat (Danemark) (N 1149bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2004

Critères  (vii)(viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1149/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1149/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1149/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Comme l’avait demandé le Comité lors de l’inscription, à la 28e session (Suzhou, 2004), l’État partie a revu la protection et la gestion du bien, notamment en ce qui concerne la chasse, la pêche et les activités touristiques. L’État partie a répondu à cette demande en révisant une ordonnance sur la protection du bien, en révisant le plan de gestion et en établissant un plan de suivi.

a) L’ordonnance

L’ordonnance de 2003 sur la protection du Fjord glacé d’Ilulissat est en cours de révision, l’audition publique étant prévue en juin 2007. Un exemplaire en anglais de cette ordonnance sera adressé au Centre du patrimoine mondial dès finalisation. L’État partie a déjà limité les activités touristiques à certaines zones fixées par un groupe d’experts local qui a un rôle de conseiller en matière de contrôle et de suivi des activités touristiques. Depuis 2000, le tourisme accru et le nombre annuel de visiteurs est passé de 9 000 à 12 000 – la plupart des visiteurs arrivant en bateaux de croisière. Le zonage du bien limite maintenant les activités touristiques à trois zones, définit seulement deux sites d’atterrissage pour les hélicoptères et une seule zone pour les chalets de tourisme. Le zonage limite aussi la navigation à voile et la randonnée dans le périmètre du bien.

S’agissant des préoccupations du Comité quant à la durabilité de la chasse et de la pêche, l’État partie indique que la chasse terrestre est pratiquée à très petite échelle dans le périmètre du bien. Il s’agit essentiellement de chasse au lagopède (tétras) – actuellement limitée à quelques zones uniquement accessibles à pied ou en luge ; d’autres lieux de chasse à l’extérieur du bien sont plus accessibles et donc plus utilisés. L’État partie fixe aussi des quotas de pêche au flétan selon les recommandations de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord.

b) Le plan de gestion

L’État partie révise actuellement le plan de gestion. Il veut établir des directives pour renforcer la réglementation et améliorer le suivi des vols d’hélicoptères et pressions de la randonnée terrestre, ainsi que le zonage de l’aire marine du bien.

c) Le plan de suivi

L’État partie a réalisé une première étude de base sur laquelle fonder la mise au point du plan de suivi. Trois niveaux de suivi ont été définis : suivi scientifique des caractéristiques du front glaciaire vêlant, suivi local des ressources biologiques liées aux pressions touristiques, et collecte de données touristiques comme les nombres de visiteurs et les activités. La publication de la version finale du plan est prévue en mai 2007.

L’État partie estime que l’augmentation du trafic maritime des bateaux de croisière exige une législation plus stricte et un suivi plus attentif, ce dont vont tenir compte la réglementation et le plan de gestion.

L’UICN et le Centre du patrimoine mondial reconnaissent les progrès accomplis par l’État partie dans la protection du bien, et encouragent les autorités à prendre contact avec les organisateurs de croisières pour s’assurer que leurs activités – et notamment la gestion des déchets solides, de l’eau de sentine et des émissions – sont correctement contrôlées et suivies. Bien qu’il ait été noté que la chasse est limitée dans le périmètre du bien, l’État partie est encouragé à en poursuivre le suivi pour veiller à sa bonne gestion, selon les recommandations du Comité lors de l’inscription. Plus particulièrement, l’UICN a été informée d’une chasse trop intensive d’oiseaux de mer en période de nidification. Il convient également de féliciter l’État partie d’avoir adopté les recommandations du Conseil scientifique de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7B.28

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant la décision 28 COM 14B.8, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Félicite l'État partie des mesures prises pour appliquer les recommandations adoptées par le Comité lors de l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial;

4. Note qu'un plan de gestion révisé et un nouveau plan de suivi seront prochainement finalisés et demande à l'État partie de fournir dès que possible des exemplaires de ces plans au Centre du patrimoine mondial;

5. Demande également à l'État partie de continuer à améliorer et à contrôler la gestion du tourisme pour en réduire l'impact sur le bien, et de faire appliquer des restrictions plus précises en matière de chasse;

6. Demande en outre à l'État partie d'adresser au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2009, un rapport sur l'état de conservation du bien et sur l'avancement de la mise en œuvre des recommandations susmentionnées, pour examen par le Comité à sa 33e session en 2009.